Vesica piscis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Vesica Piscis.

Le vesica piscis est l'intersection de deux disques de même diamètre dont le centre de chacun fait partie de la circonférence de l'autre. Le nom veut dire littéralement en latin la vessie du poisson. Cette figure est aussi appelée mandorle (de l'italien mandorla, « amande »).

Calcul de l'aire[modifier | modifier le code]

En bleu apparaissent un triangle équilatéral et un segment formant ensemble un 1/6 du cercle (60 degrés).

La surface est formée de 2 triangles équilatéraux et 4 segments circulaires égaux. Dans le dessin un triangle et un segment sont en bleu.

Un triangle et un segment circulaire forment ensemble un secteur de 1/6 du cercle (60 degrés). L'aire du secteur est donc :

Étant donné que le côté du triangle est r, son aire est : .

L'aire du segment circulaire est la différence entre ces deux aires : .


Additionnant les aires des 2 triangles et des 4 segments circulaires, on obtient l'aire du vesica piscis :

.

Utilisation de la forme[modifier | modifier le code]

Christ en majesté dans un vesica piscis dans une enluminure médiévale

Dans l'art chrétien, certaines auréoles ont la forme d'un vesica piscis vertical et le sceau des organisations ecclésiastiques peut être inséré dans vesica piscis vertical plutôt que dans un cercle.

Signification mystique et religieuse[modifier | modifier le code]

Le couvercle du Chalice Well (en).

Le vesica piscis a été le thème de plusieurs spéculations mystiques, les premières furent probablement celles des Pythagoriciens qui le considérait comme une figure sacrée. Pour eux, le rapport entre la largeur (longueur entre les extrémités du poisson sans la queue) et la hauteur était de 265:153, ce que nous savons être une très bonne approximation de 3. Le nombre 153 apparait dans l'Évangile selon Jean (21:11) comme étant le nombre de poissons que Jésus attrape lors de la pêche miraculeuse[1],[2],[3],[4],[5].

Des auteurs New Age ont interprété le vesica piscis comme étant un yoni, c'est-à-dire une représentation des organes génitaux féminins[6],[7],[8],[9],[10].

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Vesica piscis » (voir la liste des auteurs).
  1. Archimède : De la mesure du cercle.
  2. (en) Rachel Fletcher, « Musings on the Vesica Piscis », Nexus Network Journal (ISSN 1590-5896), vol. 6, n° 2, 2004 [1].
  3. (en) John Michell (en), City of Revelation, Abacus, 1972 (ISBN 0-349-12320-9).
  4. (en) John Michell, The Dimensions of Paradise: The Proportions and Symbolic Numbers of Ancient Cosmology, Adventures Unlimited Press, Kempton, Illinois, 2001.
  5. (en) David Fideler, Jesus Christ, Sun of God: Ancient Cosmology and Early Christian Symbolism, Quest Books, Wheaton, Illinois, 1993.
  6. (en) Barbara Walker, The Woman's Encyclopedia of Myths and Secrets, Harper, San Francisco, 1983.
  7. (en) Kevin L. Gest, The Secrets of Solomon's Temple (ISBN 0-85318-256-6)
  8. (en) Kathy Jones, The Goddess in Glastonbury, 1990.
  9. (en) Margaret Starbird, Magdalene's Lost Legacy, Symbolic Numbers & Sacred Union.
  10. (en) Constance S. Rodriguez, PhD, LCSW - Sacred Portals, Pathways to the Self (ISBN 978-1-4033-7592-6).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :