Vicomte A

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

VICOMTE A.
logo de VICOMTE A.
Création 2005
Fondateurs Arthur de Soultrait
Forme juridique Société à responsabilité limitée
Slogan L'instinct chic
Siège social Drapeau de France Cergy-Pontoise (France)
Direction Arthur de Soultrait
Actionnaires Arthur de Soultrait, CM-CIC Capital Finance, Eric de Soultrait et Marcy de Soultrait
Activité Industrie textile
Produits Prêt-à-porter haut de gamme
Société mère Ségur[réf. nécessaire]
Effectif 60
Site web vicomte-a.com
Chiffre d’affaires en augmentation 15 millions d'euros (2015)[réf. nécessaire]
Arthur de Soultrait

Vicomte A. est une marque française de prêt-à-porter haut de gamme, fondée en 2005 par Arthur de Soultrait. Marque de cravates et de polos à l’origine[1], Vicomte A. vend des vêtements pour hommes, femmes et enfants.

La société compte en 2016 un réseau de 350 points de vente dans une trentaine de pays[2], emploie 60 salariés et a réalisé un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros en 2015[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Arthur de Soultrait est né en avril en 1982. Il étudie à l'IPAG et poursuit son apprentissage aux Galeries Lafayette en effectuant un stage de six mois au service achat. Vicomte A. est née sur les trottoirs de la ville de Charlotte, en Caroline du Nord (USA), où Arthur a commencé à vendre des cravates au porte-à-porte, alors que la société qui l’employait comme stagiaire venait de faire faillite. Il fonde la marque Vicomte A. en avril 2005[4],[5] A son retour en France, en 2006, il décroche un contrat pour la confection des cravates de la délégation défendant la candidature de la Ville de Paris à l'organisation des Jeux Olympiques de 2012. Par la suite la marque lance son polo bicolore, qui deviendra par la suite sa marque de fabrique. Suivront en 2007 les premières chemises et les pulls, la marque propose dès lors un vestiaire global. En 2012 Vicomte A devient l'habilleur officiel du Vendée Globe. [6] En 2013, une boutique à Miami voit le jour. En 2014, tout en restant actionnaire majoritaire, Arthur de Soultrait ouvre le capital à CM-CIC Capital Finance, notamment pour accélérer le développement du réseau de distribution en France et à l'international [7].

Style[modifier | modifier le code]

Vicomte A. reprend les codes du luxe utilisés par les grandes marques tout en proposant des produits plus abordables grâce à des coûts, notamment en matière publicitaire, moins élevés que ceux de la concurrence[4].

Le produit phare de la marque est le polo, plus particulièrement le bicolore[8].

Gamme de produits[modifier | modifier le code]

La marque s'est faite connaître à ses débuts pour ses polos bicolores, inspirés par les couleurs vives des casaques de jokeys, qui en 2008 représentent 60 % de son chiffre d'affaires[9]. La société vend également des vêtements personnalisés destinés aux entreprises[10],[11] via l'entreprise Marcy Infinity dirigée par Marcy de Soultrait, frère d'Arthur de Soultrait.

Collaboration VICOMTE A. x Aigle

En 2011, la marque s'est associée à la maison d'armurerie Gastinne Renette pour lancer une collection chasse et campagne: Gastinne Renette by Vicomte A[12].

La fabrication des produits de la marque se fait dans différents pays d'Europe dont la France et le Portugal, mais aussi en Turquie ainsi qu'au Pérou, notamment pour les produits en Pima Cotton.[réf. nécessaire].

En 2016, Vicomte A. et Aigle se lancent dans une collaboration[13],[14] pour donner un grand coup de frais au vestiaire du pêcheur pour un style juste et durable à la ville comme à la campagne.

Distribution[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La société compte aujourd'hui un réseau de 350 points de vente dans une trentaine de pays (Europe, États-Unis, Moyen-Orient, Asie et Amérique Centrale).[15]

Le réseau compte, en 2016, 14 magasins en propre et 9 franchises. Le restant est réparti entre des magasins multimarques, des corners, comme aux Galeries Layette ou Printemps, en France, Chine et Indonésie. [16]

Les deux premières boutiques en nom propre ont été ouvertes à Paris et à Palm Beach en 2007. [17]

Résultats[modifier | modifier le code]

En 2015, la société réalise un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros et compte 60 salariés[5],[18].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « L’incroyable saga de Vicomte A, le roi des vêtements BCBG », sur Challenges (consulté le 9 mai 2016)
  2. « Le Paris d'Arthur et Marcy de Soultrait, Vicomte A – », sur Figaro Tv (consulté le 2 mai 2016)
  3. (fr) « L’incroyable saga de Vicomte A, le roi des vêtements BCBG », sur Challenges (consulté le 9 mai 2016)
  4. a et b Frédéric Martin-Bernard, « L'insolent succès du Vicomte A », Le Figaro Madame,‎
  5. a et b Yann Le Galès, « Arthur de Soultrait impose sa griffe », Le Figaro,‎
  6. « Actualités - Vicomte A. : « Vous nous verrez prochainement pas très loin des pontons » - Vendée Globe », sur www.vendeeglobe.org (consulté le 9 mai 2016)
  7. (fr) « Passer du marketing de soi à une marque mondiale », sur Les Echos Business (consulté le 9 mai 2016)
  8. http://www.challenges.fr/luxe/20140606.CHA4693/l-incroyable-saga-de-vicomte-a-le-roi-des-vetements-bcbg.html
  9. Virginie Jacoberger-Lavoué, « Vicomte Arthur, l'ultrachic acidulé », Valeurs actuelles, no 3741,‎ , p. 54 (ISSN 0049-5794)
  10. Louise Roumieu, « Vicomte A, l'aristo qui défie le croco », Entreprendre, no 251,‎ , p. 70-72 (ISSN 1145-5764)
  11. Dominique Malécot, « Success-story : Vicomte A rêve d'habiller le monde à ses couleurs », Les Échos,‎
  12. lefigaro.fr, « Vicomte A part à la chasse avec Gastinne Renette », sur Le Figaro (consulté le 9 mai 2016)
  13. « Wanted : la collab’ Aigle et Vicomte A. », sur Femme Actuelle (consulté le 2 mai 2016)
  14. VICOMTE A., « VICOMTE A. x AIGLE »,‎ (consulté le 2 mai 2016)
  15. « la marque - Vicomte-A », sur vicomte-a.com (consulté le 2 mai 2016)
  16. « Arthur de Soultrait – Vicomte A. : "Nos priorités pour la marque, ouvrir davantage de magasins et conquérir la Chine" », sur Atlantico.fr (consulté le 9 mai 2016)
  17. « [Étude de cas] La marque de vêtement Vicomte A. s'impose face à ses concurrents », sur http://www.chefdentreprise.com/ (consulté le 9 mai 2016)
  18. Éric de Legge et Jean-Étienne Juthier, « Segur, les bons comptes de Vicomte Arthur », Le Journal du Net,‎