Victor Pițurcă

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Victor Pițurcă
Image illustrative de l’article Victor Pițurcă
Victor Pițurcă en 2014.
Biographie
Nationalité Drapeau : Roumanie Roumain
Naissance (62 ans)
Lieu Orodel
Taille 1.85 m
Poste Ancien attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1970-1974 Drapeau : Roumanie Univ. Craiova
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1974-1975Drapeau : Roumanie Dinamo Slatina 010 0(3)
1975-1977Drapeau : Roumanie Univ. Craiova 008 0(0)
1977-1978Drapeau : Roumanie Pandurii 013 0(4)
1978-1979Drapeau : Roumanie Drobeta 015 0(5)
1979-1983Drapeau : Roumanie Olt Scornicești 118 0(45)
1983-1989Drapeau : Roumanie Steaua Bucarest174 (137)
1989-1990Drapeau : France RC Lens 028 0(4)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1985-1987Drapeau : Roumanie Roumanie 012 0(6)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1991-1992 Drapeau : Roumanie Steaua Bucarest(adjoint)
1992 Drapeau : Roumanie Steaua Bucarest
1994-1995 Drapeau : Roumanie Univ. Craiova
1996-1998 Drapeau : Roumanie Roumanie espoirs
1998-1999 Drapeau : Roumanie Roumanie
2000-2001 Drapeau : Roumanie Steaua Bucarest
2002-2004 Drapeau : Roumanie Steaua Bucarest
2004-2009 Drapeau : Roumanie Roumanie
2010-2010 Drapeau : Roumanie Steaua Bucarest
2010-2011 Drapeau : Roumanie Univ. Craiova
2011-2014 Drapeau : Roumanie Roumanie
2014-2015 Flag of Saudi Arabia.svg Al Ittihad Djeddah
2016 Flag of Saudi Arabia.svg Al Ittihad Djeddah
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Victor Pițurcă est un footballeur roumain né le 8 mai 1956 à Orodel, est un footballeur roumain, désormais entraîneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Piţurcă a commencé sa carrière de joueur à 14 ans chez les jeunes de Universitatea Craiova en 1970. En 1974, il est prêté une saison au Dinamo Slatina qui évolue en D2. En 1975, il intègre l'effectif professionnel de Craiova, il jouera son 1er match officiel en D1 le 19 novembre 1975 contre le Argeș Pitești (victoire 4-0 de Craiova). La saison suivante il participe à 6 matchs de D1 seulement. Il sera prêté les 2 saisons suivantes en D2, d'abord dans le club de Pandurii Târgu Jiu et ensuite à Drobeta Turnu Severin[1].

A l'aube de la saison 1979-1980, il est transféré dans le club du Olt Scornicești où il sera l'attaquant titulaire. Il termine la saison avec 5 buts en 26 matchs. Lors de la saison 1980-1981, il joue 25 matchs et inscrit 6 buts, plus qu'un buteur, c'est le fer de lance de son équipe et la 7e place au classement obtenu par ce petit club est dû en grande partie à l'apport Piţurcă. La saison 1981-1982 sera historique pour son club, il inscrit 9 buts et joue 33 matchs, le club termine à la 4e place (le meilleur résultat de l'histoire du club), l'apport de Piţurcă est alors reconnu unanimement en Roumanie. Il décide de rester une saison supplémentaire, désireux d'emmener le club encore plus haut, mais il terminera la saison avec 8 buts en 34 matchs mais son équipe ne finira que 7e place classement.

L'arrivée au Steaua Bucarest[modifier | modifier le code]

En 1983 qu'il atterri au Steaua Bucarest où il va littéralement exploser et devenir une machine à marquer. 10 buts en 23 matchs pour sa 1re saison et une 2nde place au classement pour le Steaua. La suite sera une domination sans partage de Piţurcă et du Steaua.

La saison 1984-1985 marque le début du règne du Steaua et de Piţurcă, il marque 19 buts en 32 matchs, remporte le titre de Champion et la Coupe de Roumanie.

En 1985-1986, il marque 29 buts en 34 matchs termine 2e meilleur buteur derrière Gheorghe Hagi, 31 buts, qui joue alors au Sportul Studențesc. Piţurcă remporte le titre de champion une nouvelle fois avec le Steaua, mais aussi et surtout la Coupe d'Europe des Clubs Champions en finale contre le FC Barcelone à Séville aux tirs aux buts. Une campagne européenne où il inscrira 5 buts et notamment le but qualificatif contre les Finlandais de Kuusysi en 1/4 de finale, ainsi qu'un doublé décisif contre RSC Anderlecht au match retour des 1/2 finale. Il sortira à la 107e minute de la finale contre le FC Barcelone, assistant depuis le banc de touche à la victoire de son équipe et les fameux 4 arrêts du gardien de but Helmuth Duckadam dans la séance de tirs aux buts.

Lors de la saison 1986-1987, la star roumaine Gheorghe Hagi rejoint les rangs du Steaua, l'association des 2 ogres roumains va faire des ravages, dès la Supercoupe d'Europe, c'est Hagi qui donne le titre en marquant le seul but du match contre le Dynamo Kiev de Belanov et Blokhine. Eet même si Hagi ne participe qu'a 14 matchs de championnat en inscrivant 10 buts lors de cette saison, Pițurcă, lui, inscrira 22 buts en 31 matchs, 1er artisan d'un nouveau doublé coupe-championnat pour le Steaua qui n'arrivera cependant pas à défendre son titre européen en se faisant éliminer par Anderlecht dès le 2e tour.

La saison 1987-1988 est certainement la plus belle d'un point de vue individuel pour Pițurcă, meilleur buteur du championnat (et 3e meilleur buteur européen)[2]. avec 34 buts en 33 matchs (Hagi inscrira 25 buts en 31 matchs, soit 59 buts pour le duo)[3] , un nouveau doublé coupe-championnat dans l'escarcelle de Pițurcă tant la domination au niveau national du Steaua est sans partage, mais encore une fois, la déception viendra de la campagne européenne où Pițurcă n'inscrira qu'un but en 8 rencontres avant que le Steaua soit éliminé en 1/2 finale par les portugais du Benfica Lisbonne.

La saison 1988-1989 sera la dernière de Pițurcă au Steaua, il marque 23 buts en 22 matchs, son association avec Hagi fonctionne toujours du tonnerre (31 buts pour Hagi en 30 matchs), un 3e doublé coupe-championnat consécutif (le 4e en 5 saisons), mais Pițurcă restera muet en coupe d'Europe où le Steaua connaitra la plus grande désillusion de son histoire en perdant en finale contre le grand AC Milan (4-0) alors entrainé par Arrigo Sacchi et composé du trio Néerlandais Gullit, Rijkaard, Van Basten et des italiens Maldini, Baresi et Donadoni. Quelques jours plus tard, le 17 juin 1989, il jouera son dernier match sous les couleurs du Steaua Bucurest contre Flacăra Moreni, victoire (4-1) et Pițurcă marquera pour cette occasion, le dernier but de sa carrière en D1, totalisant 165 réalisations en 301 matchs (dont 137 buts avec le Steaua en 174 matchs).

En 1989, Pițurcă décide de quitter la Roumanie et de tenter l'expérience à l'étranger avant de prendre sa retraite. Il va alors en France au RC Lens en 2e division entraîné par Philippe Redon puis Marcel Husson, marquant seulement 4 buts en 28 rencontres, il décide alors à l'issue de la saison 1989-1990 de prendre sa retraite sportive à l'âge de 34 ans[4].

Équipe nationale[modifier | modifier le code]

Malgré son talent, Pițurcă ne portera que 13 fois le maillot de la sélection Roumaine entre 1985 et 1987, il inscrira 6 buts sous les couleurs de son pays[5]. L'absence de la Roumanie pour la Coupe du monde 1986 le privera de cet évènement unique auquel il a toujours rêvé.

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Il débute tout d'abord en tant que coach assistant en 1991 au Steaua aux côtés d'Emerich Jenei. Le départ du coach pendant la trêve hivernale propulsera Pițurcă à la tête de l'équipe première du Steaua. Lors de cette 2e partie de saison 1991-1992, il va avoir un bilan honorable de 10 victoires, 4 nuls et 3 défaites[6], 41 buts inscrits pour 18 encaissés (le même bilan du Emerich Jenei lors de la 1re moitié de saison, 10 victoires, 4 nuls et 3 défaites, 27 buts inscrits, 13 encaissés), mais le Steaua terminera 2e du championnat derrière le rival historique, le Dinamo Bucarest. Il remportera néanmoins la Coupe de Roumanie en finale contre Poli Timișoara aux tirs aux buts après un match nul 1-1 (3 t.a.b. à 2) et en éliminant Craiova en 1/2 finale, son club formateur. Sa période d'intérim terminé, il quitte son poste de coach du Steaua, laissant la place à Anghel Iordanescu, autre entraineur légendaire du Steaua.

C'est lors de la saison 1994-1995 que Pițurcă refait surface, il prend alors la tête de son club formateur, l'Universitatea Craiova avec lequel il terminera 2e du championnat. Il échoue en 1/2 finale de la coupe face au Rapid Bucarest, finaliste de la compétition. La "signature" de Pițurcă est alors un jeu basé sur l'attaque, Craiova marquera 80 buts en championnat sous ses commandes, gagnant notamment un match sur le score de (10-3) contre le UTA Arad et atomisant le Rapid Bucarest à Bucurest sur le score de (5-3)[7].

Il va alors se dirigé vers l'équipe nationale, et c'est en 1996 qu'il va d'abord commander les espoirs Roumains (moins de 21 ans) afin de préparer le Championnat d'Europe espoirs de 1998 qui se déroule en Roumanie. Lors de la phase de qualifications, Pițurcă va mener une campagne exceptionnel à la tête des espoirs, 8 victoires en 8 matchs, 18 buts inscrits et seulement 4 encaissés. Il ne connaitra que 3 fois la défaite en 21 matchs avec les espoirs, remportant également 14 rencontres au total. Mais la phase finale du championnat d'Europe espoirs sera un échec cuisant, défaite (2-1) dès le 1er tour contre les Pays-Bas, futur 4e de la compétition, défaite (1-0) contre l'Allemagne et défaite (2-1) contre la Russie en matchs de classements, la Roumanie terminera 8e sur 8 de cette phase finale.

Il est nommé à la tête de la sélection nationale Roumaine en 1998 après la coupe du monde[8]. Sa mission sera de qualifier la sélection pour l'Euro 2000. Encore une fois, Pițurcă va mener une brillante campagne de qualifications, terminant 1er du groupe devant le Portugal, la Slovaquie et la Hongrie, se payant même le luxe de battre le Portugal à l'extérieur (1-0) et d'écraser les Slovaques chez eux (5-1). 7 victoires 3 nuls et aucune défaite pour la Roumanie, mais Pițurcă n'ira pas à l'Euro 2000, laissant la place à Emerich Jenei.

Lors de l'hiver 2000, il prend la tête du Steaua Bucarest pour tenter de faire remonter le club alors 5e du championnat. Pour la saison 2000-2001, il va alors rebâtir de fond en comble le Steaua, bâtissant une équipe à sa nouvelle image, moins fougueuse mais diablement plus efficace. Il reprend le titre au Dinamo, terminant champion avec 9 points d'avance sur l'éternel rival Dinamo, mais il échoue en 1/4 de la Coupe contre le Petrolul Ploiești.

Il remporte la Supercoupe de Roumanie en 2001 en battant le Dinamo (2-1). Lors de ce match, il fera entré pour les dernières secondes du match son fils, Alexandru Pițurcă pour son 1er match en tant que professionnel.

Il n'est pas conservé à la tête du club pour le début de la saison 2002-2003, il cède sa place à Cosmin Olăroiu, mais après un début de saison catastrophique (3 victoires 3 nuls et 2 défaites, 5e du classement), Olăroiu est licencié et Pițurcă revient à la tête du Steaua où il terminera 2e du championnat derrière le Rapid cette fois-ci et se fait éliminer en huitièmes de finale de la Coupe contre le Dinamo encore une fois, mais prendra sa revanche en championnat en gagnant (4-2) au Stade Stefan Cel Mare du Dinamo.

Il est toujours en place pour la saison 2003-2004, où il terminera 2e du championnat pour la 3e fois à la tête du Steaua et pour la 4e fois de sa carrière en 7 saisons de Liga I. Il est éliminé en huitièmes de finale de la coupe une nouvelle fois par le Petrolul Ploiești. et sa campagne européenne en Coupe de l'UEFA se terminera au 2e tour après l'élimination de justesse contre le mythique club anglais de Liverpool (1-1 et 0-1). Il quitte son poste d'entraineur à l'issue de la saison à cause d'un différend avec Gigi Becali le propriétaire du Steaua.

Il rebondit alors en prenant les commandes de la Tricolorii pour la 2e fois de sa carrière à la fin de l'année civile 2004 pour tenter de qualifier la Roumanie pour la Coupe du monde 2006. Il commence par une défaite (2-0) contre les Pays-Bas, gagne (2-1) contre la Macédoine avant de reperdre contre les Néerlandais (2-0). Il enchaine ensuite les victoires, (3-0) contre l'Arménie, (2-0) contre Andorre, (2-0) contre la République Tchèque et (1-0) contre la Finlande, malgré ce parcours quasi sans fautes (les Pays Bas ayant totalement dominé le groupe), la Roumanie échoue à 2 petits points de la République Tchèque, ce qui prive les roumains du mondial 2006 en Allemagne.

Pițurcă est reconduit à la tête de la sélection, l'objectif étant de se qualifier pour l'Euro 2008 en Suisse-Autriche. Dans un groupe où figure une nouvelle fois les des Pays-Bas, mais aussi la Bulgarie et la Biélorussie, Pițurcă, comme a son habitude en phase éliminatoires, va mener une campagne brillante. La Roumanie termine 1re du groupe devant les Pays-Bas, 9 victoires, 2 nuls et une seule défaite à la clé, meilleur attaque du groupe avec 26 buts inscrits en 12 matchs, un carton (6-1) en Albanie, deux victoires (3-1) contre la Biélorussie et surtout une victoire (1-0) à domicile contre les Pays-Bas après avoir arraché le nul (0-0) à l'extérieur. Le trio offensif Mutu, Marica, Dică est la base de l'équipe Roumaine made in Pițurcă, 15 buts sur 26 pour les 3 hommes (6 pour Mutu, 5 pour Marica et 4 pour Dică). Malheureusement la phase finale de l'Euro 2008 sera moins heureuse pour Pițurcă et ses hommes, placé dans le « groupe de la mort » avec les Pays-Bas, l'Italie et la France, la Roumanie s'en sort avec les honneurs à la 3e place après des matchs nuls (0-0) contre la France et (1-1) contre l'Italie avant de céder (2-0) contre les Pays-Bas.

Le 16 octobre 2014, Pițurcă a signé un contrat portant sur deux saisons avec l'équipe Al Ittihad en Arabie saoudite[9].

Clubs[modifier | modifier le code]

En tant que joueur :

En tant qu'entraîneur :

En équipe nationale

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]