Vicente Álvarez Areces

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vicente Álvarez Areces
Vicente Álvarez Areces, en 2008.
Vicente Álvarez Areces, en 2008.
Fonctions
Sénateur aux Cortes Generales
En fonction depuis le
5 ans, 7 mois et 9 jours
Élection
Réélection
Circonscription Asturies
Législature Xe, XIe et XIIe
Groupe politique Socialiste
Porte-parole du groupe socialiste au Sénat

(8 mois et 10 jours)
Législature XIIe
Prédécesseur Óscar López Águeda
Successeur Andrés Gil García
Président de la principauté des Asturies

(11 ans, 11 mois et 25 jours)
Gouvernement Areces I, II et III
Législature Ve, VIe et VIIe
Coalition PSOE (1999-2003)
PSOE-IU (2003-07)
PSOE (2007-08)
PSOE-IU (2008-11)
Prédécesseur Sergio Marqués
Successeur Francisco Álvarez-Cascos
Maire de Gijón
Élection
Réélection
Coalition PSOE
Prédécesseur José Manuel Palacio
Successeur Paz Fernández Felgueroso
Biographie
Nom de naissance Vicente Alberto Álvarez
Areces
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Gijón (Espagne)
Parti politique PSOE
Profession Fonctionnaire

Vicente Álvarez Areces
Présidents de la principauté des Asturies

Vicente Alberto Álvarez Areces, né le à Gijón, est un homme politique espagnol membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE)

Il est maire de Gijón entre et , puis président de la principauté des Asturies jusqu'en . Quatre mois plus tard il est élu sénateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et premier emploi[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu un diplôme de génie technico-électrique à l'école d'ingénieurs de Gijón, il passe avec succès sa licence de mathématiques à l'université de Saint-Jacques-de-Compostelle, et devient professeur de statistiques à l'université d'Oviedo.

Initialement membre du Parti communiste[modifier | modifier le code]

Membre du Parti communiste d'Espagne (PCE) depuis , il est élu au comité central en . Il est alors chargé d'organiser la première conférence régionale du parti dans les Asturies, où il devient secrétaire politique, fonction dont il est destitué à la suite des désaccords avec les Commissions ouvrières (CCOO).

Après les élections législatives du , il adopte une posture critique qui le conduit à quitter le comité central, puis le parti l'année suivante.

Un haut fonctionnaire du ministère de l'Éducation[modifier | modifier le code]

En , il est nommé directeur du ministère de l'Éducation et de la Science dans les Asturies, puis il est promu, en , chef du service d'inspection technique, avec rang de sous-directeur général. Il est placé en disponibilité deux ans plus tard.

Le passage chez les socialistes[modifier | modifier le code]

Il se présente en aux élections municipales dans la ville de Gijón, sous les couleurs du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Il remporte le scrutin et devient ainsi maire de l'une des plus importantes villes des Asturies, succédant au socialiste José Manuel Palacio. Il confirme cette victoire aux élections de et .

Président des Asturies[modifier | modifier le code]

Chef de file du PSOE aux élections autonomiques du , il remporte 46,7 % des voix, soit 12 points d'avance sur son principal adversaire, le conservateur Ovidio Sánchez, et 24 députés sur 45, soit la première majorité absolue depuis celle des élections de . Le suivant, Vicente Álvarez Areces est investi à 55 ans président de la principauté des Asturies.

Au scrutin du , il recule à 41,4 % des voix et 22 sièges, soit une avance de trois élus mais moins d'un point sur le Parti populaire (PP). Il se maintient cependant au pouvoir au moyen d'une coalition avec la Gauche unie (IU).

Il postule pour un troisième mandat lors des élections autonomiques du , et confirme le statut du PSOE en tant que première force politique avec 43 % des suffrages et 21 sièges, seulement un de plus que le PP, toujours conduit par Ovidio Sánchez. Réinvesti à la présidence du gouvernement régional, il doit cependant attendre le avant de renouveler sa coalition avec IU[1], ce qui lui donne une assise parlementaire de 25 députés sur 45.

Fin de carrière régionale[modifier | modifier le code]

Conformément à ce que la presse avait laissé entendre en , il annonce le qu'il ne sera pas candidat à un quatrième mandat aux élections régionales de 2011[2]. Pour ce scrutin, où il n'est même pas candidat à un mandat de député régional, il est remplacé par Javier Fernández, secrétaire général de la Fédération socialiste asturienne (FSA-PSOE) depuis .

À l'issue des élections, c'est le conservateur Francisco Álvarez-Cascos, figure de la droite des années 1990 et désormais chef de file des régionalistes de centre droit, qui lui succède le . Il établit alors le record de longévité et du nombre de mandats à la présidence de la communauté autonome.

Sénateur[modifier | modifier le code]

Deux mois plus tard, il est investi tête de liste socialiste au Sénat pour les élections générales du [3].

Au cours du scrutin, il remporte 179 350 voix, réalisant ainsi le quatrième meilleur résultat ce qui assure son élection à la chambre haute[4]. Il siège à la commission de la Culture, où il est porte-parole du groupe socialiste entre et , à la commission de l'Éducation et des Sports, où il est porte-parole à partir de , à la commission des Affaires latino-américaines, jusqu'en , et à la commission générale des communautés autonomes, à compter de , et à la commission bicamérale pour l'Union européenne[5].

De nouveau candidat aux élections sénatoriales du , il se fait réélire en recueillant 140 358 suffrages, soit le quatrième résultat des Asturies[6]. Pour ce deuxième mandat, il est deuxième secrétaire de la commission générale des communautés autonomes, porte-parole à la commission de l'Éducation et des Sports, et siège à la commission de l'Industrie, de l'Énergie et du Tourisme[7].

Il se représente au cours des élections sénatoriales anticipées du et s'assure un troisième mandat avec 143 840 voix, réalisant de nouveau le quatrième résultat dans les Asturies[8]. Reconduit dans ses précédentes responsabilités, il quitte la commission de l'Industrie mais devient deuxième secrétaire de la commission de l'Équipement[9].

Le suivant, la direction provisoire du PSOE indique que Vicente Álvarez Areces est nommé porte-parole du groupe parlementaire socialiste au Sénat en remplacement d'Óscar López[10]. Avec le retour de Pedro Sánchez au poste de secrétaire général du PSOE, il est lui-même remplacé par Andrés Gil García le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) EFE, « PSOE e IU llegan a un acuerdo de gobierno », sur lne.es/, (consulté le 11 octobre 2016).
  2. (es) Javier Cuartas, « Álvarez Areces no repetirá de candidato socialista en Asturias », sur elpais.com/, (consulté le 11 octobre 2016).
  3. (es) « Trevín y Areces, serán los cabezas de lista del PSOE, al Congreso y al Senado », Oviedo Diario, le
  4. (es) Junte électorale centrale, « Acuerdo de 7 de diciembre de 2011, de la Junta Electoral Central, por el que se publica el resumen de los resultados de las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado convocadas por Real Decreto 1329/2011, de 26 de septiembre, y celebradas el 20 de noviembre de 2011 », sur juntaelectoralcentral.es/, (consulté le 11 octobre 2016).
  5. (es) Sénat, « Álvarez Areces, Vicente Alberto – X Legislatura », sur senado.es/ (consulté le 11 octobre 2016).
  6. (es) Junte électorale centrale, « Resolución de 26 de enero de 2016, de la Presidencia de la Junta Electoral Central, por la que se publica el resumen de los resultados de las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado convocadas por Real Decreto 977/2015, de 26 de octubre, y celebradas el 20 de diciembre de 2015 », sur juntaelectoralcentral.es/, (consulté le 11 octobre 2016).
  7. (es) Sénat, « Álvarez Areces, Vicente Alberto – XI Legislatura », sur senado.es/ (consulté le 11 octobre 2016).
  8. (es) Junte électorale centrale, « Acuerdo de 20 de julio de 2016, de la Junta Electoral Central, por el que se publica el resumen de los resultados de las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado convocadas por Real Decreto 184/2016, de 3 de mayo, y celebradas el 26 de junio de 2016 », sur juntaelectoralcentral.es/, (consulté le 11 octobre 2016).
  9. (es) Sénat, « Álvarez Areces, Vicente Alberto – XII Legislatura », sur senado.es/ (consulté le 11 octobre 2016).
  10. (es) Anabel Díez, « La gestora socialista refuerza a Hernando al frente del grupo parlamentario », sur elpais.com/, (consulté le 11 octobre 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]