Verraco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sculpture vettone de verrat à Mingorría, province d'Ávila, Espagne.

Un verraco (en français « verrat ») est une figure en granite représentant un animal, principalement un porc ou un taureau. Caractéristiques de la culture vettone, on les rencontre principalement dans l'ouest de l'Espagne et dans le nord du Portugal.

Généralités[modifier | modifier le code]

Ces sculptures sont appelées verraco (verracos au pluriel) en espagnol ; le terme signifie littéralement « verrat » et on précise parfois verraco de piedra (« verrat de pierre ») pour les distinguer des animaux vivants. En portugais, on les appelle berrão (berrões au pluriel).

Les verracos se rencontrent dans l'ouest de la Meseta, le haut-plateau central de la péninsule Ibérique, essentiellement dans les provinces espagnoles d'Ávila, Cáceres, Salamanque, Ségovie et Zamora, mais aussi dans le nord du Portugal et en Galice. Plus de 400 de ces sculptures sont répertoriées.

La plupart des verracos semblent représenter des porcs ou des sangliers, mais on a également identifié des taureaux et, dans le village d'El Oso (littéralement « L'Ours »), la sculpture représenterait un ours. Ce sont des monuments mégalithiques, sculptés en granite.

Les verracos datent d'entre les IVe et Ier siècles av. J.-C. et ont été érigés par les Vettons, l'un des peuples occupant la péninsule Ibérique avant la conquête romaine. Leur finalité n'est pas connue et il est possible qu'ils n'aient pas eu qu'un seul usage. Si on a pu leur attribuer une signification religieuse (protection des troupeaux, monuments funéraires — certains verracos portent des inscriptions funéraires en latin), à la lumière de recherches récentes (J. R. Álvarez Sanchís), on pense qu'ils pouvaient jouer le rôle de signalement des pâturages, importants dans une culture vettone pastorale.

Exemples[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

Ávila[modifier | modifier le code]

Cáceres[modifier | modifier le code]

Salamanque[modifier | modifier le code]

Ségovie[modifier | modifier le code]

  • Ségovie : 2 verracos : un taureau et un sanglier ; conservés au musée provincial[1]
  • Coca : 3 verracos : deux devant la porte de la ville[1], le dernier incrusté dans un mur du château

Tolède[modifier | modifier le code]

Zamora[modifier | modifier le code]

Portugal[modifier | modifier le code]

Bragance[modifier | modifier le code]

Guarda[modifier | modifier le code]

Portalegre[modifier | modifier le code]

  • Marvão : tête de verraco (berrão en portugais), exposée au musée municipal de la ville

Vila Real[modifier | modifier le code]

  • Murça : Porca de Murça (la « Laie de Murça » en portugais, bien que la sculpture semble représenter un sanglier mâle plutôt qu'une femelle

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jesús R. Álvarez-Sanchís, « Oppida and Celtic society in western Spain », e-Keltoi: Journal of Interdisciplinary Celtic Studies, vol. 6,‎ , p. 255-285 (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) José Luis Martín, The Segovian sculpture, Ségovie, (ISBN 84-606-0909-X), p. 231-235
  2. (es) « El VII aniversario del Museo ‘La Celestina' acercará al público el verraco encontrado en La Puebla », La Puebla de Montalbán,

Articles connexes[modifier | modifier le code]