Victor Parizot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un compositeur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un compositeur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet musique classique.

Rémi Victor Parizot né le 8 septembre 1819 à Bordeaux[1] et mort à Paris (10e) le 26 mars 1866[2], est un compositeur de musique français.

Avec Ernest Bourget et Paul Henrion, il est un des fondateurs de la SACEM (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique).

Biographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1841 : Appartement à louer, scène populaire, paroles d'Ernest Bourget
  • 1841 : Les Diners parisiens, paroles d'Ernest Bourget
  • 1841 : La Mouche du tambour-major, scène populaire, paroles d'Ernest Bourget et Numa Armand[3]
  • 1845 : La mère Michel aux Italiens, chanson, paroles d'Ernest Bourget
  • 1845 : Tom Pouce et les peaux-rouges, chanson, paroles d'Ernest Bourget
  • 1845 : Le Cabinet de lecture, chanson, paroles d'Ernest Blum
  • 1845 : Le Diorama mythologique, chanson, paroles de Gustave Sauvey
  • 1848 : François les Bas-Bleus, chansonnette, paroles d'Henri Lefort
  • 1848 : Je suis enrhumé du cerveau, scène comique, paroles de Fabrice Labrousse
  • 1848 : La Pie du quartier latin, paroles d'Ernest Bourget
  • 1849 : Le Voyage en Californie, ou les Chercheurs d'or, paroles d'Ernest Bourget
  • 1849 : Clampin en Chine, scène comique de Jules Moinaux
  • 1850 : Alda, canzonetta, paroles d'Ernest Bourget
  • 1850 : Par-ci, par-là, chansonnette, paroles d'Ernest Bourget
  • 1850 : La Question d'Orient, à-propos vaudeville mêlé de couplets de Jules Moinaux
  • 1851 : L'Agent dramatique, scène comique, paroles de Gustave Sauvey
  • 1852 : Les Cris de Paris, grande valse imitative pour le piano avec chant, paroles et musique de Victor Parizot
  • 1852 : Parodie de Lucie, paroles d'Ernest Bourget
  • 1852 : Mosié l'Bambou, chanson créole, paroles de Marc Constantin
  • 1852 : Le Tambour du village, paroles de Charles Letellier
  • 1863 : J'suis donc pas amoureux, chanson, paroles de Francis Tourte
  • 1863 : Tout ce qu'on perd, chanson, paroles de Francis Tourte
  • 1863 : La Mère des toqués, chanson, paroles de Francis Tourte
  • Les Fées du Jardin Mabille, quadrille composé par Pilodo[4], arrangé pour le piano par Victor Parizot (non daté)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance n° 921 (vue 127/172). Archives en ligne de la Ville de Bordeaux, registre des naissances de 1819, 1re section.
  2. Acte de décès n° 1110 (vue 27/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 10e arrondissement, registre des décès de 1866.
  3. Jean-Numa Jautard dit Numa Armand (1813-1859) était, dans le civil, sous-chef de bureau au ministère de la Marine. Sa femme était actrice.
  4. Pierre Pilaudo dit Pilodo (1805-1871), était le chef d'orchestre du Bal Mabille. Une rue d'Asnières-sur-Seine porte son nom.