Victor Parizot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rémi Victor Parizot né le 8 septembre 1819 à Bordeaux[1] et mort à Paris (10e) le 26 mars 1866[2], est un compositeur de musique français.

Avec Ernest Bourget et Paul Henrion, il est un des fondateurs de la SACEM (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique).

Biographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1841 : Appartement à louer, scène populaire, paroles d'Ernest Bourget
  • 1841 : Les Diners parisiens, paroles d'Ernest Bourget
  • 1841 : La Mouche du tambour-major, scène populaire, paroles d'Ernest Bourget et Numa Armand[3]
  • 1845 : La mère Michel aux Italiens, chanson, paroles d'Ernest Bourget
  • 1845 : Tom Pouce et les peaux-rouges, chanson, paroles d'Ernest Bourget
  • 1845 : Le Cabinet de lecture, chanson, paroles d'Ernest Blum
  • 1845 : Le Diorama mythologique, chanson, paroles de Gustave Sauvey
  • 1848 : François les Bas-Bleus, chansonnette, paroles d'Henri Lefort
  • 1848 : Je suis enrhumé du cerveau, scène comique, paroles de Fabrice Labrousse
  • 1848 : La Pie du quartier latin, paroles d'Ernest Bourget
  • 1849 : Le Voyage en Californie, ou les Chercheurs d'or, paroles d'Ernest Bourget
  • 1849 : Clampin en Chine, scène comique de Jules Moinaux
  • 1850 : Alda, canzonetta, paroles d'Ernest Bourget
  • 1850 : Par-ci, par-là, chansonnette, paroles d'Ernest Bourget
  • 1850 : La Question d'Orient, à-propos vaudeville mêlé de couplets de Jules Moinaux
  • 1851 : L'Agent dramatique, scène comique, paroles de Gustave Sauvey
  • 1852 : Les Cris de Paris, grande valse imitative pour le piano avec chant, paroles et musique de Victor Parizot
  • 1852 : Parodie de Lucie, paroles d'Ernest Bourget
  • 1852 : Mosié l'Bambou, chanson créole, paroles de Marc Constantin
  • 1852 : Le Tambour du village, paroles de Charles Letellier
  • 1863 : J'suis donc pas amoureux, chanson, paroles de Francis Tourte
  • 1863 : Tout ce qu'on perd, chanson, paroles de Francis Tourte
  • 1863 : La Mère des toqués, chanson, paroles de Francis Tourte
  • Les Fées du Jardin Mabille, quadrille composé par Pilodo[4], arrangé pour le piano par Victor Parizot (non daté)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance n° 921 (vue 127/172). Archives en ligne de la Ville de Bordeaux, registre des naissances de 1819, 1re section.
  2. Acte de décès n° 1110 (vue 27/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 10e arrondissement, registre des décès de 1866.
  3. Jean-Numa Jautard dit Numa Armand (1813-1859) était, dans le civil, sous-chef de bureau au ministère de la Marine. Sa femme était actrice.
  4. Pierre Pilaudo dit Pilodo (1805-1871), était le chef d'orchestre du Bal Mabille. Une rue d'Asnières-sur-Seine porte son nom.