Viaduc de Clisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Viaduc de Clisson
Viaduc de Clisson sur la Moine
Viaduc de Clisson sur la Moine
Géographie
Pays France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Commune Clisson
Coordonnées géographiques 47° 05′ 14″ N, 1° 16′ 37″ O
Fonction
Franchit la Moine
Fonction pont routier
Caractéristiques techniques
Type pont en arc
Longueur 124 m
Largeur 8,60 m
Hauteur 14,80 m
Matériau(x) Pierre
Construction
Construction 1841
Ingénieur(s) Charles Marie Auguste Jégou d'Herbeline (1807-1880)
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Viaduc de Clisson
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Viaduc de Clisson
Géolocalisation sur la carte : Clisson
(Voir situation sur carte : Clisson)
Viaduc de Clisson

Le viaduc de Clisson, est un pont en maçonnerie construit en 1841, franchissant la Moine à Clisson, en France, à l'amont du pont Saint-Antoine.

Histoire[1][modifier | modifier le code]

Le viaduc de Clisson franchissant la Moine

Lors de la guerre de Vendée, les armées républicaines eurent le plus grand mal à pénétrer le pays bocager. Aussi dès le début du XIXe siècle, le pouvoir central s'est intéressé à l'ouverture de routes pour permettre la circulation rapide et sûre des troupes.

L'insurrection royaliste dans l'ouest de la France en 1832 remet le problème d'une bonne qualité des routes dans les sujets d'intérêt du gouvernement.

Un projet de création de plusieurs routes est présenté le 26 septembre 1832 par l'ingénieur en chef des ponts et chaussées Wiotte. La loi du 27 juin 1833 décide la construction de routes stratégiques dans les départements de l'ouest. Le projet de la route stratégique no 1 doit relier Clisson à Torfou en se branchant sur la route départementale no 2 Nantes - Clisson par Ancenis mais en évitant d'entrer dans Clisson. Pour éviter d'entrer dans Clisson, il fallait construire un nouveau pont sur la Moine.

Le projet du pont est dressé en 1835 par l'ingénieur Jégou. Il est terminé en 1841 pour le prix assez faible de 184 036 francs.

Le 30 août 1944, les troupes allemandes font sauter deux voûtes qui ont été soigneusement refaites peu après.

Voûtes d'arête

Architecture[modifier | modifier le code]

Le pont comporte quinze arches d'ouvertures égales sur une longueur de 106,80 m avec aux extrémités des culées de 8,60 m de longueur.

L'originalité de cet ouvrage vient de sa conception. La chaussée n'est pas portée par des voûtes en berceau mais par des voûtes d'arête qui sont obtenues par l'intersection de voûtes en plein cintre transversales avec une voûte ogivale longitudinale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la bibliographie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]