Veronika de Desenice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Veronika de Desinić.
Veronika de Desinić
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Ojstrica Castle (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Frederick II, Count of Celje (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Statut

Veronika de Desenice (en croate Veronika Desinićka, en slovène Veronika Deseniška ; morte le [1]) est la deuxième femme de Frédéric II, comte de Celje.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vue de Cilje depuis la vieille ville.
Frédéric II comte de Celje.

Les détails de sa vie sont peu connus. Le nom Desinićka viendrait peut-être du village de Desinić en Croatie, où Frédéric a également de vastes domaines. Le nom apparaît sous diverses formes selon les sources historiques : Dessnitz, Dessenitz, Desnicze, Teschnitz, Teschenitz et Dessewitz. Comme Veronika appartient à la noblesse mineure, le père de Frédéric, Hermann II, s'oppose au mariage. Les chroniques du Comte de Celje suggèrent que Hermann II fait arrêter son fils et, tout en le retenant prisonnier, entame un procès contre Veronika en l'accusant de sorcellerie. Elle est acquittée par le tribunal, mais malgré cela incarcérée dans le château d'Ojstrica près de Tabor. Elle est noyée (peut-être sur les ordres de Hermann II) en 1425. Elle est enterrée à Braslovče et quelques années plus tard Frédéric s'arrange pour que ses restes soient enterrés au monastère chartreux de Jurklošter et en sa mémoire fait également une dotation au monastère à Bistra[2].

Postérité[modifier | modifier le code]

La tragique histoire d'amour de Veronika et de Frédéric marque le début de la fin de maison de Celje et inspire la création de nombreuses œuvres littéraires. Veronika est ainsi le personnage principal de Nedolžnost in sila (Innocence et force) de Josipina Turnograjska en 1851, dans la pièce de théâtre de Josip Jurčič en 1880, de la pièce Veronika Deseniška d'Oton Župančič en 1924, dans la pièce Celjski Grofje (Les Comtes de Celje) de Bratko Kreft en 1932, dans l'opéra intitulé Veronika Deseniška de Danilo Švara en 1946, dans la pièce Celjski grof na žrebcu (Le Comte de Celje sur un étalon) de Franček Rudolf en 1968, dans la pièce Veronika en 1974 de Franček Rudolf, et dans le roman pour enfants Veronika Deseniška de Dušan Čater en 1996. Elle inspire également des œuvres en croate, allemand, tchèque et italien.

Le Veronika Poetry Award et le Veronika Festival[3] portent le nom de Veronika of Desenice.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (sl) Bogo Grafenauer, « Veronika Deseniška », dans Slovenski biografski leksikon, 1925–1991 (printed ed.). 2009 (electronic ed.) (ISBN 978-961-268-001-5, lire en ligne)
  2. (sl) « Slovenski biografski leksikon » [archive du ], Research Centre of the Slovenian Academy of Sciences and Arts
  3. (en) « Veronika festival | Drupal », sur www.visitkamnik.com (consulté le 17 janvier 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]