Vertébroplastie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Spécialiste qui s'apprête à faire une Kyphoplasty, technique spécialisée de vertébroplastie.

La vertébroplastie percutanée acrylique (ou cimentoplastie) est une technique consistant à injecter dans une vertèbre, du ciment acrylique, tel que celui utilisé pour sceller une prothèse de hanche par exemple, dans un but antalgique et de consolidation.

Initialement imaginée en 1984 par Pierre Galibert, neurochirurgien à Amiens, pour traiter en peropératoire un hémangiome cervical agressif dont l’hémostase était devenue difficilement contrôlable, cette technique a ensuite été mise au point dans le service de radiologie interventionnelle du Pr Hervé Deramond. Elle a vite été étendue au traitement percutané de ces tumeurs osseuses bénignes mais potentiellement destructrices, comme cela est relaté dans l’article princeps de 1989[1]. Entretemps, l’effet de consolidation vertébrale avait pu être démontré de façon expérimentale par Darrason[2].

Dès le début du développement de la technique, les auteurs eurent l’idée de l’étendre au cas d’ostéoporose grave, ainsi qu’aux métastases rachidiennes lytiques hyperalgiques. C’est dans ces deux indications que la vertébroplastie s’est véritablement développée, en raison de la rareté des angiomes vertébraux agressifs[3].

La procédure elle-même ne s’est guère modifiée depuis les premiers cas traités il y a plus de vingt ans : le matériel, initialement manufacturé, s’est standardisé. La méthode de guidage, d'abord sous amplificateur de brillance, a pu être améliorée par le repérage scanographique, bien que, pour des raisons de commodité et d’espace, beaucoup de praticiens restent fidèles à l’utilisation de la scopie télévisée.

Plus récemment, dans le but de redonner une partie de leur volume aux vertèbres tassées, une variante, consistant à injecter du ciment acrylique dans deux ballons introduits dans le corps vertébral a vu le jour, la kyphoplastie.

Encore plus récemment (2006), un procédé mécanique, un petit cric en titane, le Spine Jack de la Société Vexim, permettant un rehaussement de la vertèbre fracturée et tassée, associé à une fixation par un ciment, est en cours d'essais cliniques en Allemagne et en France.

L'efficacité de la vertébroplastie est controversée[4]. Les recommandations de 2007 de sociétés américaines de neuroradiologie interventionnelle confirmaient le bien-fondé de la technique dans ses indications[5], cependant en 2010 l'American Academy of Orthopaedic Surgeons a publié une recommandation « forte » contre la vertébroplastie en cas de fracture de compression spinale ostéosporotique[6], et les deux seuls essais randomisés contrôlés existants en 2012 ne montrent aucun bénéfice par rapport au placebo pour les fractures liées à l'ostéoporose[7]. En 2013, le National Institute for Health and Care Excellence du Royaume-Uni indique que la vertébroplastie n'est recommandée comme option pour les fractures ostéosporotiques qu'en cas de douleur sévère en cours due à une fracture récente malgré un traitement optimal de la douleur[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)H. Deramond, P. Galibert, R. Darrason, « Percutaneous vertebroplasty with acrylic cement in the treatment of aggressive spinal angiomas » Rachis 1989, 1:143–53
  2. R. Darrason, « Place de la vertébroplastie acrylique dans le traitement des hémangiomes vertébraux agressifs », Thèse de doctorat en médecine, UER d'Amiens, octobre 1988
  3. J. Chiras, C. Depriester, A. Weill, M.T. Sola-Martinez, H. Deramond Vertébroplasties Percutanées : Technique et indications, J. Neuroradiol. 1997;24:45-59.
  4. (en) Y Robinson et C Olerud, « Vertebroplasty and kyphoplasty—a systematic review of cement augmentation techniques for osteoporotic vertebral compression fractures compared to standard medical therapy », Maturitas, Elsevier, vol. 72, no 1,‎ , p. 42-49 (ISSN 0378-5122, PMID 22425141, DOI 10.1016/j.maturitas.2012.02.010).
  5. (en) M.E. Jensen, J.K. McGraw, J.F. Cardella et J.A. Hirsch, « Position statement on percutaneous vertebral augmentation: a consensus statement developed by the American Society of Interventional and Therapeutic Neuroradiology, Society of Interventional Radiology, American Association of Neurological Surgeons/Congress of Neurological Surgeons, and American Society of Spine Radiology », Journal of vascular and interventional radiology, vol. 18, no 3,‎ , p. 325-330 (PMID 19560019, DOI 10.1016/j.jvir.2009.04.022).
  6. (en) American Academy of Orthopaedic Surgeons, « The Treatment of Symptomatic Osteoporotic Spinal Compression Fractures: Guideline and Evidence Report »,‎ , no 8.
  7. (en) R Buchbinder, K Golmohammadi, RV Johnston, RJ Owen, J Homik, A Jones, SS Dhillon, DF Kallmes et RG Lambert, « Percutaneous vertebroplasty for osteoporotic vertebral compression fracture », The Cochrane database of systematic reviews, vol. 4,‎ , CD006349 (PMID 25923524, DOI 10.1002/14651858.CD006349.pub2).
  8. (en) National Institute for Health and Care Excellence (NICE), « Percutaneous vertebroplasty and percutaneous balloon kyphoplasty for treating osteoporotic vertebral compression fractures », NICE technology appraisal guidance 279,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]