Vicomté de Fenouillèdes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Blason des vicomtes de Fenouillet

La vicomté du Fenouillèdes ou Vicomté de Fenouillet a existé du IXe au XIIIe siècle et occupe plus ou moins le territoire actuel de la région naturelle de Fenouillèdes avec pour siège le château Saint-Pierre de Fenouillet. Ses limites sont à l'ouest les gorges de la Pierre-Lys où est fondée l'abbaye de Saint-Martin-Lys et le Tuc ou Pic Dourmidou, au nord la première crête des Corbières, au sud le Pic du Roussillon et à l'est la limite passe entre Maury et Estagel. Au delà de l'Aude, à l'ouest, sont compris les territoires des villages actuels de Cailla, Artigues et Axat[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bernard Taillefer de Besalú et son fils Guillem Ier, seigneurs éminents du Fenouillèdes vers 1030.

Ancien pagus, issue du partage du comté de Razès vers 879, entre les familles de Cerdagne et de Carcassonne, la vicomté alors appelé comté, fait partie de l'héritage des comtes de Cerdagne. En 958 Sunifred II de Cerdagne donne la vallée de Sainte-Croix et le roc où sera construit le château de Puilaurens à l'abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa[2].

Le territoire passe ensuite aux comtes de Besalu à partir de Bernat Ier Taillefer vers 988. C'est vers cette époque que les premiers vicomtes héréditaires apparaissent avec Pèire Ier de Fenouillet, documenté en 992. De 1017 à 1020, le territoire de la vicomté est intégré à l'évêché de Besalú au détriment de celui de Narbonne notamment. Le comte Bernard Taillefer envisage un temps que le monastère de Saint-Paul-de-Fenouillet accueille la cathédrale.

En 1112, Ramon Berenguer III de Barcelone hérite de la suzeraineté sur la vicomté et l'inféode à son demi-frère Aymeri II de Narbonne. Les vicomtes de Fenouillet suivants seront vassaux de sa fille, la vicomtesse Ermengarde.

En 1162, le roi d'Aragon Alphonse Ier est le seigneur nominal, puis ses successeurs jusqu'en 1258, lorsque le traité de Corbeil signé par Jacques Ier le Conquérant entérine l'annexion du Fenouillèdes au royaume de France.

Il semble qu'en 1249 Chabert de Barbaira prenne sous sa protection la vicomté au nom de la vicomtesse Guéraude de Calders, alors Pierre V de Fenouillet se fait Templier au Mas Deu. En 1255, Hugues de Saissac ou de Fenouillet rend hommage au vicomte de Narbonne pour le Fenouillèdes. Le dernier vicomte Hugues de Fenouillet meurt en 1261.

La vicomté disparait et laisse place à la viguerie de Fenouillèdes et au baillage de Sault, qui englobe le Roquefortès qui faisait jusqu'alors partie intégrante du Fenouillèdes. Les descendants des vicomtes de Fenouillet, les de Saissac, devenus vicomtes d'Ille en Roussillon mènent plusieurs procès pour récupérer leur héritage jusqu'au XIVe siècle[3].

Généalogie des vicomtes de Fenouillèdes[modifier | modifier le code]

Arbre généalogique[4] établi à partir de l'ouvrage d'Armand de Fluvià[5] :

 
 
 
 
 
Sentill
Senyor
de Cameles
 
 
 

Adelaida
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Peire I[6],[7]
(? - vers 1017)
992-1017
 
 
 

Inconnue
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Guisla
 
 
 
Udalgar I
(? - vers 1070)
1017-1070
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Peire II
(? - vers 1079)
1070-1079
 
 
 

Bel·lisenda
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Amaltruda
 
 
 
Arnaud Guillaume I
(? - vers 1095)
1079-1095
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mafalda[8] ?
 
 
 
Arnaud Guillaume II
(? - vers 1102)
1095-1102
 
Guillaume Peire I
(? - vers 1119)
1102-1119
 
 
 

Matel·la ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

1. Norícia
2. Ava
 
 
 
Udalgar II
(? - vers 1164)
1119-1164
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Inconnue ?
 
 
Peire III
(? - vers 1102)
1164-1165
 
Arnaud I[7]
(? - vers 1173)
1165-1173
 
 
 

Ermengarda ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Peire IV[9],[7],[10]
(? - vers 1209)
1179-1209
 
 
 
Ava I
(? - vers 1229)
1173-1229
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1. Ermessenda
2. Gueraua
de Calders
 
 
 
Peire V[11]
(? - vers 1243)
1209-1229
 
 
 

Liste chronologique des vicomtes[modifier | modifier le code]

Châteaux et fortifications de la vicomté de Fenouillèdes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ca) Jordi BOLÒS - Víctor HURTADO, Atles dels comtats de Rosselló, Conflent, Vallespir i Fenollet (759-991), Barcelona, Rafael Dalmau, , 151 p. (ISBN 978-84-232-0734-3), p.9
  2. Bolòs i Masclans, Jordi,, « Atles dels comtats de Rosselló, Conflent, Vallespir i Fenollet (759-991) » (ISBN 9788423207343, consulté le 13 septembre 2018)
  3. Réuni par Maïté Lafourcade, « La frontière des origines à nos jours », Actes des journées de la Société internationale d'histoire du droit tenues à Bayonne, les 15, 16, 17 mai 1997,‎ , p. 525
  4. Légende : femmes en italique, les noms sont en général en catalan sauf Peire (Pere en catalan), Arnaud (Arnau), Guillaume (Guillem), les vicomtes (ou vicomtesse pour Ava I) sont en gras dans une case à fond coloré.
  5. Ouvrage Els primitius comtats i vescomtats de Catalunya.
  6. A priori frère de Guillaume Ier vicomte de Castelnou (ouvrage d'A. de Fluvià)
  7. a b et c Rubrique Patrimoine du site de la commune de Fenouillet
  8. Peut-être fille du comte Raimond-Bérenger II de Barcelone et de Mafalda de Pulla-Calàbria (ouvrage d'A. de Fluvià).
  9. Peire de Saissac, seigneur de Saissac, vicomte de Fenouillet sous le nom de Peire IV (ouvrage d'A. de Fluvià).
  10. Article Fenouillèdes de Thomas Charpentier
  11. Également chevalier de l'Ordre du Temple

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ca) Armand de Fluvià i Escorsa, Els primitius comtats ivescomtats de Catalunya : Cronologia de comtes i vescomtes, Barcelone, Enciclopèdia Catalana, coll. « Biblioteca universitària » (no 11), (ISBN 84-7739-076-2), p. 182-183 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Laurent Fonquernie, La vicomté de Fenouillèdes du IXe au XIIIe siècle : DEA d'histoire sous la dir. de Pierre Bonnassie, Université Toulouse Le Mirail,
  • Thomas Charpentier, Peuplement et pouvoirs aux Xe-XIVe siècles. Évolution du territoire autour du château de Fenouillet : Master I, Histoire et Histoire de l'art et archéologie sous la dir. de François Amigues, Université de Perpignan,
  • Thomas Charpentier, « Fenouillet : un centre de pouvoir vicomtal antérieur au XIIIe siècle », Archéothéma, no 23,‎ (ISSN 1969-1815) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • « Fenouillet en Fenouillèdes », sur http://www.fenouillet.org, Commune de Fenouillet (consulté le 9 septembre 2012) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]