Viager solidaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un viager solidaire est une forme de viager qui consiste à acquérir un bien en viager en vue de financer le maintien à domicile des personnes âgées. Il a été inventé[1] en 2013.

Le principe : une société coopérative achète des biens en viager. Grâce à cet outil, les personnes âgées touchent un bouquet puis une rente mensuelle jusqu’à la fin de leur vie et peuvent rester chez elles. Cette source de revenus supplémentaires leur permet de faire appel à des professionnels du maintien à domicile, d’aménager leur logement en fonction de leur vieillissement et de s’offrir des services simplifiant leur quotidien comme la livraison de repas.

Le viager solidaire répond aux problématiques liées au vieillissement de la population en France et complète les dispositifs existants mais limités mis en place par les caisses collectives.

Historique[modifier | modifier le code]

Le viager solidaire a été créé en 2013. Il s’appuie sur un outil très ancien : le viager. Ce dernier est né en 876 et a été introduit par Charles II. Il s’est développé au fil des siècles mais représente aujourd’hui une part minoritaire des achats de biens immobiliers. Entre 3000 et 8000 ventes en viager se font chaque année en France dans l’immobilier ancien[2]. Ces faibles chiffres s’expliquent par la mauvaise image et les risques du viager : l’incertitude et la morbidité freinent son utilisation.

Le viager solidaire part d’un constat : 75 % des personnes âgées sont propriétaires de leur logement[3]. Ces biens représentent un patrimoine immobilisé et pourraient leur permettre de compléter leurs revenus. Le viager solidaire mutualise les risques et transforme le viager pour en faire un moyen de financement efficace de la dépendance, solidaire et non-lucratif.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le viager solidaire consiste à acheter des biens en viager à des personnes âgées. Ces dernières touchent un bouquet ainsi qu’une rente mensuelle et conservent l’usufruit de leur logement. Elles peuvent, grâce à ces revenus complémentaires, faire appel à des aides à domicile et aménager leur logement pour l’adapter aux contraintes liées au vieillissement. Et ainsi rester chez eux le plus longtemps possible, dans de bonnes conditions.

L’acheteur peut endosser différentes formes : société coopérative, fonds d'investissement, État ou même collectivités… La ville de Paris réfléchit ainsi à ce type de démarche[4].

Une fois libérés, suite au décès ou au placement en maison de retraite des bénéficiaires, les logements peuvent être revendus, mis en location, confiés à des bailleurs sociaux.

Le viager solidaire crée une économie circulaire vertueuse autour du maintien à domicile.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les 3 Colonnes : lancement d'une offre de viager solidaire » - Senior actu.com - 4 novembre 2015 http://www.senioractu.com/Les-3-Colonnes-lancement-d-une-offre-de-viager-solidaire_a18479.html
  2. « Séniors : retrouvez du pouvoir d’achat grâce à votre résidence principale », Le Figaro, le 21 novembre 2017 http://www.lefigaro.fr/placement/2017/11/21/05006-20171121ARTFIG00227-seniors-retrouvez-du-pouvoir-d-achat-grace-a-votre-residence-principale.php
  3. Interview d’Eric GUILLAUME, président de Virage-Viager - silvereco.fr - 23 novembre 2017 https://www.silvereco.fr/interview-deric-guillaume-president-de-virage-viager/3191411
  4. « Conseil de Paris : 10 actions en faveur des séniors » - Le Parisien - 6 juin 2017 http://www.leparisien.fr/paris-75005/conseil-de-paris-10-actions-en-faveur-des-seniors-06-06-2017-7021806.php

Bibliographie[modifier | modifier le code]