Vers-sur-Selle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vers-sur-Selles)

Vers-sur-Selle
Vers-sur-Selle
Saint-Rémy.
Blason de Vers-sur-Selle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité Communauté d'agglomération Amiens Métropole
Maire
Mandat
Edouard Dussart
2020-2026
Code postal 80480
Code commune 80791
Démographie
Gentilé aucun
Population
municipale
736 hab. (2018 en augmentation de 0,82 % par rapport à 2013)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 32″ nord, 2° 13′ 56″ est
Altitude Min. 33 m
Max. 107 m
Superficie 11,18 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Amiens-7
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Vers-sur-Selle
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Vers-sur-Selle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vers-sur-Selle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vers-sur-Selle
Liens
Site web vers-sur-selle.fr

Vers-sur-Selle[Note 1] est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vers-sur-Selle est un village picard de l'Amiénois, situé dans le département de la Somme, au sud-ouest d’Amiens. Il fait partie du canton de Boves et adhère à la communauté d'agglomération Amiens Métropole.

Vers-sur-Selle est bordée par sept communes : Saleux, Dury, Hébécourt (Somme), Plachy-Buyon, Bacouel-sur-Selle, Creuse et Clairy-Saulchoix.

La commune de Vers-sur-Selle, d'une superficie d’environ 1 094 hectares, se situe au cœur de la vallée de la Selle, rivière d’un peu moins de 40 km qui prend sa source à Catheux, dans l’Oise, et se jette dans la Somme.

La commune a élaboré un PLU (plan local d'urbanisme) approuvé en séance du conseil municipal le [1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par les lignes nos 9 et T36 du réseau urbain Ametis (qui relient la commune à Amiens notamment)[2], ainsi que la ligne no 729 du réseau interurbain Trans'80 (liaison Crèvecœur-le-Grand – Amiens)[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vers-sur-Selle est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (75 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (69 %), forêts (17,9 %), prairies (3,8 %), zones urbanisées (3,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,2 %), zones agricoles hétérogènes (2,5 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La présence d'un passage à gué sur la Selle, appelé , , Vez, au nom corrompu par le temps aurait fini par donner Vers[11],[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des instruments en silex taillés d'une seule face (lames de couteaux) et des restes de défenses de mammouth ont été trouvés dans les gravières[11].

Des sépultures de l'époque néolithique sont découvertes, la dernière au cours de l'aménagement du lotissement Gaston Bourgeois en 1975.

L'origine du village est légendaire. On prétend que des druides l'ont fréquenté et y ont fait des sacrifices humains.

Antiquité et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Des sépultures mérovingiennes ont été mises au jour dans la vallée, lors de la construction de l'autoroute A16.

Les seigneurs n'ont pas épargné les habitants de Vers-sur-Selle : sur le territoire plusieurs prisons étaient dressées. Il en reste un endroit désigné sous le nom de « Vielle Justice du Quesnel ». En 1358, Vers est ravagée par les Navarrais. En 1376, trois habitants brûlent la grange des Dîmes, ils seront pendus devant l'église. En 1426, une invasion anglaise brûle l'église et le village. En 1472, Charles le Téméraire met tout à feu et à sang à Vers[11].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1617, la maladrerie de Vers est supprimée[11].

En 1730, Nicolas Deleau, débitant de boissons est condamné à 75 sols d'amende pour avoir donné à boire pendant les offices de fêtes et dimanches[11].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Thierry Demoury[13]    
2014[14] En cours
(au 12 octobre 2020)
Edouard Dussart   Réélu pour le mandat 2020-2026[15]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2018, la commune comptait 736 habitants[Note 4], en augmentation de 0,82 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
635659681704744778828832770
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
744698732683671458469472496
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
523581582587534529516528514
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
468481638733736768692744728
2018 - - - - - - - -
736--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école des Jeunes-Pousses accueille les enfants du village au sein du regroupement pédagogique comprenant également l'école de Bacouel-sur-Selle[20].

Pendant l'année scolaire 2019-2020, près de 120 élèves sont inscrits pour quatre classes[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La coulée verte, chemin de promenade qui relie Vers à Crèvecœur-le-Grand sur l'emplacement de l'ancienne ligne de chemin de fer Beauvais - Amiens.

L'église Saint-Rémy-et-Saint-Hildevert est élevée à l´initiative de l´évêque d´Amiens vers 1121. Elle remplace deux anciennes églises attestées dans le village.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le nommé Hallier (Vers, 1543-?), médecin d'Henri IV. Il avait été « élevé » par Charles IX[11].
  • Emmanuel Bourgeois (- ), chansonnier picard, né à Vers-sur-Selle. Son buste a été exécuté par le sculpteur abbevillois Emmanuel Fontaine[22].
  • Jean-Claude Lefebvre (1933-2014), coureur cycliste, en retraite à Vers-sur-Selle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vers-sur-Selle Blason
D'argent à l'arbre arraché de sinople soutenu de trois fasces ondées d'azur[23].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Vers-sur-Selle
De sable à la bande d'or.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Vers-sur-Selles avec un « s » à la suite d'une erreur de saisie informatique, le nom de la commune a été rétabli officiellement le .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lire le dossier du PLU sur le site communal.
  2. « Plan du réseau Ametis » [PDF], sur ametis.fr (consulté le ).
  3. « Les horaires des lignes → Lignes qui desservent VERS SUR SELLE », sur trans80.hautsdefrance.fr (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a b c d e et f Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur du village, M. Clément, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  12. Lire en ligne la notice réalisée par l'instituteur en 1899.
  13. Réélu pour le mandat 2008-2014 : [xls] « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le ).
  14. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  15. « Compte rendu du conseil municipal : Séance du 25 mai 2020 » [PDF], Les comptes rendus du conseil municipal, sur https://www.vers-sur-selle.fr (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « L'école sur le site communal, rubrique école. ».
  21. « Les élus se mobilisent pour une cinquième classe », Courrier picard,‎ , p. 18 (lire en ligne, consulté le ).
  22. Notre Picardie, Tome I, 1907, page 206.
  23. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=3459