Vergnies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vergnies
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Commune Froidchapelle
Code postal 6440
Zone téléphonique 060
Géographie
Coordonnées 50° 11′ nord, 4° 18′ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Vergnies

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Vergnies

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Vergnies

Vergnies (en wallon Vergnîye) est une section de la commune belge de Froidchapelle située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Village essentiellement agricole; altitude de 225 m à 263 m. Superficie : 1 315 ha; 432 habitants (en 2008).

Histoire[modifier | modifier le code]

Quelques repères.

150 apr. J.-C. — Existence très probable d’un habitat à cette époque car on a découvert des pièces aux effigies des empereurs Hadrien († en 138) et Antonin († en 161).

1200 — Donation de la chapelle du lieu à l’abbaye de Lobbes par Nicolas de Barbençon entre 1189 et 1201. Le nom du village apparaît pour la 1re fois en 1207 dans une charte de l’abbaye d’Aulne qui mentionne cette donation.

1444 — A cette date, la paroisse est déjà détachée de Renlies dont elle dépendait auparavant. L’église est une quarte-chapelle (ce qui signifie que ses revenus ne sont pas importants).

1469 — Le village compte 20 feux ou maisons, soit environ 90 habitants.

1678 — Le village, qui fait partie de la principauté de Barbençon, est annexé à la France à la suite du traité de Nimègue (arrangement avec l’Espagne signé le 17 septembre). Le village dépend de la prévôté de Maubeuge.

1734 — Naissance le 17 janvier de François-Joseph Gossec, musicien de la Révolution française. Musicien fécond, à qui on doit 29 symphonies, plusieurs messes, oratorios, opéras, connu surtout comme le musicien de la Révolution française : ainsi, le 14 juillet 1790, pour la Fête de la Fédération, il dirige un orchestre de 300 musiciens et 2.400 choristes.

1790 — Le village est versé dans le département du Nord, arrondissement d’Avesnes, puis à sa création, dans le canton de Barbençon et ensuite dans celui de Solre-le-Château.

1877 — Inauguration du monument à Gossec, devant l’église : une fontaine (tarie depuis longtemps) surmontée de son buste, le tout offert par le vicomte de Leempoel van Nieuwmunster, bourgmestre-sénateur. Signalons ici que la maison natale du musicien — au n° 35 de la rue …Gossec — porte la mention Maison natale / de Gossec / 1734-1829.

1890 - La paroisse est transférée dans le diocèse de Tournai : en 1815, on l’avait oubliée avec les autres villages de l’ancienne principauté de Barbençon : elle était restée dans l’archevêché de Cambrai ; ce sont donc des curés français qui ont dirigé la paroisse durant ce temps.

1918 — Le 14 janvier, la commune doit accueillir, sur l’ordre de l’occupant, 65 émigrés.

1941 — Classement de l’église en date du 10 novembre.

1943 — Installation par les Allemands d’un poste d’émission avec une tour d’observation en bois de 35 m de hauteur au N-O du village, à l’altitude 255.

1977 — Fusion des communes avec Froidchapelle, commune-pilote, de Boussu-lez-Walcourt, Erpion et Vergnies.


Également Patrie de Nicolas Dubois, en l’honneur duquel a été apposé une stèle sur le pilier droit à l’entrée du cimetière entourant l’église :

Hommage des Vergnotins à Nicolas Dubois

(blason)

Né à Vergnies vers 1620, dans une famille modeste,

il fut un brillant savant canoniste et jurisconsulte.

Il sera nommé professeur à l’Université de Louvain

en 1654,

puis Président du collège du Roi dans cette même université,

juge et examinateur synodal et protonotaire apostolique.

Ce Vergnotin, qui se vit refuser la charge d’Archevêque

de Malines à cause de ses origines roturières,

est connu pour avoir été un antijanséniste

des plus virulents ce qui lui vaudra d’être toujours

soutenu par le Saint-Siège.

Il décèdera à Louvain le 16 mars 1696

Offert par la Joyeuse Confrérie des Vergnophiles.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L’ église Saint-Martin garde des vestiges de son origine, comme des maçonneries antérieures à l’an mil et le chœur à chevet plat du XIIIe siècle ; des colonnes du type hennuyer y furent placées au XVIe siècle. Grâce à la restauration de 1937, cette église de campagne, classée en 1941, a retrouvé un aspect fort rustique et une grande simplicité. Niche d’autel et confessionnal Louis XV (ce dernier avec chronogramme de 1773). De nombreuses pierres tombales, dont une du XVIe siècle.

Eglise Saint-Martin en hiver

Le château-ferme a appartenu à la famille de maîtres de forges Le Rond du Bois-Jacques, originaire de Thuin; il présente un quadrilatère clôturé en calcaire, briques et ardoises, remontant à la 1re moitié du XVIIe siècle. Accès défendu par cinq arquebusières. L’habitation comprend une tourelle d’escalier ronde côté rue.

Château-ferme

Chapelle monumentale de la Salette, restaurée récemment. Nombreux bâtiments agricoles en pierre (et briques) des XVIIIe et XIXe siècles.

Au XIXe siècle, il existait dans la commune un moulin à vent.

Depuis 1974, au lieu-dit Cul-de-cheval, un parc résidentiel de 15 ha accueille plusieurs centaines de résidents.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Simon Brigode, Note sur l’église de Vergnies, BSA Charleroi, tome 10, 1938, pp 7-9.

André Lépine, Les paroisses de l’entité de Froidchapelle (2) : Boussu-lez-Walcourt, Erpion & Vergnies, Cahier du Musée de Cerfontaine n° 205b, 1996, 58 pages A4.

André Lépine, Vergnies - État civil du 19e siècle, Cahier du Musée de Cerfontaine n° 225, 2000, 31 pages A4.

André Lépine, Notes d’histoire sur Vergnies, Cahier du Musée de Cerfontaine n° 237, 2001, 38 pages A4.

Thierry Vinois, La petite histoire de Vergnies de l’an 1200 à 1900, chez l’auteur à Vergnies, 2006.

Thierry Vinois, Un féroce adversaire des Jansénistes : Nicolas Du Bois, SRAHP Charleroi, 2006, n° 4, pp 149-153.

Thierry Vinois, Annales de l’église de Vergnies. Recherches historiques, 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]