Verve (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verve.

Verve
Pays Drapeau de la France France
Langue Français, anglais
Périodicité 4 fois par an (irrégulier)
Format 36 x 26,5 cm
Fondateur Tériade
Date de fondation 1937
Date du dernier numéro 1960
Éditeur Éditions de la Revue Verve
Ville d’édition Paris

ISSN 1145-8720

Verve est une revue artistique et littéraire fondée à Paris en 1937 par Tériade.

Histoire de la revue[modifier | modifier le code]

L'artiste Tériade a publié 26 numéros (simples et doubles) entre 1937 et 1960, imprimés principalement chez Draeger et comprenant des lithographies travaillées par Fernand Mourlot. Sous-titrée « revue artistique et littéraire paraissant quatre fois par an », Verve va connaître une suspension d'activité partielle durant la Seconde Guerre mondiale en publiant des numéros spéciaux de 40 pages portant sur des manuscrits médiévaux, principe que Tériade poursuivit par la suite.

La première livraison propose sur 114 pages une innovation, des photographies pleines pages imprimées en héliogravure, placées au même niveau que les reproductions d’œuvres de peintres, à savoir ici Brassaï. La couverture originale est signée Henri Matisse, qui en fit d’ailleurs d'autres.

Née et se développant durant une période économiquement difficile, Verve reçut un accueil critique sensible et fut qualifiée de « plus belle revue du monde »[1]. Elle comprenait, dès le début, une édition en anglais et invitait, outre des artistes contemporains importants tels que Paul Klee, Pablo Picasso ou Pierre Bonnard, des écrivains anglo-saxons, James Joyce ou Ernest Hemingway, mais aussi des collectionneurs comme Daniel-Henry Kahnweiler, autant d'éléments qui assurèrent sa renommée aux États-Unis.

Certains tirages d'après-guerre se montent à 6 500 exemplaires.

Sommaires[modifier | modifier le code]

Tête d'enfant (Kopf eines Kindes), lithographie de Paul Klee, gravée en 1938 chez Mourlot Frères pour le no 3 de Verve.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hans Bolliger, Tériade Éditeur-Revue Verve, Klipstein & Kornfeld, 1960
  • Hommage à Tériade, Grand Palais, 16 mai - 3 septembre 1973, textes de Michel Anthonioz, Paris, Grand Palais, Centre National d’Art Contemporain, 1973, 68 p. : ill. ; 21 cm (ISBN 0900946245)
  • Chara Kolokytha, « La revue Verve : décembre 1937 - juillet 1960 », sous la dir. de Ε. Matthiopoulos, Histoire de l'Art, Université de Crète, 2011. 2 vols, 498p.: ill, 30 cm.
  • Chara Kolokytha, « The Art Press and Visual Culture in Paris during the Great Depression: Cahiers d'Art, Minotaure and Verve » in: Visual Resources, An International Journal of Documentation 3, vol.29, septembre 2013, p. 184–215.
  • Chara Kolokytha, « L’amour de l’art en France est toujours aussi fécond : la maison d’éditions Verve et la reproduction de manuscrits à peintures conservés dans les Bibliothèques de France pendant les années noires (1939-1944) », French Cultural Studies 2, vol.25, May 2014, p. 121–139.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. H. Bolliger (1960), op.cit..

Articles connexes[modifier | modifier le code]