Vickie Gendreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vickie Gendreau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 24 ans)
Nationalité
Activité

Vickie Gendreau, née le à Montréal, est une romancière québécoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est décédée d'une tumeur au cerveau à l'âge de 24 ans, le 11 mai 2013[1]. Vickie Gendreau a été active dans le milieu québécois de la poésie et de la performance[2] et s'est fait connaître auprès du grand public lors son passage à l'émission Tout le monde en parle sur les ondes de Radio-Canada le 23 septembre 2012[3].

Écriture[modifier | modifier le code]

Vickie Gendreau a publié des romans autofictionnels[4],[5] dans lesquels elle livre des fragments de journaux intimes[6]. Son premier roman, Testament, qui aborde le sujet de sa maladie, a été publié en 2012 au Quartanier. Il a remporté le prix Marc-Antoine-K.-Fennec remis par l'Académie de la vie littéraire en 2013, et a été adapté pour la scène au Théâtre de Quat'Sous en mars 2014[7].

Ayant fait l'objet d'une lecture publique quelques semaines avant sa mort[8], son deuxième roman, Drama Queens[9], est publié de façon posthume en 2014. En 2018, sa maison d'édition Le Quartanier fait paraître un texte inédit intitulé Shit fuck cunt, écrit en 2010[10].

Liens avec l'auteur Mathieu Arsenault[modifier | modifier le code]

L'écrivain québécois Mathieu Arsenault était le meilleur ami et le mentor littéraire de Vickie Gendreau[11]. Ils ont par ailleurs collaboré au sein de l'Académie de la vie littéraire, fondée par Arsenault et qui incluait également Catherine Cormier-Larose[12]. Mathieu Arsenault est, depuis son décès, le "légataire littéraire des textes de Vickie Gendreau" et le "gardien [de ses] archives"[11].

La critique a par ailleurs noté une grande proximité entre les romans Drama Queens, première publication posthume de Gendreau, et La vie littéraire d'Arsenault[13], tous deux publiés aux éditions Le Quartanier en 2014 et qui ont fait l'objet d'un lancement conjoint[9]. Les deux auteurs font notamment mention l'un de l'autre dans leurs romans. Alors que Gendreau met en scène son ami "Mathieu" dans Testament et dans Drama Queens, Arsenault propose une narratrice féminine inspirée notamment de Vickie Gendreau[14], et qui constitue en quelque sorte un "double féminin de l'auteure"[13], notamment lors du passage suivant: "j’ai vingt-quatre ans et je pense à vickie gendreau qui avait le même âge"[15].

Romans[modifier | modifier le code]

  • Testament, Le Quartanier, 2012; réédité par Boréal en 2014
    • Testament (traduction d'Aimee Wall), Book*hug Press (Toronto), 2016

Références[modifier | modifier le code]

  1. ICI.Radio-Canada.ca, « Décès de l'écrivaine Vickie Gendreau », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 28 juillet 2015)
  2. Chantal Guy, « Vickie Gendreau/Testament: comment vous dire adieu? », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2015)
  3. « Tout le monde en parle », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 28 juillet 2015)
  4. André Brochu, « Vickie Gendreau, Claude Grenier, Alain Beaulieu », Lettres québécoises : la revue de l'actualité littéraire, no 156,‎ , p. 20-21
  5. Isabelle Boisclair et Catherine Dussault Frenette, « Mosaïque : l’écriture des femmes au Québec (1980-2010) », Recherches féministes, no vol. 27, n° 2,‎ , p. 49-50
  6. Marie-Michèle Giguère, « Vickie Gendreau, Véronique Papineau, Philippe Collard », Lettres québécoises : la revue de l'actualité littéraire, no 156,‎ , p. 22
  7. « Testament », sur MonTheatre.qc.ca (consulté le 12 mars 2019)
  8. « L’écrivaine Vickie Gendreau s’est éteinte », sur Le Devoir, (consulté le 12 mars 2019)
  9. a et b Chantal Guy, « Vickie Gendreau: écrire dans un monde qui ne lit plus », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2019)
  10. Chantal Guy, « Un inédit de Vickie Gendreau », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2019)
  11. a et b Géraldine Zaccardelli, « Vickie Gendreau: une vivacité au-delà de la mort », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2019)
  12. Chantal Guy, « Le gala des plumes originales », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mars 2019)
  13. a et b Dupuis, Gilles, Drama queens de Vickie Gendreau; La vie littéraire de Mathieu Arsenault, Spirale, numéro 253, été 2015 (OCLC 933523128, lire en ligne)
  14. Chantal Guy, « Mathieu Arsenault: créer son époque », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2019)
  15. Mathieu Arsenault, La vie littéraire (ISBN 9782896981625 et 2896981624, OCLC 879244154, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]