Verseilles-le-Bas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Verseilles-le-Bas
Verseilles-le-Bas
Place Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Intercommunalité Communauté de communes d'Auberive Vingeanne et Montsaugeonnais
Maire
Mandat
Marie-Josèphe Delaitre
2020-2026
Code postal 52250
Code commune 52515
Démographie
Population
municipale
103 hab. (2019 en augmentation de 1,98 % par rapport à 2013)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 50″ nord, 5° 17′ 30″ est
Altitude Min. 310 m
Max. 431 m
Superficie 1,58 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Langres
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Villegusien-le-Lac
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Verseilles-le-Bas
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Verseilles-le-Bas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Verseilles-le-Bas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Verseilles-le-Bas

Verseilles-le-Bas est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Vau superior, Vercilles-ou-Mont, Vercilles-le-Bas
  • Vercilliae, Versalia, Verseilles superior, Verseilles inferior, Vercilles-au-Vaul
  • Pouillés du XVe, XVIe et XVIIe siècle : Verseilles-Dessus, Verseilles-le-Bas
  • Aujourd'hui : Verseilles-le-Haut et Verseilles-le-Bas

Les deux Verseilles doivent certainement leurs noms à leur situation :

  • Versus solem, du latin versus, « terrain en pente » tourné (contre ou en face de) vers le soleil,

ou

  • racine sigl, le marais, probablement gauloise. Les Verseilles avoisinent les marais de la Vingeanne, à comparer avec Versailleux (Ain), Versailles (Yvelines), Verseuil (Marne), Versillat [Saint-Agnant-de-] (Creuse)... localités entourées de marais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Entre le Morvan et les Vosges, le rebord du plateau de Langres forme une crête abrupte qui domine la dépression de la Saône, le seuil de Bourgogne, point de passage entre les pays de la Seine et ceux de la Saône et du Rhône.
Le village de Verseilles-le-Bas est situé dans le Moge[2], contrée la plus fertile au sud de Langres, renommée pour ses prairies et ses vignes.
La superficie de la commune est de 158 hectares ; son altitude varie entre 310 et 431 mètres[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Entrée du village.


Communes limitrophes de Verseilles-le-Bas[4]
Orcevaux Verseilles-le-Haut
Verseilles-le-Bas[4] Longeau-Percey
Baissey Prangey

Géologie et relief[5][modifier | modifier le code]

Émersion plateau langrois.png

Le rebord du plateau de Langres forme une crête abrupte qui domine la dépression tertiaire de la Saône et les terrains liasiques du Sud-Est. Ce plateau calcaire s'est formé par accumulation des sédiments au fond des mers de l'ère secondaire. Il émerge définitivement au début de l'ère tertiaire.

Oligocène.png

Le début de la surrection des chaînes montagneuses des Alpes et des Pyrénées se produit dès la période du Maastrichtien, il y a 65 millions d'années, avant de se poursuivre durant une partie de l'ère tertiaire. Ce phénomène cause dans la région :

  • des failles lors de l'effondrement des fossés bressan et rhénan.
  • un bombement du Seuil de Bourgogne.
Actuel.png

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Verseilles-le-Bas est implantée dans le bassin versant de la Vingeanne. Un de ses affluents, le ruisseau de Flagey, passe à proximité du village, lui-même traversé par le Grongelin.
Pour l’alimentation en eau potable, le village dépend de la nappe du Bajocien qui alimente la source des Viardes au débit assez important mais soumise aux variations saisonnières. Cette nappe est contenue dans des roches à fortes perméabilités fissurales et karstiques et se déverse à la base de la corniche calcaire, au contact des marnes sous-jacentes du Lias.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le terroir de la commune est traversé dans sa partie sud par le Ruisseau de Flagey qui est un affluent de La Vingeanne.

Climat[modifier | modifier le code]

Verseilles-le-Bas est soumise à un climat à dominante océanique altérée, avec des influences continentales sensibles, notamment en période hivernale. Ce climat se caractérise par des hivers longs et froids et des étés chauds et orageux. Le climat appartient dans son ensemble au type lorrain (hivers froids et longs, étés chauds et courts).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par :

  • Verseilles-le-Haut en suivant la route départementale n° 333 de Longeau à Verseilles-le-Bas ;
  • Autoroute A31, sortie n° 6 Langres-Sud en suivant la route départementale n° 6 qui traverse Flagey ;
  • Longeau-Percey en suivant la route départementale n° 6 de Longeau à Bar-sur-Aube.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Verseilles-le-Bas est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Langres, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 77 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (99,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (82,6 %), terres arables (16,5 %), forêts (0,9 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

  • La commune de Verseilles-le-Bas était couverte par un Plan d'Occupation des Sols (POS) approuvé le et modifié le .
  • Le POS a été abrogé le et remplacé par une carte communale, révisée le .
Carte communale en 2007.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Zone constructible occupée 6,25 % 10
Zone constructible libre 12,50 % 20
Zone naturelle 81,25 % 130

Logement[13][modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 45, alors qu'il était de 41 en 2007 et de 30 en 1990.

Parmi ces logements, 42 étaient des résidences principales, 2 des résidences secondaires et 1 logement vacant. Ces logements étaient tous des maisons individuelles.

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 98 %.

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Epipaléolithique-Mésolithique (- 8500 ans à - 7500 ans)

Des chasseurs-cueilleurs, vivant en petits groupes semi-nomades, s'abritant sous des tentes, des huttes, occupent le rebord du plateau, au lieu-dit les Druyes. Les quelque 8200 artefacts récoltés permettent de situer le site au Dryas III.

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

LINGONES, peuple de la Gaule romaine, capitale ANDEMANTUNNUM (LANGRES).
Une voie romaine descend du plateau, en limite de finage avec Baissey, au lieu-dit Chemin de Québelnot (ou Combelnot).
« Il existe entre le territoire de Verseilles-le-Bas et celui de Baissey un fragment d'ancienne chaussée qui passe dans ces pays par une voie romaine et qui porte le nom de Pierraillet. La combe où se trouve cette voie s'appelle Druit. Les anciens de la paroisse l'appelaient assez communément chemin de Paris. Cette chaussée commence à l'endroit où le chemin de Villegusien à Prangey traverse la route de Dijon, passe à Vesvres, coupe le chemin de Verseilles-le-Bas à Baissey et se dirige vers Perrogney.»
François–Benjamin Compagnot (curé des Verseilles de 1843 à 1861)[14].

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Un épisode de la guerre de Trente Ans.

- Trois cents Allemands et Comtois, troupes ralliées à Charles IV, duc de Lorraine, tentent de piller Longeau. Les habitants ayant sonné le tocsin, les villages voisins accourent pour couper la retraite aux pillards : "mais malheureusement ils attaquèrent en plaine et enveloppés par la cavalerie ils perdirent plus de trente des leurs, entr'autres le curé de Brennes [Thomas Gueniot] et celui de Verseilles [Claude Lamy] qui s'étaient mis à la tête de leurs paroissiens."

Carte de Cassini[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini du secteur vers 1750.

La carte de Cassini ci-dessus montre qu'au XVIIIè siècle, Verseilles-le-Bas, qui s'appelait alors Bas-Verseilles, est une paroisse.
Au sud, le terroir est traversé par le Ruisseau de Flagey qui est un affluent de La Vingeanne. Sur ce ruisseau, une roue dentée symbolise le Moulin de La Lône dont les bâtiments existent encore de nos jours sous le nom de Moulin de La Laune.

1870-1871[modifier | modifier le code]

- En réponse à la lettre de M. le préfet demandant de voter une somme destinée au soulagement des soldats blessés à la guerre qui va commencer entre la France et la Prusse, le conseil municipal, vu les modiques ressources de Verseilles-le-Bas, ne peut voter qu'une faible somme de cinquante francs.
- Conformément à la circulaire préfectorale, le conseil municipal vote la somme de soixante francs à l'effet d'habiller un garde national mobilisé.
Le , lors du combat de Longeau, une colonne de la brigade prussienne von der Goltz passa par le village et procéda à quelques réquisitions : 6 vaches, 2 400 kg d'avoine, 60 kg de café, 60 kg de sel, 600 kg de pois ou haricots, 1 200 l de vin, 900 kg de farine, 2 000 kg de paille et 45 peupliers, plus quelques volailles volées.

Le , lors du passage de la 14e division du VIIe corps, les troupes allemandes réquisitionnèrent cette fois : 4 vaches, 9 moutons, 1 800 kg d'avoine, 600 kg de paille, 6 stères de bois avec 80 fagots, 1 200 l de vin et 40 kg de sel.

Le , le chef de bataillon Auguste Gauthier, commandant le 1er bataillon des francs-tireurs de l'Égalité de Marseille, réquisitionne un attelage à un cheval pour le transport de vivres de Verseilles à Pierrefontaine puis de cette localité à Aujeurres. Cette réquisition sera approuvée par le colonel Lobbia commandant la 2e brigade de l'Armée des Vosges. C'est d'Aujeurres, le , que partira Lobbia pour livrer une des dernières attaques de toute la guerre : le combat de Prauthoy.

Le , sous les ordres du Cdt de Quinet, un détachement de la 6e compagnie du 3e bataillon de la Garde nationale mobile de la Haute-Marne réquisitionne 120 kg de paille et 3 stères de bois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1953 Victor Delanne    
1953 2001 Camille Garnier DVG  
2001 2020 Jean Bonnard    
2020 En cours Marie-Josèphe Delaitre    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2019, la commune comptait 103 habitants[Note 3], en augmentation de 1,98 % par rapport à 2013 (Haute-Marne : −4,96 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
13013214511610810610210596
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
10511312211611311411511391
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
796772687262696253
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
66686897100104103101103
2019 - - - - - - - -
103--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,0 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (31,0 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,3 % la même année, alors qu'il est de 31,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 55 hommes pour 47 femmes, soit un taux de 53,92 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,98 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
8,9 
75-89 ans
4,3 
12,5 
60-74 ans
19,1 
30,4 
45-59 ans
38,3 
12,5 
30-44 ans
10,6 
23,2 
15-29 ans
12,8 
12,5 
0-14 ans
14,9 
Pyramide des âges du département de la Haute-Marne en 2018 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,3 
8,4 
75-89 ans
12 
19,7 
60-74 ans
20,3 
21,2 
45-59 ans
20,6 
16,8 
30-44 ans
15,8 
16,5 
15-29 ans
13,8 
16,6 
0-14 ans
15,2 

Santé[modifier | modifier le code]

La commune voisine de Longeau-Percey dispose d'une maison de santé regroupant les médecins et personnel para-médical du canton.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017, la population active âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 70 personnes (76 en 2012), parmi lesquelles on comptait 64 personnes ayant un emploi et 6 chômeurs.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Secteur primaire ou Agriculture[modifier | modifier le code]

Verseilles-le-Bas compte deux exploitations agricoles, l'une d'élevage bovin laitier et l'autre d'élevage bovin viande.

Secteur secondaire ou Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Verseilles-le-Bas compte une exploitation artisanale de taxi.

Secteur tertiaire ou activités de service[modifier | modifier le code]

Verseilles-le-Bas compte une locations de vacances Gîtes de France.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Saint Martin en évêque,
vitrail de l'église de Verseilles-le-Bas.
Les cloches[modifier | modifier le code]
  • La grosse cloche porte l'inscription suivante :

J'AI ETE FONDUE L'AN 1904
MR ADOLPHE CLERC ETANT CURE DES VERSEILLES
J'AI ETE BENITE EN L'HONNEUR DE ST MARTIN DE STE MARTHE ET DE LA STE VIERGE
PAR MR HENRI MOLIARD CURE DE RICHEBOURG
J'AI EU POUR PARRAIN EMILE TRINQUESSE EPOUX DE DAME MARIE JOURDHEUIL
J'AI EU POUR MARRAINE MARTHE DELANNE FILLE DE SEBASTIEN DELANNE

CH.MARTIN FONDEUR A NANCY

  • La petite cloche porte l'inscription suivante :

J'AI ETE FONDUE L'AN 1904
MR ADOLPHE CLERC ETANT CURE DES VERSEILLES
J'AI ETE BENITE EN L'HONNEUR DE STJOSEPH ET DE STE ELISABETH
PAR MR HENRI MOLIARD CURE DE RICHEBOURG
J'AI EU POUR PARRAIN THEOPHILE MOLIARD EPOUX DE DAME AMELIE GAGNOT
ET POUR MARRAINE VICTORINE PETITOT EPOUSE DE LOUIS CAMUS

CH.MARTIN FONDEUR A NANCY

Monument aux morts[modifier | modifier le code]

Monument aux morts de Verseilles-le-Bas.jpg

Le , le conseil municipal décide de l'ouverture d'un crédit pour l'érection d'un monument des enfants de la commune morts pour la patrie et vote la somme de quinze cents francs. De plus une souscription sera faite dans la commune. Douze cent vingt deux francs seront collectés et placés pour l'an en bons de la défense nationale.
Sur le monument sont inscrits pour 1914-1918 les noms de Camille Vauthelin, Paul Petitot, Louis Faivre, Eugène Faivre, Léon Bouard, Joseph Petitot et pour l'Indochine Louis Delaitre.
En 2012, lors de l'aménagement de la place Saint-Martin, le monument est déplacé et mis en valeur.

La croix renaissance du cimetière[modifier | modifier le code]

Les croix de chemin[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Registres des délibérations de la commune de Verseilles-le-Bas.
  • La Haute-Marne ancienne et moderne - Émile Jolibois.
  • Bulletins municipaux de Verseilles-le-Bas.
  • Carte archéologique de la Gaule. La Haute-Marne 52/1. Fondation Maison des Sciences de l'Homme. PARIS 1996.
  • Les Verseilles et Valpelle par E. Serrigny.
  • Mise en place des périmètres de protection Source des Viardes 1 : Dossier d'enquête publique, vol. Commune de Verseilles-le-Bas (52), 25000 BESANÇON, SCIENCES ENVIRONNEMENT, coll. « Dossier n° 2008/196 », .
  • Carte Communale : Verseilles-le-Bas, 51664 REIMS CEDEX 2, SAFER Champagne-Ardenne, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Richard avec la participation de Alain Catherinet, Le domaine des eaux dans la toponymie haut-marnaise.
  2. du latin Mologia, les Mologes ou Moges (Émile Jolibois).
  3. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  4. Carte IGN sous Géoportail
  5. Les plateaux jurassiques haut-marnais par J.C. Rameau et J.M. Royer -Académie de Reims- 1972.
    Bourgogne-Morvan - Guides géologiques régionaux - Masson, Éditeur .
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Source : données INSEE 2017
  14. in Enquête diocésaine de 1844 à la Bibliothèque Diocésaine de Langres.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Verseilles-le-Bas (52515) », (consulté le ).
  20. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Marne (52) », (consulté le ).