Vergulde Draeck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jarre retrouvée dans l'épave du navire figurant un visage d'homme barbu
Jarre retrouvée dans l'épave du navire

Le Vergulde Draeck (en français : « dragon doré ») était un bateau marchand néerlandais du XVIIe siècle.

Il partit de Texel pour Batavia (aujourd'hui Jakarta), mais il s'échoua le 28 avril 1656 à Ledge Point, à 107 km au nord de Perth (Australie-Occidentale). Il y eut 75 survivants (sur les 193 qui étaient présents à bord) qui atteignirent la côte et envoyèrent un petit bateau vers Batavia pour demander des secours, mais malgré trois missions de recherche, les survivants restant n'ont jamais été retrouvés.

Naufrage[modifier | modifier le code]

Reproduction d'une pièce en argent dans un coffret
Reproduction d'une pièce du Vergulde Draeck

En 1656 le naivre quitte le cap de Bonne espérance pour rejoindre Batavia, quartier général de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. La nuit du le navire heurte un récif de corail à proximité de ce qui est désormais la ville de Ledge Point en Australie Occidentale. Il avait à son bord 193 passagers, huit caisses de pièces d'argent d'une valeur de 78 600 florins néerlandais et des marchandises d'une valeur de 106 400 florins néerlandais.

118 membres de l'équipage auraient péri dans le naufrage. Les 75 rescapés, dont le capitaine du navire Pieter Albertszoon, réussissent à gagner la côte avec le scute du navire et une petite quantité de provisions échouées.

Arrivée à Batavia[modifier | modifier le code]

Le , soit neuf jours après la perte du navire, le second et neuf membres d'équipage sont envoyés à Batavia pour chercher de l'aide. Ils emportent avec eux des lettres de l'équipage resté sur place. Après un voyage de 1 400 milles marins d'une durée de quatorze jours avec peu de provisions le bateau arrive à Batavia et signale le naufrage. La recherche débute alors.

Expéditions de sauvetage[modifier | modifier le code]

lettre ancienne écrite à la plume qui aurait fait partie des lettres des survivants
Cette lettre datée de 1656 aurait fait partie des lettres de survivants emmenées à Batavia

Le Goede Hope et le Witte Valck (1656)[modifier | modifier le code]

Le deux navires, le Goede Hope et le Witte Valck sont envoyés de Batavia. Une forte tempête au large des côtes de l'Australie occidentale complique les opérations, et ni hommes ni signes de l'épave ne sont retrouvés.

Le Vinck (1657)[modifier | modifier le code]

Le le Vinck, en route depuis le cap de Bonne espérance, reçoit l'ordre de rechercher des survivants le long de sa traversée mais ne trouve aucun signe des rescapés ni d'une quelconque épave.

Le Waeckende Boey, l'Emeloordt et l'Emmenhorn (1658 - 1659)[modifier | modifier le code]

Le le Waeckende Boey et l'Emeloordt sont envoyés de Batavia dans l'espoir que les mois d'été seront plus favorables à la découverte de l'épave ou de survivants. Le le capitaine Volkersen du Waeckende Boey aperçoit les côtes de l'Australie occidentale. Il est peut-être le premier européen à apercevoir Rottnest Island. Le une expédition est envoyée à terre et trouve ce qu'ils pensent être l'épave du Vergulde Draeck. Pendant les recherches un groupe mené par Abraham Leeman est empêché par la météo de retourner au Waeckende Boey. Après quatre jours le groupe est supposé disparu. Le village de Leeman en Australie occidentale est toujours nommé en l'honneur de ce marin.

Le le capitaine Jock de l'Emeloordt réussit à envoyer quelques hommes sur la côte. À leur retour ils disent avoir échangé grâce à des signes avec des aborigènes, probablement les Yued (aussi appelés Juad, Juet et Jued) d'Australie occidentale.

En 1659 l'Emmenhorn tente à nouveau de trouver des traces des rescapés ou de l'épave, sans succès.

Découverte de l'épave[modifier | modifier le code]

L'épave est découverte en 1963. L'identité des responsables de la découverte a été discutée. Le consensus veut que l'épave ait été découverte par John Cowen, Jim, Alan et Graeme Henderson et Alan Robinson.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James A. Henderson, Marooned: The Wreck of the « Vergulde Draeck » and the Abandonment and Escape from the Southland of Abraham Leeman in 1658, Perth, St. George Books, (ISBN 978-0-86778-018-5)
  • (en) Allan Robinson, In Australia Treasure is not for the Finder, publié à compte d'auteur, (ISBN 0-9594957-0-3)
  • (en) Rupert Gerritsen, And Their Ghosts May Be Heard, Fremantle, Fremantle Arts Centre Press, (ISBN 1863680632)
  • (en) Henry Van Zaden, The Lost White Tribes of Australia Part 1: 1656 The First Settlement of Australia, t. 1, Gosford, The Publishing Queen, (ISBN 1921673672)
  • (en) Jeremy N. Green, The Loss of the Verenigde Oostindische Compagnie Jacht 'Vergulde Draeck', Western Australia 1656: An Historical Background and Excavation Report, Oxford, British Archaeological Reports, (ISBN 090453197X)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]