Verney-Carron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verney et Carron.

Verney-Carron SA
logo de Verney-Carron

Création 1820
Dates clés
  • 1650 : un ancêtre du fondateur « Guy Verney » est indiqué comme « faiseur de fusils ».
  • 1820 : Claude Verney remporte le premier prix du Concours d'armurerie de Saint-Etienne pour un travail de sculpture et de monture sur un bois de fusil. Le Musée d'Art et d'Industrie en fait l'acquisition et le classe parmi les plus beaux spécimens de l'époque. Cette crosse est à l'origine de la Maison car, fier de son succès, Claude Verney prend la décision de signer dorénavant ses œuvres.
  • 1830 : Claude Verney épouse Antoinette Carron, fille et petite-fille d'armuriers et ajoute alors son nom au sien pour se distinguer d'un homonyme déjà connu dans le métier.
Fondateurs Claude Verney-Carron 1800-1870
Forme juridique SA à conseil de surveillance et directoire
Action FR0006174496- MLVER
Slogan « Faiseur de fusils depuis 1650 »
Siège social 54 Boulevard Thiers Saint-Étienne
Drapeau de France France
Direction Directoire :
Jean Verney-Carron, Président
Guillaume Verney-Carron, Directeur Général
Pierre Verney-Carron, membre
Activité Fabrication d'armes et de munitions
Produits Fusil de chasse,

pistolet-mitrailleur, fusil d'assaut, fusil de précision

Effectif 86 (2017)
SIREN 574501557
Site web http://www.verney-carron.com

Chiffre d'affaires 13 620 400 € (2017)
Résultat net 675 900 € (2017)

Verney-Carron est le plus grand et le plus ancien fabricant d'armes de chasse français. Il est situé depuis son origine à Saint-Étienne[1], capitale de l'arme française.

Son activité principale est la fabrication et la distribution d'une large gamme de fusils et carabines de chasse sous la marque déposée Verney-Carron. Il fabrique et distribue également les lanceurs de balle de défense Flash-Ball qui équipent la police nationale et la gendarmerie nationale en France. Les vêtements et accessoires de chasse portant la marque Ligne Verney-Carron sont fabriqués et distribués par la société CI-LVC SAS a qui la société Verney-Carron SA a consenti un contrat de licence de marque.

Depuis 2015, Verney-Carron développe de nouvelles armes pour les armées, qui devraient être produites début 2018. Il s'agit d'un pistolet-mitrailleur, d'un fusil d'assaut et d'un fusil de précision semi automatique.

Histoire[modifier | modifier le code]

La société a été fondée en 1820 par l'armurier Claude Verney (1800-1870), issu d'une famille d'armuriers éminents depuis 1650, qui a remporté le premier prix d'un concours d'armurerie organisé par la Ville de Saint-Étienne à l'âge de 20 ans. Plus tard, il a épousé Antoinette Carron, la fille d'une autre famille d'armurier, en 1830, et a changé le nom de son entreprise en Verney-Carron. Lorsque Claude Verney meurt en 1870, son fils aîné Jean (1839-1916) reprend l'affaire avec ses frères, et l'entreprise s'appelle Verney-Carron Frères avant d'être restituée à l'ancien nom par le fils de Jean, Claude (1968-1941) en 1917 après la mort de Jean.[réf. nécessaire]

À la fin de la Première Guerre mondiale, Verney-Carron assimila les employés et l'équipement d'un autre fabricant Auguste Marze en 1926, créant la nouvelle Verney-Carron SA. Le grand krach de 1929 et la dépression économique qui suivit firent progressivement basculer l'entreprise une opération de vente directe dans une entreprise de fabrication vendant à travers un réseau de détaillants d'armes à feu. À partir de 1936, Verney-Carron se diversifie en ajoutant la distribution de matériel de pêche et de tennis ainsi que la fabrication de vélos à son portefeuille d'activités, ce qui lui permet de survivre aux difficiles années de la Seconde Guerre mondiale.[réf. nécessaire]

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'entreprise a été reconstruite par l'assemblage de six fabricants, sous le nom de Groupement d'Exploitation des Fabricants d'Armes Réunis (GEFAR). Malgré la concurrence des arsenaux nationaux, plus de 150 000 armes à feu ont été fabriquées, la plupart sous la marque "Pionnier". En 1954, la société signe la licence avec un fabricant italien peu connu, qui vient de terminer le développement d'un fusil de chasse semi-automatique très léger, pour fabriquer le produit, marquant un nouveau tournant de Verney-Carron entrant dans l'ère de la production industrielle moderne.[réf. nécessaire]

En 1963, Verney-Carron absorbe SIFARM, une combinaison des vénérables fabricants Berthon Frères, Francisque Darne, Didier-Drevet, Gerest et Ronchard-Cizeron, ainsi que le célèbre tonnelier Jean Breuil. Le Sagittaire, premier fusil superposé français de grande série, est sorti en 1966 et devient immédiatement un véritable leader sur le marché, et la production double de 1970 à 1975. Cependant, l'entreprise ferme les installations du Cours Fauriel pour se concentrer opérations dans les ateliers mécaniques du boulevard Thiers au cours d'une période très difficile qui a suivi les années 1980. Au cours de cette période, Verney-Carron remporte le contrat de fabrication de sous-ensembles pour le FAMAS, le nouveau fusil d'assaut de l'armée française. Cet arrangement a duré plus de dix ans et a contribué à la rénovation totale du contrôle de la qualité de l'entreprise et a permis à Verney-Carron de se développer régulièrement dans un marché continuellement déprimé.[réf. nécessaire]

En 1985, un Sagittaire avec un récepteur en alliage léger a été introduit, et a été un succès immédiat qui a permis au Sagittaire de conserver sa position de n ° 1 sur le marché. Trois ans plus tard, en 1988, le nouveau Super 9 a été introduit dans le modèle «Trap» et a été suivi de nombreux autres, notamment le modèle « Plume » en 1993. Le Super 9 a progressivement remplacé l'ancienne ligne Sagittaire, mais un modèle, le "Double Express", a été introduit en 1989, qui, ajouté au fusil "Impact", a amélioré les ventes d'armes à feu rayées. Un nouveau modèle de Sagittaire appelé « Nouvelle Technologie » a été introduit en 1994 et a été salué par l'ensemble de la presse spécialisée dans la chasse et enthousiasmé par les chasseurs.[réf. nécessaire]

En 1990, la commercialisation d'une toute nouvelle arme défensive appelée «Flash-Ball» a été lancée et a depuis été adoptée par plusieurs services de police et d'application de la loi. En 1999, un nouveau Flash-Ball destinée au secteur de la sécurité, baptisée «Super Pro», deviendra peu à peu l'une des armes de base de la police nationale française et attend d'équipée la police municipale. Un nouveau fusil à verrou, l'Impact Plus, est sorti en 1996. En 2000, la carabine Impact Auto, première et unique carabine de chasse automatique fabriquée en France, a été lancée en s'appuyant sur le succès de l'Impact Plus.[réf. nécessaire]

En 2017, l'entreprise crée un pôle défense afin de pouvoir répondre aux appels d'offres des forces armées[2]. Rapidement écarté du marché pour la fourniture de fusils d'assaut (finalement remporté par le HK416), Verney-Carron espère avoir plus de chances sur le marché des fusils de précision[3], plus proche de son cœur de métier, lancé le 18 août 2018[4]. Verney-Carron s'est associé à deux sous-traitants européens : le fabricant scandinave de munitions Nammo et une ex-filiale d'électronique de défense d'Airbus basée en Allemagne. Il affrontera donc pour ce marché l'allemand Heckler & Koch, l'italien Berreta et le belge FN Herstal.[réf. nécessaire]

Produits[modifier | modifier le code]

  • Fusils de chasse : superposés (Sagittaire, SagittaireXS & Vercar), juxtaposés (Vercar), Stop&Go (Véloce), à pompe rayé (P12), semi-automatiques (V12N & Matrix) & mono-canon basculant (Solo).
  • Carabines : superposées (Sagittaire & SagittaireXS), Stop&Go (Speedline), semi-automatique (Impact NT) & linéaire (Impact LA).
  • Armes fines de chasse : fabrication Artisanale à l'unité et sur mesure de fusils et carabines de chasse par L'Atelier Verney-Carron (Demas Artisan).
  • Flash-Ball
  • Pistolet-Mitrailleur (VCD9), fusil d'assaut (VCD 15) et fusil de précision semi-automatique (VCD 10) (prévu pour courant 2018).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]