Viande transformée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme "viande transformée" est la traduction française de l'expression américaine "processed meats"[1]. Une viande transformée est une viande ou un mélange de viandes ou un produit essentiellement constitué de viande ayant subi un ou plusieurs processus ayant modifié son état initial (par exemple en vue de sa conservation hors de la chaine du froid, mais pas uniquement). En Europe, la catégorie "viande transformée" correspond pour l'essentiel aux produits de charcuterie, si bien que les termes "charcuterie" et "viande transformée" sont généralement utilisées pour désigner les mêmes produits[2][3][4]

L'Institut national du cancer donne la définition suivante du terme "charcuterie", au sens scientifique: "Le terme "charcuteries" désigne ici la catégorie des processed meats qui prend en compte toutes les viandes conservées par fumaison, séchage, salage, ou addition de conservateurs (y compris les viandes hachées si elles sont conservées chimiquement, corned beef...)"[5]

Le CIRC (IARC) en 2015 a défini la viande transformée comme « viande qui a été transformé par le salage, le durcissement, la fermentation, le fumage, ou d'autres processus pour rehausser sa saveur ou en améliorer la conservation. Les viandes les plus transformées contiennent du porc ou du bœuf, mais les viandes transformées peuvent aussi contenir d'autres viandes rouges, de la viande de volaille, des abats, de la viande ou des sous-produits tels que le sang »[6].

Le fumage et le salage associé ou non au séchage sont trois techniques de transformation de viande pratiquées depuis la préhistoire (de même pour le poisson). Ces pratiques modifient, l'aspect et le goût des viandes.

Le nombre de sortes de viandes transformées mises sur le marché ou transformées dans le foyer domestique varie selon les cultures et les époques. Dans certains pays, il peut y avoir des centaines de produits différents à base de viande, chacun avec un nom, un goût et des caractéristiques propre, mais beaucoup de ces produits peuvent être regroupés dans quelques catégories correspondant à un ou plusieurs types de technique de transformation.

Les hot-dogs (saucisses de Francfort), le jambon, les saucisses, le corned-beef, le biltong ou la viande de bœuf séchée ou encore les conserves de viande (pâtés...) et diverses préparations à base de viande sont des exemples de « viande transformée ». Dans son rapport d'expertise, le Conseil Supérieur de Santé belge souligne que l'appellation "viande transformée" est réservée aux charcuteries réalisées à partir de viande rouge: "La “charcuterie à base de viande rouge” est définie dans ce rapport comme étant la viande rouge qui a subi un saumurage (le plus souvent par ajout de nitrite et/ou de nitrate) suivi d’un ou plusieurs traitements additionnels pour la conservation. Ceci concerne la plupart des charcuteries à l’exception des produits préparés exclusivement avec du poulet ou d’autres volailles."[7]

Aspects sanitaires[modifier | modifier le code]

Lorsqu'elles sont fabriquées sans que les règles d'hygiène soient respectées, les viandes transformées présentent des risques risques microbiens de type listériose[8], staphylocoque [9], plus rarement botulisme[10]. En outre, les viandes transformées sont depuis plusieurs décennies considérées comme sources de risque sanitaire individuel et en termes de santé publique en raison de leurs effets cardiovasculaires et en termes de risque de développer certains cancers (du tube digestif)[11][12], en particulier le cancer du côlon et le cancer du rectum (réunis sous le nom "cancer colorectal"). En 2009, l'institut national du cancer indiquait l'estimation suivante: le risque de cancer colorectal est augmenté de 21 % par portion de 50 g de charcuteries consommée par jour[5].

Les viandes transformées sont impliquées dans plusieurs autres pathologies (diabète[13], maladies cardiovasculaires[14][15], cancers non-digestifs, en particulier cancer du pancréas[16] et de l'oesophage[16]), cependant les données épidémiologiques disponibles sont moins convaincantes que pour le cancer colorectal et, dans une moindre mesure, le cancer de l'estomac[17]. Dans le cas du cancer du poumon[18], deux types de cancers voient leur risque augmenter : l'adénocarcinome et le carcinome spinocellulaire, mais pas le carcinome à petites cellules[18]. Par contre une méta-analyse d'Alexander et al. (2010) ne conclut pas à l’existence d'une corrélation linéaire entre consommation de viande rouge (ou transformée) et le risque de développer un cancer de la prostate[19]. De même selon une autre méta-analyse (de 2010), s'il existe un lien avec le cancer du sein (autre cancer hormonal), il n'est pas clair et devrait encore être précisé, mieux expliqué ou mieux démontré[20].

Différence viande transformée/non transformée du point de vue sanitaire[modifier | modifier le code]

Il est observé que de manière générale, « les mangeurs de viande ont un indice de masse corporelle et un gain de poids plus élevé que les végétariens »[21]. La viande rouge est associée au risque de cancer de l'estomac[22],[23], de cancer du pancréas[24] (de même que la viande rouge chez l'homme, mais pas chez la femme[24]) et de cancer colorectal[25],[26] même non transformée, mais certains modes de transformation aggravent ce risque[27],[28],[29],[30],[31].

En matière de viande rouge non transformée, le risque accru de cancer est au moins en partie lié à la production de benzo(a)pyrène (BaP) et/ou d'amines hétérocycliques (HCA) lors de la cuisson des viandes. Ces amines sont des produits de pyrolyse qui se forment durant certains processus de cuisson (de la viande rouge, de viande transformée ou de poisson). Ce sont de puissants agents mutagènes et/ou cancérogènes[32], fréquemment trouvés à doses significatives dans les viandes transformées cuites[33],[34]. Mais en matière de viande transformée, le risque accru de cancer est lié à plusieurs mécanismes qui révèlent le rôle central du couple fer héminique/peroxydation lipidique endogène[16].

Cancer[modifier | modifier le code]

Le , le Centre international de recherche sur le cancer a classé l'ensemble des viandes transformées, dans la catégorie des produits cancérigènes certains (groupe 1)[35]. Si la dangerosité de la viande transformée reste en-deçà de celle d'autres cancérigènes, comme notamment le tabagisme ou la pollution de l'air[36], le Fonds mondial de recherche contre le cancer recommande malgré tout de ne pas en consommer[37]. En 2017, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail actualise ses repères nutritionnels et recommande de ne pas consommer plus de 25 grammes de charcuterie par jour[38].

Le mécanisme le plus connu est lié à l'apparition de composés N-nitrosés (ou NOCs)[39]. Les NOCs sont issus des réactions de nitrosations (ajout d’ions nitrosonium NO+ sur une amine ou une amide formant, respectivement, des nitrosamines ou des nitrosamides) et des réactions de nitrosylation (ajout d’un ion nitrosyl NO- sur des métaux ou des groupements thiols, menant à la formation de S-nitrosothiols, ou de fer nitrosylé), toutes deux favorisées par les nitrites d’origine alimentaire, les plus communément utilisés en transformation de viande étant le nitrite de sodium et le nitrate de potassium, lui-même donnant lieu à l'apparition de nitrite: "les nitrates et les nitrites contribuent à l'effet promoteur

des charcuteries, via la formation des NOCs"[40]. Le fer héminique est formé d’un noyau porphyrine contenant un atome de fer (Fe2+). C’est un élément constitutif de l’hémoglobine et de la myoglobine. La capacité de l’atome de fer à changer d’état d’oxydation en fait un catalyseur biologique polyvalent qui peut être impliqué dans les réactions d’oxydation dont celle des lipides. L’hème intervient d’une part en amplifiant la peroxidation des lipides qui conduit à la formation d’alcénals cytotoxiques et promoteurs et d’autre part en catalysant les réactions de nitrosation qui donnent des composés N-nitrosés (NOCs) cancérigènes, cette deuxième voie semblant majeure dans le cas des viandes nitritées[41].

Le sel commun (NaCl sans nitrite) n'est en lui-même ni promoteur de la cancérogenèse chez les rongeurs, ni associé au risque de cancer colorectal[40].

Enjeux de santé publique[modifier | modifier le code]

Les enjeux de santé sont à nuancer selon les contexte sociaux et géographiques : certaines transformation des viandes permettent de les conserver et/ou transporter plus facilement, dont dans des pays ou contextes où la chaîne du froid peut difficilement exister ou être fiable, permettant à des individus (marins au long cours par exemple) et populations isolées de bénéficier d'une plus grande quantité de protéines animales tout ou partie de l'année, mais en altérant certaines propriétés des viandes et en augmentant certains risques pour la santé (la consommation de viandes transformées a notamment été associée à un risque accru de diabète de type 2[42],[43],[44] et une corrélée linéaire a été établie avec le risque d'hypertension artérielle[21].

Pour le cancérologue Denis Corpet, "Aujourd'hui en France, l'essentiel des ressources humaines et financières consacrées à la lutte contre le cancer sont affectées aux traitements curatifs des cancers déclarés. Leur efficacité ne progressant guère, il semble donc nécessaire de promouvoir les possibilités de prévention des cancers. Avec la lutte contre la tabagie et la détection précoce des tumeurs, l'alimentation est le principal moyen de prévention[40]." L'OMS a d'abord recommandé de limiter la consommation de viande rouge et/ou de certaines viandes transformées[45], puis le CIRC de l'OMS a classé en 2015 les viandes transformées dans la catégorie des produits cancérigènes ("groupe 1"), les viandes rouges étant, pour la part, classées en "groupe 2A".

Un double risque (cardiovasculaire-cancer) est encore plus net chez les consommateurs de « viande transformée » par rapport à ceux qui consomment plutôt de la viande rouge mais non transformée[46][47]

En Europe, les contenus des aliments doivent être théoriquement traçables de la fourche à la fourchette, ce qui est parfois difficile pour les viandes transformées. Il est maintenant possible d'identifier les espèces d'animaux présent dans la viande via une analyse génétique [48] et/ou d'ARN mitochondrial[49] ou de détecter la présence de protéines de soja dans de la viande transformée[50].
Des techniques de biologie moléculaire peuvent aussi être utilisées pour permettre de prouver la présence de porc dans une viande recomposée et/ou transformée et supposée ne pas en contenir[51].

Le risque de présence de prion pathogène est également potentiellement plus élevé et plus difficile à détecter dans la viande transformée composite (comprenant des abats et d'autres sous-produits dont éventuellement issus ou accidentellement issus du système nerveux d'un animal victime d'une maladie à prion. Le caractère pathogène de tels prions peut être inhibé par un traitement de la viande sous ultra-haute pression[52].

Enjeux diététiques[modifier | modifier le code]

Une étude ayant porté sur la qualité diététique d'irlandais et irlandaises adultes (hors période de grossesse ou d'allaitement pour les femmes) a conclu à une corrélation entre une consommation plus importante de viandes transformées et une diététique éloignée des recommandations diététiques[53]. Les auteurs concluent que ce fait peut induire des biais dans certaines études épidémiologiques et qu'il devrait être mieux pris en compte.

Types de viandes transformées[modifier | modifier le code]

Sur la base des techniques de transformation et en tenant compte de la manière dont les matières premières sont utilisées ainsi que des étapes du traitement, la FAO a proposé de les catégoriser en six groupes :

Produits à base de viande fraiche transformée[modifier | modifier le code]

Ce sont des mélanges de viandes fraiches (muscle cru essentillement) broyées avec des quantités variables de graisses animales crues. Le mélange est généralement salé et épicé mais sans opération de séchage ou durcissement.

Des ingrédients non-carnés y sont ajoutés, mais uniquement en petites quantités comme adjuvants de saveur et/ou de liaison. Pour diminuer les coûts du produit, d'autres ingrédients sont parfois ajoutés pour augmenter le volume du produit final (des sels qui augmentent artificiellement la teneur en eau de la viande notamment)

Hors de la chaine du froid, un traitement thermique (friture, cuisson) doit être ensuite rapidement « appliqué avant la consommation pour rendre les produits acceptable ».

Des boyaux sont parfois utilisés comme contenant, on parle alors de saucisses. La présentation à la vente peut se faire sous forme de viande hachée, en galettes, kebab, etc. ou sous des formes rendant la consommation plus commode (ex : nuggets de poulet via une technologie de traitement supplémentaire, avec passage par une friture pour les nuggets ; au stade de la fabrication durant la dernière étape de production).

Salaisons[modifier | modifier le code]

Ces viandes sont généralement vendus en tranche et consommés crues et/ou cuites.

Ce sont des pièces de viande entières composées de viande maigre. Dans d'autres cas, ce sont des produits reconstitués. La pièce est plus ou moins durcies et traitées avec de petites quantité de nitrites (par voie sèche ou en solution).

Cette catégorie est subdivisée en charcuteries cuites et non-cuites (avec dans ce dernier cas une période de traitement [ durcissement, fermentation, maturation ] effectué dans des conditions contrôlées et en atmosphère climatisée de manière à rendre les produits "acceptables".

Produits à base de viande cuite[modifier | modifier le code]

Ils combinent du muscle, du gras qui sont mélangés et/ou malaxés à l'état cru.

Le mélange visqueux ou la pâte obtenue est ensuite divisé en portions (sous forme de saucisses par exemple) puis soumis à une cuisson qui coagule les protéines, ce qui durcit le produit tout en lui conservant une certaine élasticité et en lui conférant une sapidité particulière et un peu plus de stabilité face à la contamination bactérienne ou fongique.

Produits précuits-cuits[modifier | modifier le code]

Ces produits contiennent des mélanges de garnitures de qualité inférieure : un peu de muscle (ou non) mais aussi, des tissus gras, de la viande de la tête, des pieds d'animaux, de la peau animale, du foie et d'autres abats et sous-produits comestibles.

Il existe deux procédures de traitement thermique intervenant dans la fabrication de produits précuits-cuits. Le premier est une précuisson des matériaux de base (crus). Le second traitement thermique est une cuisson du mélange de en fin du processus de traitement. Dans la famille des Précuits, les charcuteries se distinguent des autres catégories de produits de viande transformés par précuisson des matières premières avant le broyage ou hachage, mais en ce qu'elles contiennent une plus grande variété de viandes, de sous-produits animaux et ingrédients non-carnés.

Produits à base de viandes séchées[modifier | modifier le code]

Ils résultent principalement d'une action de déshydratation simple ou accélérée d'une viande maigre et dégraissée.

La viande est séchée en conditions naturelles ou dans un environnement artificiellement contrôlé.

Une fois parfaitement sèche, la viande ne se gâte pas facilement. À l'origine, ce traitement - qui conserve la plupart des propriétés nutritionnelles de la viande (taux de protéines notamment) - était destiné à prolonger la durée de conservation de la viande et permettait aussi à l'alléger pour la transporter plus facilement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Superior health council, PUBLICATION OF THE SUPERIOR HEALTH COUNCIL No. 8858 Red meat, processed red meats and the prevention of colorectal cancer., Brussel, Conseil Sup. de Santé, , 98 p. (lire en ligne), tableau p.7
  2. « La charcuterie est cancérogène selon l’OMS », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  3. « OMS : la charcuterie cancérogène, la viande rouge aussi «probablement» », leparisien.fr,‎ 2015-10-26cet13:20:00+01:00 (lire en ligne)
  4. « La charcuterie est cancérogène, la viande rouge «probablement» aussi selon l'OMS », Le Figaro Santé,‎ (lire en ligne)
  5. a et b PNNS-NACRE-Institut national du cancer, Nutrition & prévention des cancers : des connaissances scientifiques aux recommandations, paris, PNNS-NACRE-Institut national du cancer, , 61 p. (lire en ligne), p.24
  6. ARC Monographs evaluate consumption of red meat and processed meat, communiqué no 240, publié 2015-10-26, consulté 2015-10-28, [http://www.iarc.fr/en/media-centre/iarcnews/pdf/Monographs-Q&A.pdf questions/réponses et éléments de définition
  7. Conseil Supérieur de la Santé, AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N° 8858 Viande rouge, charcuterie à base de viande rouge et prévention du cancer colorectal, Résumé, bruxelles, Conseil Supérieur de la Santé, 4 p. (lire en ligne), p. 1
  8. Samelis, J., & Metaxopoulos, J. (1999). Incidence and principal sources of Listeria spp. and Listeria monocytogenes contamination in processed meats and a meat processing plant. Food Microbiology, 16(5), 465-477 (résumé).
  9. Genigeorgis, C., Savoukidis, M., & Martin, S. (1971). Initiation of staphylococcal growth in processed meat environments. Applied microbiology, 21(5), 940.
  10. A. Holley Richard (1981), Review of the Potential Hazard from Botulism in Cured Meats1 Review Article Canadian Institute of Food Science and Technology Journal, Volume 14, Issue 3, juillet 1981, Pages 183-195
  11. Richi, E. B., Baumer, B., Conrad, B., Darioli, R., Schmid, A., & Keller, U. Aspects sanitaires de la consommation de viande.
  12. Cross, A. J., Leitzmann, M. F., Gail, M. H., Hollenbeck, A. R., Schatzkin, A., & Sinha, R. (2007). A prospective study of red and processed meat intake in relation to cancer risk. PLoS Med, 4(12), e325.
  13. Sabine Rohrmann, Kim Overvad, H. Bas Bueno-de-Mesquita et Marianne U. Jakobsen, « Meat consumption and mortality - results from the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition », BMC Medicine, vol. 11,‎ , p. 63 (ISSN 1741-7015, DOI 10.1186/1741-7015-11-63, lire en ligne)
  14. Arash Etemadi, Rashmi Sinha, Mary H Ward et Barry I Graubard, « Mortality from different causes associated with meat, heme iron, nitrates, and nitrites in the NIH-AARP Diet and Health Study: population based cohort study », The BMJ, vol. 357,‎ (ISSN 0959-8138, PMID 28487287, PMCID PMC5423547, DOI 10.1136/bmj.j1957, lire en ligne)
  15. (en) Renata Micha, Georgios Michas et Dariush Mozaffarian, « Unprocessed Red and Processed Meats and Risk of Coronary Artery Disease and Type 2 Diabetes – An Updated Review of the Evidence », Current Atherosclerosis Reports, vol. 14, no 6,‎ , p. 515–524 (ISSN 1523-3804 et 1534-6242, DOI 10.1007/s11883-012-0282-8, lire en ligne)
  16. a, b et c Dr Fabrice PIERRE, « Produits carnés et risques de cancer: rôle du fer héminique et de la peroxydation lipidique. », Viandes & Produits Carnés,‎ , p. 3 ([www.viandesetproduitscarnes.fr/phocadownload/vpc_vol_32/3245_pierre_produits_carnes_et_risque_cancer.pdf lire en ligne])
  17. Hongcheng Zhu, Xi Yang, Chi Zhang et Chen Zhu, « Red and Processed Meat Intake Is Associated with Higher Gastric Cancer Risk: A Meta-Analysis of Epidemiological Observational Studies », PLoS ONE, vol. 8, no 8,‎ (ISSN 1932-6203, PMID 23967140, PMCID PMC3743884, DOI 10.1371/journal.pone.0070955, lire en ligne)
  18. a et b Lam, T. K., Cross, A. J., Consonni, D., Randi, G., Bagnardi, V., Bertazzi, P. A., ... & Landi, M. T. (2009). Intakes of red meat, processed meat, and meat mutagens increase lung cancer risk. Cancer research, 69(3), 932-939 (résumé).
  19. Alexander, D. D., Mink, P. J., Cushing, C. A., & Sceurman, B. (2010). A review and meta-analysis of prospective studies of red and processed meat intake and prostate cancer. Nutrition journal, 9(50), 1-17.
  20. Alexander, D. D., Morimoto, L. M., Mink, P. J., & Cushing, C. A. (2010). A review and meta-analysis of red and processed meat consumption and breast cancer. Nutrition research reviews, 23(02), 349-365.
  21. a et b Lecerf, J. M. (2013). Viandes & Produits Carnés.
  22. Larsson, S. C., Orsini, N., & Wolk, A. (2006). Processed meat consumption and stomach cancer risk: a meta-analysis. Journal of the National Cancer Institute, 98(15), 1078-1087.
  23. Robaszkiewicz, M. (2012). Facteurs de risque et prévention du cancer gastrique. Acta endoscopica, 1-5. (résumé)
  24. a et b Larsson S.C & Wolk A (2012) Red and processed meat consumption and risk of pancreatic cancer: meta-analysis of prospective studies. British journal of cancer, 106(3), 603-607 (résumé).
  25. Lionel Lafay, Raphaëlle Ancellin (2015) Alimentation et cancer colorectal (Original Research Article) Cahiers de Nutrition et de Diététique, épreuve corrigée mise en ligne 18 avril 2015
  26. Goldbohm, R. A., van den Brandt, P. A., van't Veer, P., Brants, H. A., Dorant, E., Sturmans, F., & Hermus, R. J. (1994). A prospective cohort study on the relation between meat consumption and the risk of colon cancer. Cancer research, 54(3), 718-723.
  27. Chao, A., Thun, M. J., Connell, C. J., McCullough, M. L., Jacobs, E. J., Flanders, W. D., ... & Calle, E. E. (2005). Consommation de viande et risque de cancer colorectal. JAMA-français, 293(2), 108.
  28. Norat, T., Bingham, S., Ferrari, P., Slimani, N., Jenab, M., Mazuir, M., ... & Riboli, E. (2005). Meat, fish, and colorectal cancer risk : the European Prospective Investigation into cancer and nutrition. Journal of the national cancer institute, 97(12), 906-916.
  29. Hill, C. (2015). Il est temps de prendre au sérieux la prévention des cancers. Bulletin du Cancer, 102(6), S14-S21 (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0007455115312133 résumé]).
  30. Chan, D. S., Lau, R., Aune, D., Vieira, R., Greenwood, D. C., Kampman, E., & Norat, T. (2011). Red and processed meat and colorectal cancer incidence: meta-analysis of prospective studies. PloS one, 6(6), e20456.
  31. Santarelli, R. L., Pierre, F., & Corpet, D. E. (2008). Processed meat and colorectal cancer: a review of epidemiologic and experimental evidence. Nutrition and cancer, 60(2), 131-144.
  32. Larsson, S. C., Bergkvist, L., & Wolk, A. (2006). Processed meat consumption, dietary nitrosamines and stomach cancer risk in a cohort of Swedish women. International journal of cancer, 119(4), 915-919.
  33. Abdulkarim, B. G., & Smith, J. S. (1998). Heterocyclic amines in fresh and processed meat products. Journal of Agricultural and Food Chemistry, 46(11), 4680-4687 (résumé).
  34. Saccani, G., Tanzi, E., Pastore, P., Cavalli, S., & Rey, M. (2005). Determination of biogenic amines in fresh and processed meat by suppressed ion chromatography-mass spectrometry using a cation-exchange column. Journal of chromatography A, 1082(1), 43-50.
  35. « IARC Monographs evaluate consumption of red meat and processed meat », (consulté le 13 mars 2016)
  36. « La charcuterie est cancérogène selon l'OMS », (consulté le 19 avril 2016)
  37. « Animal foods » (consulté le 13 mars 2016)
  38. « Moins de viande, de sel, de sucre… les recommandations de l'agence sanitaire », Le Monde, (consulté le 31 janvier 2017).
  39. (en) William Lijinsky, « N-Nitroso compounds in the diet », Mutation Research/Genetic Toxicology and Environmental Mutagenesis, vol. 443, no 1-2,‎ juilllet 1999, p. 129–138 (DOI 10.1016/s1383-5742(99)00015-0, lire en ligne)
  40. a, b et c Denis Corpet, « Mécanismes de l'effet pro-cancer des viandes : revue bibliographique », Revue de Médecine Vétérinaire,‎ , p.47 ([www.revmedvet.com/2012/RMV163_43_48.pdf lire en ligne])
  41. Nadia M. Bastide, Fabrice H. F. Pierre et Denis E. Corpet, « Heme Iron from Meat and Risk of Colorectal Cancer: A Meta-analysis and a Review of the Mechanisms Involved », Cancer Prevention Research, vol. 4, no 2,‎ , p. 177–184 (DOI 10.1158/1940-6207.capr-10-0113, lire en ligne)
  42. Lamisse, F. (2008). La consommation de viande favorise-t-elle la survenue d'un diabète de type 2 ? Cahiers de Nutrition et de Diététique, 43 (résumé avec Inist-CNRS).
  43. Boris Hansel (2014) Évolution de la consommation de viande rouge et risque de diabète de type 2 ; Médecine des Maladies Métaboliques, Volume 8, Issue 2, Supplément 1er mai 2014, Pages 41-42
  44. Schulze, M. B., Manson, J. E., Willett, W. C., & Hu, F. B. (2003). Processed meat intake and incidence of Type 2 diabetes in younger and middle-aged women. Diabetologia, 46(11), 1465-1473 (résumé).
  45. World Health Organization. (2013). Journée mondiale de la santé 2013, maîtrisez votre tension artérielle, maîtrisez votre vie, alimentation, nutrition et hypertension
  46. Sabine Rohrmann & al. (2013), Meat consumption and mortality - results from the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition ; BMC Med. 2013; 11: 63. publié en ligne 2013-03-07. Doi:10.1186/1741-7015-11-63 PMCID:PMC3599112
  47. Itziar Abete, Dora Romaguera, Ana Rita Vieira et Adolfo Lopez de Munain, « Association between total, processed, red and white meat consumption and all-cause, CVD and IHD mortality: a meta-analysis of cohort studies », British Journal of Nutrition, vol. 112, no 5,‎ , p. 762–775 (ISSN 0007-1145 et 1475-2662, DOI 10.1017/s000711451400124x, lire en ligne)
  48. Unseld M. Beyermann,B. Brandt P., Hiesel R (1995) Identification of the species origin of highly processed meat products by mitochondrial DNA sequences. Genome Research, 4(4), 241-243.
  49. Girish, P. S., Anjaneyulu, A. S. R., Viswas, K. N., Shivakumar, B. M., Anand, M., Patel, M., & Sharma, B. (2005). Meat species identification by polymerase chain reaction-restriction fragment length polymorphism (PCR-RFLP) of mitochondrial 12S rRNA gene. Meat Science, 70(1), 107-112.
  50. Meyer, R., Chardonnens, F., Hübner, P., & Lüthy, J. (1996). Polymerase chain reaction (PCR) in the quality and safety assurance of food: detection of soya in processed meat products. Zeitschrift für Lebensmittel-Untersuchung und Forschung, 203(4), 339-344 (résumé).
  51. Chen, F. C., & Hsieh, Y. H. (2000). Detection of pork in heat-processed meat products by monoclonal antibody-based ELISA. Journal of AOAC International, 83(1), 79-85.
  52. Brown, P., Meyer, R., Cardone, F., & Pocchiari, M. (2003). Ultra-high-pressure inactivation of prion infectivity in processed meat: a practical method to prevent human infection. Proceedings of the National Academy of Sciences, 100(10), 6093-6097.
  53. Cosgrove, M., Flynn, A., & Kiely, M. (2005). Consumption of red meat, white meat and processed meat in Irish adults in relation to dietary quality. British Journal of Nutrition, 93(06), 933-942 (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]