Victor Judet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Victor Judet
Fonctions
Député 1907-1924
Sénateur 1925-1938
Gouvernement Troisième République
Groupe politique RRRS (1907-1924)
GD (1925-1938)
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 67 ans)
Résidence Creuse

François Victor Judet, né le à Lavaufranche (Creuse), mort le à Saint-Georges-Nigremont (Creuse), est un avocat et un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jean Judet, il fait des études à l'École centrale et obtient les diplômes d'ingénieur des Arts et Manufactures, avant de devenir avocat à la cour d'appel de Paris.

Le , son père meurt. Les sièges de maire de Lavaufranche et de député de Boussac étant laissés vacants par sa disparition, Victor Judet lui succède. Ainsi, il est élu au second tour de scrutin, le , député radical-socialiste de la Creuse avec 5 098 voix contre 4 682 à son adversaire. À la Chambre, il commence à s'intéresser particulièrement aux questions agricoles, notamment à l'occasion de la discussion du projet de loi sur l'impôt sur le revenu, défendant des positions protectionnistes.

Réélu dès le premier tour le , avec 5 224 voix contre 3 347 et 913 à ses deux concurrents, puis le , avec 4 852 voix contre 4 466 à son adversaire, il devient « le grand spécialiste des questions agricoles ».

Il est conseiller général du canton de Boussac de 1902 à 1913.

Réélu en novembre 1919 sur une liste du Bloc des gauches réunissant républicains radicaux, radicaux-socialistes et socialistes, avec 19 945 voix sur 51 840 votants et 75 478 inscrits, il siège à la commission de l'agriculture et intervient sur les nouvelles ressources fiscales, l'alimentation de la Nation en pain et l'électrification des campagnes.

En mai 1924, il est battu avec 19 762 voix, alors qu'il est deuxième de sa liste, contre 20 029 pour son adversaire, pourtant troisième de sa liste, sur 53 028 votants. Se présentant alors aux élections sénatoriales du , il succède à Viviani lors d'un vote serré, au troisième tour de scrutin, avec 276 voix contre 264 à son adversaire sur 633 votants. Siégeant sur les bancs de la Gauche démocratique, il entre à la commission des travaux publics mais porte l'essentiel de ses interventions sur les questions agricoles.

Réélu le dès le premier tour de scrutin avec 369 voix sur 624 votants, il cumule la commission de l'agriculture avec celle des travaux publics.

Il meurt en 1938, à 57 ans, d'une pneumonie, neuf jours avant les élections, auxquelles il s'était porté candidat.

Sources[modifier | modifier le code]