Vertigo (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vertigo (revue de cinéma))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vertigo.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Vertigo
Image illustrative de l'article Vertigo (revue)

Langue Français
Périodicité Bi-annuelle
Genre Presse cinématographique
Prix au numéro 21 €
Diffusion 750 ex. (2011)

Site web http://www.revue-vertigo.fr

Vertigo est une revue de cinéma fondée en 1987 par Christian-Marc Bosséno et Jacques Gerstenkorn. Sa parution est bi-annuelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vertigo a été fondée en 1987 dans le sillage d’une première revue, Avancées Cinématographiques, créée à l’École Normale Supérieure dans un cadre associatif. De 1987 à 1993, les dix premiers numéros paraissent. En 1994, la revue entre aux éditions Jean-Michel Place où elle sera éditée jusqu'en 2001. Sa diffusion restant fragile, le comité de rédaction change de maison d’édition. De 2002 à 2006, les éditions Images en Manœuvre permettent à Vertigo de devenir une revue de référence. Le comité de rédaction redéfinit une ligne éditoriale plus contemporaine, et trois numéros par an paraissent désormais. De 2006 à 2009, les éditions Capricci prennent la relève et améliorent encore la diffusion. Depuis 2010, Vertigo a rejoint les Nouvelles Éditions Lignes, avec lesquelles est conclu un accord de coédition. La maquette est rénovée, la régularité de la parution consolidée, et l'économie de la revue se stabilise.

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Vertigo poursuit un chantier de réflexion qui conçoit le cinéma comme lieu privilégié d’inscription et d’interprétation du monde contemporain. Chaque numéro se découpe en deux parties :

  • Une partie centrale qui s’organise autour d’un thème, pour permettre de déplier les implications esthétiques et politiques des films. L’analyse critique des formes s'y conjugue à un questionnement sur la praxis, via des entretiens avec les cinéastes.
  • Une partie plus resserrée, dédiée à un cinéaste ou un film dont la valeur mérite un espace de visibilité qui ne leur a pas toujours été accordé.

Comité de rédaction[modifier | modifier le code]

La revue est animée et conçue par un comité de rédaction composé de bénévoles, provenant de milieux et d’horizons divers (critiques, universitaires, cinéastes). Depuis 2013, le comité est composé des membres suivants :

Camille Aurelle | Anthony Brinig | Fabienne Duszynski | Catherine Ermakoff | Frédéric Majour

Anciens membres historiques:
Hervé Aubron, Jean Breschand, Fabienne Costa, Michaël Dacheux, Emeric de Lastens, Stéphane du Mesnildot, Jun Fujita, Cyril Neyrat, Marcos Uzal.

Liste des numéros parus[modifier | modifier le code]

  • Avancées Cinématographiques

n° 1 : Le Cinéma au miroir
n° 2 : Lettres de cinéma
n° 3 : L’Infilmable
n° 4 : Les Ecrans de la révolution
n° 5 : Le Cinéma à table
n° 6-7 : Rhétoriques
n° 8 : Plans d’eau
n° 9 : Excès de vitesse
n° 10 : Le Siècle du spectateur

n° 11-12 : La Disparition
n° 13 : Le Pouvoir incarné
n° 14 : Féminin/masculin
n° 15 : Le Corps exposé
n° 16 : Face à l’histoire
n° 17 : Lector in cinéma
n° 18 : Le Lointain
n° 19 : Animal
n° 20 : Le Bordel
n° 21 : Le Lien
n° 22 : De Dos

  • Images en Manœuvres

n° HS : Changements d’identité
n° 23  : Où sont passées les couleurs ?
n° 24  : Le Steadicam a-t-il une âme ?
n° HS : La Maison
n° 25  : Le cinéma peut-il se visiter ? + Triple Agent
n° HS : Faits divers
n° 26  : Voix off, qui nous parle ?
n° 27  : Points d’écoute + Guy Gilles
n° HS : Danses

n° 28 : Le Silence
n° 29 : La France
n° 30 : Que fabriquent les Cinéastes ?
n° 31 : Paysages
n° 32 : Etats de Siège
n° 33 : Personnages Contemporains+ Pierre Zucca
n° 34 : Japon[1]
n° 35 : Désertions
n° 36 : Amériques[1]

n° 37 : Le Peuple est là + Serge Bozon
n° 38 : Passages et ruptures[1] + Werner Schroeter
n° 39 : Machins choses + Adolfo Arrieta
n° 40 : Idioties + Mystères de Lisbonne
n° 41 : Ne pas mourir + Béla Tarr
n° 42 : Apesanteurs + F.J. Ossang
n° 43 : Fins de mondes + Mafrouza
n° 44 : Les années 80 + Sion Sono
n° 45 : L'empire de l'adolescence + Larry Clark
n° 46 : Chris Marker
n° 47 : Le politique: Annulation Persistances
n° 48 : Images et visions mutantes + C.M. Bosséno

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c En partenariat avec le Festival d'automne à Paris

Liens externes[modifier | modifier le code]