Victor-Émile Michelet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Victor-Émile Michelet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Plaque Victor-Émile Michelet, 26 rue Monsieur-le-Prince, Paris 6.jpg
Plaque au no 26 rue Monsieur-le-Prince (Paris), où vit de 1908 jusqu'à sa mort, en 1938.

Victor-Emile Michelet est un poète ésotérique français, né à Nantes le 1er décembre 1861, mort à Paris le 12 janvier 1938.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il est le compagnon dans sa jeunesse du théosophe Stanislas de Guaïta, et le disciple fervent d'Edouard Schuré. Il participe à la création avec Papus de l'Ordre Martiniste en 1890, et dirige à Paris la loge Velleda, consacrée à l'étude du symbolisme.

Bien que participant à la vie littéraire parisienne dès ses 20 ans, il ne publie son premier recueil de poèmes, La Porte d'Or, qu'à 41 ans.

Il fait un moment partie de la coopérative d'artistes de L'Encrier, 29 quai d'Anjou, dans l'île Saint-Louis, et y imprime de ses mains sur la presse-à-bras de L'Encrier, avec l'aide de Roger Dévigne, son poème "Le Tombeau d'Hélène", en janvier 1924. Il habite alors 26 rue Monsieur-le-Prince (Paris 6e). Il participe en 1926 à la création de la Société des Études Atlantéennes, initiée par Roger Dévigne (qui en est le président) avec Paul Le Cour (qui en est le secrétaire général), et fait partie de son conseil d'administration. Il participe alors à des conférences en Sorbonne sur le thème de l'Atlantide. Puis lors de la scission entre Paul le Cour et Roger Dévigne en 1927, il suit Paul Le Cour.

Il devient président de la Société des Poètes Français en 1910, puis membre de la Maison de Poésie en 1932[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • De l’Ésotérisme dans l'Art, Paris, Librairie du Merveilleux, 1890, 29 p.
  • La Porte d'Or, Ollendorff, 1903, 236 p. Poésie; ouvrage ayant obtenu le prix Sully Prud'homme l'année de sa fondation.
  • Florizel et Perdita, Paris, Dubreil, 1904, 92 p. Théâtre ; pièce lyrique en 4 actes, imitée du Conte d'hiver, de Shakespeare ; musique de Alfred Rabuteau.
  • Le Pèlerin d'Amour, Paris, Odéon, 1904. Théâtre, pièce en un acte en vers
  • L’Espoir merveilleux, Mercure de France, 1908. Poésie.
  • L'amour et la magie (1908), Chacornac, 1926, 151 p.
  • Villiers de l'Isle-Adam, Paris, Librairie hermétique, collection Nos Maîtres, 1910, avec un portrait et un autographe de l'Auteur, 99 p.
  • La possédée, Paris, Figuière, 1914, 68 p. Théâtre.
  • Le tombeau d'Hélène, Paris, L'Encrier, 1924, 12 p. Poésie.
  • Le secret de la chevalerie, Paris, C. Bosse, 1930, 101 p. Rééd. Maisnie Trédaniel 1990 [1]
  • Introduction à la vie ardente, Paris, Messein, 1931, 80 p. Poésie.
  • La Descente de Vénus aux enfers, Paris, Messein, 1931; Poésie.
  • Promenade aux jardins des esprits et des formes, Bibliothèque de l'Artistocratie, Les Écrivains Indépendants, 1934
  • Les Compagnons de la hiérophanie. Souvenirs du mouvement hermétiste à la fin du XIX° siècle, Dorbon, 1937. Rééd. Repro 2000, 1977, 157 p.
  • Contes surhumains, Paris, l’Édition
  • Contes aventureux, Librairie Guilmoto ; ouvrage couronné par l'Académie.
  • Étude sur quelques Artistes originaux : Maufra, peintre et graveur, librairie Floury
  • L'Après-Midi des Poètes : la Poésie symboliste, Paris, l’Édition, conférence faite au Salon des Artistes indépendants, avec deux conférences de MM. P.Roinard et Guillaume Apolinaire.
  • L'Amour et la Magie, Paris, l’Édition

Sources[modifier | modifier le code]

  • Anthologie des Poètes français contemporains, T4, Delagrave, Paris, 1958

Études sur V.-É. Michelet[modifier | modifier le code]

  • Émile Faguet, Dix-neuvième siècle : études littéraires (1887), Boivin, 1949.
  • Richard E. Knowles, Victor-Émile Michelet, poète ésotérique, préface Gaston Bachelard, Vrin, 1954, XII-308 p. [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Passelaigue, Lorsque Michelet, voyageur romantique traversait le Velay et l'Auergne, le Gonfanon no 66, Argha