Verrerie en Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vitrail d'Alfred Labille en la salle du conseil de la mairie d'Aniche

L'activité de verrerie en Nord-Pas-de-Calais remonte à l'année 1599. Il en reste toujours sept en activité en 2014, trois musées ou centre de mémoire dédiés au thème du verre et l'Hôtel du syndicat des verriers qui est devenu L'Idéal Cinéma-Jacques Tati le plus ancien cinéma du monde en activité pour une séance publique et le seul cinéma ouvrier.

Les verreries toujours en activité produisent des arts de la table, des flacons de parfum, des bouteilles, des pare-brises, du verre à vitres et de la fibre optique.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du verre.
Vase de Lauwin-Planque du Ier siècle - Collection du Musée archéologique Arkéos

Dès les premiers siècles la verrerie est présente dans la région comme le confirme, lors de fouilles archéologiques, la découverte du vase de Lauwin-Planque datant du Ier siècle et la présence d'un four verrier du IIe ou IIIe siècle à Reims[1] Il s'agissait certainement du verre de Phénicie venu sous forme de Pâte de verre et utilisé comme de lest en fond de bateau, transporté et refondu sur place . L'industrie du verre était une caractéristique importante de l'artisanat phénicien, le travail des matières vitreuses s'étant développé depuis l'âge du bronze en Syrie et au Levant, d'autant plus que le silicate de calcium servant à la réalisation de la pâte de verre est abondant dans les sables des plages du Liban.

Par la suite, les plans ambitieux de Jean-Baptiste Colbert, ministre des Finances de Louis XIV visaient à donner à la France l'autosuffisance pour les arts et manufactures, afin de satisfaire la demande domestique en produits de luxe, ce qui avait pour effet de servir la gloire du roi et de renforcer l'économie du pays[h 1]. Colbert s'est ainsi intéressé aux verres et miroirs, une industrie monopolisée par la République de Venise qui exportait le verre de Venise dans toute l'Europe. Or l'importation de ces verres était coûteuse (30 000 livres or par an), si bien que Colbert fit espionner les verriers vénitiens et parvint à en faire venir (leur promettant argent, exemption d'impôts et femmes) mais ces derniers furent empoisonnés au mercure[2] utilisé pour la fabrication de la galerie des Glaces[3]. Colbert établit donc par lettre patente, entre autres projets, en octobre 1665, la Manufacture royale de glaces de miroirs à Saint-Gobain.

La première verrerie est installée dans le Nord à Fourmies en 1599[h 2].

Gédéon Desandrouin, maître verrier dans le Clermontois et officier de Louis XIV, est installé en Belgique après la prise de Charleroi (1667) lors de la guerre de Dévolution. Il y fera fortune puis exploitera les premiers gisements de charbon à grande échelle sur le territoire français afin d'alimenter ses verreries que son fils Jean-Jacques Desandrouin transformera en 1757 en Compagnie des mines d'Anzin, alors la plus grande entreprise industrielle d'Europe.

En 1675, la verrerie d'Anor est fondée à proximité de la Forêt de Mormal fournissant le bois nécessaire à la fusion de la silice. La verrerie d'Anor est l'une des plus anciennes de la région desservant tout le Hainaut.

Marc-Antoine Morel déclarait, en 1732 et pour fonder sa verrerie à Dunkerque, avoir trouvé le secret d'utiliser le charbon de terre au lieu du charbon de bois utilisé jusqu'alors pour fondre la silice[4],[h 3],[5]

En 1774 le bois devient rare et très cher les verreries de Fresnes, Fourmies et Anor ne brûlaient que du bois[h 4]. Les premiers maîtres-verriers a recherché la houille de terre furent les Désandrouins mais les recherches furent difficiles car la houille de terre n'affleurait pas dans la région.

Par la suite avec la découverte de la houille, par exemple à Aniche, le 16 septembre 1778, à la Fosse Sainte-Catherine - Saint-Mathias de la Compagnie d'Aniche du Marquis de Trainel l'industrie verrière se développe à Aniche à partir de 1813-1823, grâce à l'énergie de la houille de terre exploitée à proximité et la mise à disposition gratuitement du réseau ferré de la Compagnie d'Aniche pour l'amenée des matières premières et l'envoi des produits finis.

En 1789, il n'existait que 7 verreries dans le département du Nord dont 4 en verres noir Dunkerque, Lille, Anor, Douai et deux l'une en verre noir l'autre en verre à vitres à Fresnes avec le même directeur et une de verre blanc à Fourmies[h 5] « La moitié des dames-jeannes et le tiers des flacons qui sortaient de celles de Dunkerque, Lille, Douai et Fresnes étaient embarqués pour les colonies françaises d'Amérique. […] ». Ces verreries royales ; avant la révolution; étaient privilégiées, elles jouissaient particulièrement de l'exemption de tout droit sur les matières premières les boissons des ouvriers. On ne pouvait pas sans un arrêt du conseil d état en établir d antres dans le rayon de douze lieues[h 5].

De nombreuses verreries ouvrières verront le jour à partir de 1848 après la création des ateliers sociaux. Les ateliers sociaux étaient une proposition économique et industrielle pour la France, développée par Louis Blanc dans L'Organisation du travail (1839) et qu'il mit en pratique lorsqu’il fut président de la commission du Luxembourg après la Révolution française de 1848[h 6].

Le gouvernement provisoire publie un décret rédigé à la hâte par Louis Blanc garantissant le droit au travail.

Vers 1860 la France exportait les trois quarts de sa production verrière avec une prohibition des productions étrangères. À l'occasion du traité de commerce avec l'Angleterre la prohibition évoluera vers un droit d'import modéré[h 7]

En 1863, les patrons d'Aniche résolurent de mettre fin au privilège des verriers de sang, ce qui entraîna des grèves d'octobre à novembre.

« Le gouvernement provisoire de la République s'engage à garantir l'existence des ouvriers par le travail. Il s'engage à garantir le travail […] à tous les citoyens. Il reconnaît que les ouvriers doivent s'associer entre eux pour jouir du bénéfice légitime de leur travail. »

Werner von Siemens met au point les premiers fours à gaz et F. Siemens invente en 1872 les fours à bassin pouvant produire 80 tonnes de verre par jour en travail continu. Les fours Siemens apporte une baisse de 35 % en consommation de combustible[h 7]

En 1894-1895 « en raison du prix élevé de la main-d'œuvre en France, il est devenu difficile aux verreries à vitres de travailler pour l'exportation. L'Amérique, qui offrait, il y a quelques années, des débouchés importants, a développé chez elle l'industrie du verre et arrive aujourd'hui à suffire à sa consommation.

Les verriers sont donc obligés d'écouler exclusivement leurs produits en France. En outre, par suite de la construction des fours à bassin, ils fabriquent environ un quart de verre en trop. Ne pouvant exporter ce surcroît de produits, ils ont dû chômer pendant trois à quatre mois. » Des grèves se déclenchent alors à Marchiennes, Fresnes, Escautpont[h 8] Dans le but d'abréger ce chômage, l'Union des verreries à vitres du Nord, dont le siège est à Valenciennes, propose aux ouvriers une réduction de salaire de 15 % pour les souffleurs et de 6 % pour les autres ouvriers, pour les marchandises destinées à l'exportation. Les verreries d'Aniche conserveront les anciennes conditions, celles de Marchiennes licencieront 150 verriers.

Mission bassin verrier[modifier | modifier le code]

La mission du bassin verrier de la région Nord a pour but de recenser le patrimoine verrier, tel la Mission Bassin minier, et d'apporter le développement d'activités scientifiques, économiques et touristiques[6], de créer Euraverre, un pôle d'excellence économique et scientifique sur les exemples d'EuraTechnologies, d'Eurasanté ou Eurartisan.

Fêtes de Saint Laurent[modifier | modifier le code]

Le supplice de saint Laurent sur le gril

Saint Laurent est le saint patron des verriers pour son martyre sur le gril[Quoi ?] qui date du .

Dans la région, Aniche fête la saint-Laurent le week-end le plus proche du 10 août, tandis qu'à Trélon il est fêté le dernier week-end d'août.

Fêtes de Saint Laurent d'Aniche[modifier | modifier le code]

Saint Laurent- fête des verriers le 29-7-1912
Tombée du ballon lors de la fête de la Saint-Laurent à Aniche

À Aniche, la fête est marquée par 21 coups de canon le matin à 8 heures. Elle existe depuis 1870 et sans discontinuité depuis 1946, puis un grand prix cycliste et l'envol d'une montgolfière depuis 1910 en fin d'après-midi[7].

Verreries en activité[modifier | modifier le code]

Sept verreries étaient toujours en activité en 2014, dans diverses spécialités, la fibre optique, les arts de la table, le flacon de parfum, la bouteille, le parebrise, etc.

Musées dédiés au thème du verre[modifier | modifier le code]

Verreries disparues[modifier | modifier le code]

Matières premières verrières[modifier | modifier le code]

Ententes verrières et Comptoirs[modifier | modifier le code]

Dans le Nord, les ententes furent tardives; il y eut, à partir de 1884, une succession de comptoirs groupant des verreries[23].

À l'Agence générale des verreries à bouteilles du Nord fondée en 1883 a succédé, de 1889 à 1897, le Comptoir des verreries à bouteilles ; dissout à la suite du retrait d'une importante verrerie, il est remplacé en 1899 par l'Association des verreries à bouteilles du Nord[24]

En 1889 le comptoir des verreries de bouteilles du Nord et le comptoir des verreries à vitres du Nord s'installent à Somain[h 36]

Les ententes continuent ainsi en 1949 les Verreries de Carmaux (62 millions) et les Verreries d'Aniche (300 millions), obligent tout acheteur à passer par le « Comptoir des Glaces » qui dépend de Saint-Gobain et des Glaces du Nord de la France[25]

Syndicat verrier[modifier | modifier le code]

L'hôtel du syndicat des verriers à Aniche

Inaugurée en 1902 la maison du peuple d'Aniche deviendra l'hôtel du syndicat national des verriers où sera représenté le 23 novembre 1905 une séance de cinéma publique. L'hôtel du syndicat deviendra L'Idéal Cinéma-Jacques Tati et le seul cinéma ouvrier du monde en activité, le plus ancien cinéma du monde pour une séance publique. Charles Delzant y publiera pendant une dizaine d'années La Voix des verriers. Il dénoncera le travail des enfants dans les verreries et la condition verrière.

La voix des verriers[modifier | modifier le code]

À la demande du congrès de verriers à Lyon en 1902, La Voix des verriers est lancée dans les locaux de la fédération du syndicat verrier à Aniche. La Voix des verriers est un journal mensuel dont la première parution date de mars 1903.

La Voix des verriers dénonce la mortalité des enfants de 30 % à 25 ans. Les porteuses de canons portent trois canons de verre un sous chaque bras et un sur l'épaule, après plusieurs accidents mortels, l'inspecteur du travail interdit le port de 3 canons. La mise à pied de 30 verriers pour avoir quitter le four à cause des fortes chaleurs, etc.

Grégoire Nicolas, le 12 mai 1904, tombe égorgé à 13 ans par un canon de verre qui se brise. La même année c'est Bourriez dans une autre verrerie. Les canons de verre sont aussi dénommés La guillotine. Le 15 juin 1905, La Voix de verriers relate des enfants travaillant de nuit, s'endormant debout contre les murs et victimes de sévices de leurs aînés[26].

Charles Delzant dénonce aussi des enfants, apprentis verriers, mis en cellules pour des espiègleries ou peccadilles. Enfants regroupés dans des Bâtarderies encadrés par des padroni. « Les cellules sont faites de telles sortes que le prisonnier doit se tenir debout sans faculté de s'asseoir, fermée par des grilles qui l'hiver laissent passer le froid. Les enfants punis restent toute la nuit en cellule, nourris de pain et d'eau. Ils doivent le lendemain fournir leur quantité de travail »[26].

L'anarchiste Benoît Broutchoux, opposant à Émile Basly, qu'il considérait comme un traître passé du côté des patrons, organise le 10 septembre 1910 à la fédération du syndicat verrier à Aniche une conférence sur la vie chère. Cette conférence fait suite à une manifestation du 29 août à Billy-Montigny, des manifestantes se rendirent chez un boulanger pour lui imposer leurs tarifs. Ce boulanger sortit une arme à feu et tua un mineur. La réaction des femmes fut très virulente et l'armée dut intervenir pour protéger le boulanger[h 37],[27]. À la suite du meeting, Broutchoux, pour les paroles prononcées, François Prade pour avoir jeté des pierres aux gendarmes qui emmenaient Broutchoux, ont été arrêtés[h 38],[28].

L'abbé Lemire, député d'Hazebrouck, reprend les témoignages de Delzant et publie son rapport sur le Le Travail de nuit des enfants, dans les usines à feu continu évoquant le travail en verrerie notamment à Arques où des enfants placés par l'abbé Santol sont pires que des prisonniers[h 39].

En 1911, Raoul Hancart démissionne du syndicat et de la fédération. La Voix des verriers s’arrête. Il est remplacé par Roger Schneider comme président et Joseph Humez comme secrétaire-trésorier. Roger Schneider est un libertaire connu[h 40].

Charles Delzant décrit la condition verrière le 15 juin 1912 dans La Voix de verriers « c'est ce qui nous fait dire qu'au lieu d'enfants ignorants, comme on les prend chez les parents qui ne peuvent les envoyer à l'école, comme on les va chercher en Bretagne, dans les Savoies, en Italie et en Espagne, il faut à l'industrie du verre des jeunes gens ayant un maximum d'instruction primaire et leur faire une éducation particulière sur les dangers du métier, et les nécessités de s'en défendre. […] » et « C'est généralement assis à terre, sur la composition ou sur une brique, au milieu des poussières microbiennes soulevées par le balayeur, que les hommes et les enfants prennent leurs repas. […][h 41]. »

La Voix des verriers dans le no 194 du 15 mars 1913 dénonce le travail des fillettes prés des fours. « J'ai vu des fillettes de 11 à 18 ans travailler aux fours et si ce travail est pénible pour les garçons il est meurtrier pour les filles »[h 42]

Les grandes grèves[modifier | modifier le code]

En fin XIXe et au début du XXe siècle, de grandes grèves se déclarent :

  • De mai à octobre 1894 « en raison du prix élevé de la main-d'œuvre en France, il est devenu difficile aux verreries à vitres de travailler pour l'exportation. L'Amérique, qui offrait, il y a quelques années, des débouchés importants, a développé chez elle l'industrie du verre et arrive aujourd'hui à suffire à sa consommation.

Les verriers sont donc obligés d'écouler exclusivement leurs produits en France. En outre, par suite de la construction des fours à bassin, ils fabriquent environ un quart de verre en trop. Ne pouvant exporter ce surcroît de produits, ils ont dû chômer pendant trois à quatre mois. » Des grèves se déclenchent alors à Marchiennes, Fresnes, Escautpont[h 8] Dans le but d'abréger ce chômage, l'Union des verreries à vitres du Nord, dont le siège est à Valenciennes, propose aux ouvriers une réduction de salaire de 15 % pour les souffleurs et de 6 % pour les autres ouvriers, pour les marchandises destinées à l'exportation. Les verreries d'Aniche conserveront les anciennes conditions, celles de Marchiennes licencieront 150 verriers.

  • des grandes grèves de 1900 verront le syndicat ouvrier verrier fondé sa propre verrerie la verrerie coopérative ouvrière d'Aniche
  • du 25 juin au 19 décembre 1901. Les fabricants de verre à vitres du Nord avaient déposé le 18 juin 1901 un nouveau règlement intérieur au conseil des prud'hommes. Ainsi la verrerie de Bruay est frappée de grève, ainsi le 5 août 1901, 42 souffleurs et gamins de la verrerie Hug et Membré à Bruay demandèrent un jour de repos par semaine et, ne l'ayant pas obtenu, abandonnèrent le travail et se solidarisèrent avec leurs collègues des autres verreries régionales[h 43]

Maladie professionnelle[modifier | modifier le code]

La condition des ouvriers verriers est très dure. Les joues cassées conséquence du soufflage du verre mais aussi la Syphilis professionnelle des verriers (transmise par les cannes de soufflage qui passent de bouche en bouche) est déclarée accident du travail par trois jugements successifs et confirmés en appel en 1898[h 44], [29]

Personnalités verrières[modifier | modifier le code]

Quelques curiosités verrières[modifier | modifier le code]

Palais des illusions
  • La cheminée de Verre : Les établissements Arbel de Douai font construire vers 1894 une monumentale cheminée en verre grâce à des sous-produits de fabrication sans valeur. C'est le laitier de hauts-fourneaux qui a la qualité d'un verre noir. Ce laitier est coulé en blocs qui seront maçonnés et renforcés par des cercles et chaînage de fer[h 45]
  • Palais des illusions de l'architecte Eugène Hénard pour l'exposition universelle de 1900 avec ses 72 miroirs fournis et posés par Saint-Gobain et l'éclairage électrique posé par A. et G. Martine de Lille[h 46].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Palaude et Martine Fosse, Le site verrier de Trélon : Dans le cadre des Journées du patrimoine 1997, Écomusée de la région de Fourmies-Trélon, (ISBN 2904857117, lire en ligne)
  • Stéphane Palaude, Thèse : Verreries noires d'Avesnois-Thiérache, XIXe - XXe siècle, [30]
  • Stéphane Palaude, La politique de défrichement de la terre par le verre : Les religieux et les territoires du verre en Thiérache XVe et XVIe siècles, Revue du Nord, [30]
  • Michel Debève et Daniel Devred, Aniche Histoire de la verrerie d'en Haut : du soufflage à la bouche au float-Gloass, Les amis du centre de mémoire de la verrerie d'en haut,
  • Michel Dujardin, La Verrerie de Wingles 1924-1974 : recueil historique-1924 1975 un demi-siècle de verre plat-1976 le verre d'emballage, imprimerie artésienne,
  • De glace et de verre : Deux siècles de verre plat franco-belge (1820-2020), Charleroi, musée du Verre de Chareroi/Bois du Cazier, (lire en ligne)
  • Bernard Level, L'Eau et le feu : la Verrerie Cristallerie d'Arques : son histoire, 1825 à 1995, Verrerie Cristallerie d'Arques,, , 342 p. (lire en ligne)
  • L. Appert ent J. Henrivaux, La verrerie depuis vingt ans, (lire en ligne)
  • Jacques Dubois, Simple histoire régionale du verre, Écomusée de la région Fourmies, (ISBN 9782904857003)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anne Despagne, « Un four de verrier de l'Antiquité découvert à Reims », L'Union, no 29,‎ (lire en ligne).
  2. Qui a fabriqué les miroirs de la galerie des glaces ? émission les p'tits bareaux sur France Inter, 26 décembre 2010
  3. Alain Baraton, Vice et Versailles - Crimes, trahisons et autres empoisonnements au palais du Roi-Soleil, Grasset, 2011, 208 p.
  4. « Verrerie royale et verrerie Meurillon ; puis Malterie Becuwe-Ravinet », sur http://www.culture.gouv.fr/ (consulté le 2 juin 2015)
  5. Bulletin / Union Faulconnier, société historique de Dunkerque, (lire en ligne)
  6. L'Observateur du Douaisis du 23 avril 2015, p. 21, article de Claire Tahon
  7. Didier Margerin, « Aniche : le Centre de mémoire de la verrerie d’en Haut prépare une grande expo », La Voix du Nord, vol. Edition de Douai,‎ (lire en ligne)
  8. David Monery, Saverglass : Guillaume de Fougières débarqué du poste de président exécutif, La Voix du Nord, (lire en ligne).
  9. « Saverglass demeure le leader de la verrerie de luxe », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  10. André Vant, Imagerie et urbanisation: recherches sur l'exemple stéphanois, Centre d'études foréziennes, , 661 p. (lire en ligne), Et la verrerie Franco-Belge édifie aussi une cité de 66 logements pour partie de ses 510 ouvriers. ... cet ensemble sera stoppé à cause de la concentration de la production de verre de la Société franco-belge à Wingles dans le Pas-de-Calais.
  11. « La verrerie OI est une fierté pour Wingles et tout le bassin minier », sur http://www.nicolasbays.fr, (consulté le 27 mai 2015)
  12. EMMANUEL CRÉPELLE, « Douvrin : dans son usine de 350 salariés, Draka Comteq tisse la fibre optique depuis 1991 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  13. Emmanuelle Delsol, « Draka tire le fil de la toile », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne)
  14. a. Aubry, « Saint-Quentin-la-Motte-Croix-au-Bailly Un incident sur le nouveau site SGD. De nombreux pompiers ont été mobilisés ce mardi soir autour du nouveau site SGD de Saint-Quentin Lamotte. », L'Informateur L'éclaireur,‎ (lire en ligne).
  15. « Fiche IA62000828 de l'inventaire général du patrimoine culturel », sur http://www.culture.gouv.fr/public, (consulté le 30 juin 2015)
  16. Institut français d'histoire sociale, Le Mouvement social : bulletin trimestriel de l'Institut français d'histoire sociale, Éditions ouvrières (Paris), (lire en ligne)
  17. « verrerie royale et verrerie Meurillon », sur http://www.actuacity.com (consulté le 10 mai 2013)
  18. Frédéric Barbier, J.-P. Daviet, Le patronat du Nord sous le Second Empire, Librairie Droz, , 409 p. (ISBN 9782600034081, lire en ligne)
  19. « conférence Trélon, Charleville, Glageon Trois verreries réunies par Palaude Stéphane », sur http://afaverre.fr (consulté le 28 mai 2015)
  20. « verrerie Darche, puis usine de peinture et vernis Leroux », sur http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/memoire_fr (consulté le 10 mai 2015)
  21. Raoul Hancart, « La situation dans la verrerie à vitres », La Voix des Verriers,‎ , p. 1.
  22. Revue du Nord, vol. 67, partie 1, p. 477, lire en ligne
  23. James Barrelet, La verrerie en France de l'époque gallo-romaine à nos jours, Larousse, , 206 p. (lire en ligne)
  24. Odette Hardy-Hémery, Industries, patronat et ouvriers du Valenciennois pendant le premier XXe siècle : développements et restructurations capitalistes à l'âge du charbon et de l'acier, vol. 2, Atelier national reproduction des thèses, université Lille-III,, , 4528 p. (lire en ligne)
  25. Jean Galtier-Boissière, Scandales de la IVe : Le Crapouillot, numéro spécial, vol. 27,
  26. a et b Léon Bonneff, Maurice Bonneff, La vie tragique des travailleurs, Editions de l'Atelier,, , 273 p. (ISBN 9782851390738, lire en ligne).
  27. « Benoît Broutchoux », sur http://www.fondation-besnard.org (consulté le 7 décembre 2014).
  28. La Vie politique et syndicale après la catastrophe de Courrières, lire en ligne
  29. Léon Bonneff, Maurice Bonneff, La vie tragique des travailleurs, Éditions de l'Atelier,, , 273 p. (lire en ligne).
  30. a et b « Stéphane Palaude », sur http://www.yasni.info (consulté le 28 mai 2015)

Notes[modifier | modifier le code]

Sources d'époque
  1. (en) Abbott Payson Usher, « Colbert and Governmental Control of Industry in Seventeenth Century France », The Review of Economics and Statistics, 16.11, novembre 1934, p. 237-240.
  2. a et b Louis Bougier, Précis de géographie physique, politique et militaire : à l'usage des candidats aux écoles militaires et aux deux baccaluréats, Germer-Baillière (Paris), (lire en ligne)
  3. Bulletin / Union Faulconnier, société historique de Dunkerque, (lire en ligne)
  4. René Minon, La Vie dans le Nord de la France au XVIIIe siècle : études, scènes et récits, E. Lechevalier (Paris), (lire en ligne)
  5. a b c d e et f Christophe Dieudonné, Statistique du département du Nord, Marlier, (lire en ligne), p. Il existait en 1789 7 verreries en activité dans le département du Nord savoir 4 à verre noir à Dunkerque Lille Douai et Anor 2 à Fresnes réunies sous un même directeur fabriquant des bouteilles de verre noir et du verre à vitres et une à verre blanc à Fourmies. […]
  6. Jean Jaurés, Histoire socialiste, tome IX, La République de 1848 (1848-1852), vol. IX, Jules Rouff (lire en ligne), p. Les associations ouvrières de production. […].
  7. a b c et d Peligot, Eugène-Melchior (1811-1890), Le Verre : son histoire, sa fabrication, G. Masson (Paris), (lire en ligne)
  8. a et b Statistique des grèves et des recours à la conciliation et à l'arbitrage survenus pendant l'année, Ministère du commerce, de l'industrie, des postes et des télégraphes, Office du travail, 1894-1895 (lire en ligne)
  9. Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Firmin-Didot frères (Paris), (lire en ligne).
  10. Nature, Dunod, (lire en ligne)
  11. Terrible accident, La Lanterne, (lire en ligne)
  12. Michel-Pierre Chélini, Pierre Tilly, Travail et entreprises en Europe du Nord-Ouest (XVIIIe – XXe siècle) : la dimension sociale au cœur de l'efficacité entrepreneuriale, Presses Univ. Septentrion, , 278 p. (ISBN 9782757402061, lire en ligne)
  13. Jacques Savary des Bruslons, Philemon-Louis Savary, Dictionnaire universel du commerce, chez la veuve Estienne et fils,, (lire en ligne), p. Celles du Hainaut dont il y a trois fours à Anor & un à Barbançon deux des trois d'Anor font du verre plat pour les vitres mais dont la consommation n'est pas pour la France
  14. Jules Deligne, Bulletin : histoire et archéologie Flandre, Tournaisis, Cambrésis, Hainaut, Artois / Société d'études de la province de Cambrai, Impr. Lefebvre-Ducrocq (Lille), (lire en ligne)
  15. Comte Joseph Chérade Montbrion, Dictionnaire universel du commerce de la Banque et des Manufactures, Delahaye, (lire en ligne), p. La fabrication de bouteilles pour le vin la et autres liquides est assez considérable dans verreries suivantes celle de M Puilly peut eufour nir 2,000,000 celle de M Daube 1,500,000 de M de Colont 1,200,000 celle de M 1,800,000 celle de MM Pailler et Calcgoig 600,000 et celle d'Anzin 400,000 […]
  16. Bulletin des lois de la République française, Paris, Imprimerie nationale (Paris), (lire en ligne)
  17. Pierre pelletier, Les Verriers dans le Lyonnais et le Forez, (lire en ligne)
  18. Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Firmin-Didot frères (Paris), (lire en ligne).
  19. Bulletin des lois de la République française, vol. 11, (lire en ligne)
  20. Elie Gounelle, Le Christianisme social (Paris), (lire en ligne)
  21. Alexander Beaume, Eugene Dumont, Joseph Laurent Jay, Nicolas Augustin Guilbon, Charles Million, Louis Million, Eugène Plum, Maurice Plum, Gaston Bonnefoy, Henri Guérard, Bulletin spécial des décisions des juges de paix et tribunaux de simple police, vol. 15, (lire en ligne)
  22. Recueil des édits, déclarations, lettres patentes &c. enregistrés au parlement de Flandres; des arrêts du conseil d'état particuliers à son ressort; ensemble des arrêts de règlements rendus par cette cour, depuis son érection en conseil souverain à Tournay, vol. 10, Imprimerie de Derbaix, (lire en ligne), Arrêt du Conseil du 7 juin 1707 qui accorde des exemptions au sieur d Hennesel Maître de la Verrerie d Anor Lettres Patentes du 18 mars 1717 qui accordent pareilles exemptions au sieur Desandrouins Maître de la Verrerie de Fresne pour vingt ans extrait de l article VII du Chapitre des Chartes du Haynaut
  23. Briand de Verzé, Dictionnaire complet, géographique, statistique et commercial de la France, (lire en ligne)
  24. J. B. Balleroy, J. B. Germond, Dictionnaire des productions de la nature et de l'art, qui font l'objet du commerce, tant de la Belgique que de la France, vol. 1, (lire en ligne), p. La verrerie de Hardinghen département du Pas-de-Calais France en fournit principalement les îles
  25. La Céramique et la verrerie [puis Céramique, verrerie, émaillerie], Journal de la Chambre syndicale.. de 1891, lire en ligne
  26. Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Firmin-Didot frères (Paris), (lire en ligne).
  27. Annuaire général du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers, Firmin-Didot frères (Paris), (lire en ligne).
  28. Almanach du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde, (lire en ligne), A Rely à 5 1ieu NE de Boulogne belle verrerie sous la direction de PEazin Dhenincthun l'un des propriétaires
  29. Catalogue général: Exposition Universelle de 1867 à Paris, Dentu, , 288 p. (lire en ligne)
  30. Annales de l'industrie nationale et étrangère, ou Mercure, vol. 12, (lire en ligne)
  31. verrerie de Somain, Douai Wartel, (lire en ligne)
  32. Bottin, Sébastien (1764-1853), Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde... / par Séb. Bottin,..., bureau de l'Almanach du commerce (Paris), (lire en ligne)
  33. Bottin, Sébastien (1764-1853), Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde... / par Séb. Bottin,..., bureau de l'Almanach du commerce (Paris), (lire en ligne)
  34. Édouard Grar, Histoire de la recherche, de la découverte et de l'exploitation de la houille dans le Hainaut français, dans la Flandre française et dans l'Artois : 1716-1791, vol. 8, A. Prignet (Valenciennes), (lire en ligne)
  35. Dictionnaire des Sciences Naturelles, dans lequel on traite méthodiquement des différens êtres de la nature, considérés soit en eux-mêmes, d'aprés l'état actuel de nos connoissances, soit relativement à l'utilité quén peuvent retirer la médecine, l'agriculture, le commerce et les arts, vol. 3, (lire en ligne)
  36. Rapports et délibérations - Nord, conseil général, conseil général du Nord (Lille), (lire en ligne)
  37. « conférence de Benoit Broutchoux à Aniche », sur http://www.cnt-f.org/59-62, (consulté le 9 février 2015).
  38. Jean Grave, « Arrestation de Benoit Broutchoux », Les Temps nouveaux,‎ .
  39. Abbé Lemire, Le travail de nuit des enfants, dans les usines à feu continu : compte rendu des discussions, vœu adopté / rapport de M. l'abbé Lemire, F. Alcan (Paris), (lire en ligne)
  40. L'Histoire locale d'Aniche, dossier 170, Syndicat des verriers
  41. Syndicat national de médecine sociale, La Médecine sociale. Bulletin du Syndicat national de médecine sociale, 1909-1914 (lire en ligne).
  42. Ki-Chan Byeon, Les Ouvrières de Paris : travail et famille, 1872-1914, volume 1, Presses universitaires du Septentrion, 802 p. (lire en ligne).
  43. Statistique des grèves et des recours à la conciliation et à l'arbitrage survenus pendant l'année, Imprimerie nationale (Paris), (lire en ligne)
  44. « LES « TRAVAILLEURS DU VERRE» Dans les verreries. Labeur et salaire. Comment Ils vivent et comment ils meurent. Odieux abus du truck system. L'exploitation de l'enfance. », L'Humanité,‎ , Ce n'est pas tout. À souffler le verre sans relâche, les joues de l'ouvrier se rompent, les tissus se distendent, les nerfs se brisent tous les souffleurs ont « les joues cassées. » Ce n'est rien, mais leur appareil respiratoire « se casse » aussi. L'effort du soufflage toujours très dur, meurtrier quand il faut imprimer sur le verre qui se refroidit et devient rebelle à l'empreinte, les creux profonds ou les saillies d'un moule ornementé épuise rapidement l'ouvrier, exposé de plus à de brusques changements de température au sortir du hall de soufflage le souffleur devient bronchitique. (lire en ligne)
  45. L. Appert ent J. Henrivaux, La verrerie depuis vingt ans, (lire en ligne)
  46. La Verrerie au XXe siècle de Jules Henrivaux en 1903 voir en ligne page 250 : [1]