Vereux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vereux
Vereux
Panneau d’entrée de village ancien.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Intercommunalité Communauté de communes des Quatre Rivières
Maire
Mandat
Ludovic Lavaitte
2020-2022
Code postal 70180
Code commune 70546
Démographie
Population
municipale
219 hab. (2019 en diminution de 9,13 % par rapport à 2013)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 19″ nord, 5° 39′ 07″ est
Altitude Min. 191 m
Max. 253 m
Superficie 9,02 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Gray
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Dampierre-sur-Salon
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vereux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vereux
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Vereux
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Vereux

Vereux est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la RN 70.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vereux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Gray, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 63 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (59,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (59,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (56,5 %), forêts (33,6 %), eaux continentales[Note 3] (3,6 %), zones urbanisées (3,4 %), zones agricoles hétérogènes (2,8 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Appellations successives : Les habitants de Vereux se nomment : " Les Véruxois "

en 1264 : VERUZ.

en 1266 : APUD-VERUM.

en 1316 : VERUZ-SUS-SAONE.

en 1421 : VURUZ.

en 1570 : VEREUL et également VEREILX.

en 1635 : VEREULX.

enfin à partir de 1707 : VEREUX.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église existait déjà comme chapelle au XIIe siècle (la chapelle dépendait de l'Abbaye Régulière Notre Dame de Corneux, abbaye fermée à la Révolution en 1790).

Garnier II de Rochefort, chapelain cistercien est cité à Vereux en 1132. Ancien abbé d'Auberive et de Clairvaux, il devient évêque de Langres de 1193 à sa mort en 1199[8].

En 1422 Jacques de Beaujeu (abbé de Corneux) vient officier à la chapelle de Vereux (archives diocésaines de Dijon).

Au XVIIIe siècle, Vereux était connu pour son marché au blé[9].

Vereux faisait partie de la terre de Beaujeu, mais elle se partagea en plusieurs seigneuries dites de Beaujeu- Thoraise- Mandres et Mairey.

Vuillemin de Vereux, damoiseau vivait en 1313. La même année Guillaume de Vereux et Simone de Montrevel (sa femme) reconnurent les droits de l'Abbaye de Corneux sur la grange de Vereux. Abbaye fondée en 1133, par Rimbaud (Reinbaldus de Spechbach) prieur, chanoine de Saint-Paul de Besançon, ordre des Prémontrés. Ordre créé par Norbert de Xanten (1080-1134) qui reçut Confirmation Pontificale en 1141 par le pape Innocent II.

Odon de Vereux vivait en 1385, et Jean de Vaire beau-frère de Thibaut de Blamont (1371-1461), seigneur de Vellexon fit cette année hommage pour Vereux à Jean II de Ray (? - 1394), seigneur de Beaujeu, Chevalier, Gardien du Comté de Bourgogne. Jean II de Ray a été inhumé dans l' Abbaye Cistercienne de La Charité (diocèse de Besançon à cette époque) qui se trouvait à Neuvelle-les-La-Charité (Haute-Saône) fondée en 1133 et disparue (détruite !) en 1791.

En 1478, Jean IV d'Achey (mort le inhumé ainsi que sa femme au Couvent des Grands Carmes de Besançon), Chevalier de Saint-Georges (1486), nomme par testament en 1510 sa femme Adrienne de Vaudrey (décédée en 1519) pour la terre de Vereux.

En 1513, Charles d'Achey, chevalier de Saint-Georges (1522), écuyer de Charles-Quint, accompagne l'Empereur d'Espagne en 1521 et périt sur mer l'année suivante en passant d'Espagne en Italie avec Raphaël de Médicis. Charles d'Achey se distingua en 1506, parmi 17 chevaliers Comtois par sa " Magnificence et son Adresse " au Tournoi de Valladolid.

En 1555, Jean de Mandres, mort en 1590, puis Claude de Mandres et Humbert ensuite Claude-Léonel, fils, petit-fils et arrière-petit-fils de Jean de Mandres.

En 1569, Vereux fut saccagé et en grande partie brûlé par les reîtres du duc des Deux-Ponts, Wolfgang de Bavière.

En 1632, Ermenfroy de Mandres, dit " capitaine de Mandres le Jeune ", chevalier de Saint-Georges (1627).

En 1674, Jean Jacques d'Oiselet dit " de Chantrans " rédigea son testament en son château de Vereux le . Sa fille aînée Anne-Claude d'Oiselet épousa au château de Vereux le le seigneur Louis Luquet de Grangebeuve dit " le Généreux ".

En 1728, Melchior Ferdinand Luquet de Grangebeuve, fils de Louis Luquet ci-dessus.

Les quatre seigneuries (Beaujeu, Thoraise, Mandres et Mairey) furent réunies au XVIIIe siècle par la famille d'Hennezel, famille de maîtres verriers depuis 1390, originaires de Bohême et propriétaires entre autres de la cristallerie - verrerie de La Rochère depuis 1600.

En 1733, Jean Claude d'Hennezel vendit le fief, terre et seigneurie de Mandres à Pierre-Félix Forestier.

Le dernier seigneur fut Antoine François d'Hennezel, comte de Vereux et de Beaujeu. Il affranchit les habitants de Vereux en 1776. A.F. d'Hennezel est mort le 20 germinal de l'An 8 (soit le ). Il est inhumé à Chargey-lès-Gray.

Charles Pautenet, Procureur du Roi en la Maîtrise des Eaux et Forêts de Gray, obtint quoique non noble, en 1717, la permission d'acquérir un fief à Vereux. Il fut anobli par la suite...

En 1854, le choléra, qui sévit de mai à septembre et particulièrement à Vereux, où le nombre d'inhumations devint très important, justifia la création d'un nouveau cimetière suppléant l'ancien autour de l'église.(48 décès) Une demande pour installer un nouveau cimetière est faite par Froissardey Etienne, curé de Vereux (1810- mort et inhumé à Vereux le 27 mai 1864) conjointement avec Gabriel Cottet (1796-1865) maire de Vereux, le comte de Revel et Mademoiselle la baronne Villatte le au cardinal Césaire Mathieu (1796-1875) archevêque de Besançon, car il n'y a plus de place au cimetière de l'église ... La réponse positive est donnée par le cardinal le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Dampierre-sur-Salon[10]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le territoire de ce canton s'est accru, passant de 29 à 50 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes des quatre rivières, intercommunalité créée en 1996.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste d'échevins d'Ancien régime
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
vers 1758   Antoine Fricot   Echevin
novembre 1761   Vincent Royer   Echevin
septembre 1789   Christophe Prenant   Echevin
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
février 1790   Antoine Jacquard    
novembre 1791   Sébastien Cointe    
Décembre 1792   Christophe Prenant    
avril 1795   Jean-Baptiste Jacquin    
octobre 1800   Jean-Baptiste Demontant    
septembre 1807   Antoine Dieux    
1er janvier 1808   Marc Falatieu    
8 mai 1808   Jean-Claude Lansard    
2 octobre 1814   Marc Falatieu   Lieutenant de Louveterie, Maître de Forges
1er novembre 1831   Hubert Prenant    
27 janvier 1838   Joseph Caisey    
11 septembre 1848   Valentin Lansard    
20 juin 1849   Gabriel Cottet    
1er février 1854   Claude Vernier    
2 aout 1869   Pierre Felin    
2 octobre 1870   Pierre Raclot    
22 novembre 1874   Pierre Lhuguenot   Cordonnier, Propriétaire
1876   Pierre Chevillot    
21 janvier 1878   Jean Richard    
4 mai 1884   Joseph Bouillet    
23 janvier 1891   Jean Richard   Propriétaire, Cultivateur
15 mai 1892   Jean-Baptiste Rondot   Contre-Maître aux Grands-Moulins de Vereux
20 mai 1900   Abel Mariotte   Directeur, Propriétaire des Grands-Moulins de Vereux
16 février 1916   Joseph Lavaitte    
9 novembre 1920   Victor Carillon    
7 mai 1925   Henri Mariotte   Directeur des Grands Moulins de Vereux. S.A. des Minoteries de l' Est.
11 mai 1929   Albert Bague    
18 juin 1966   Étienne Maire    
18 mars 1977   Alain Cuney    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1980 mars 1994 Alain Cuney apparenté PCF  
mars 1994 mars 2014[11] Charles Gauthier RPR Conseiller général de Dampierre-sur-Salon (1992 → 2015[12])
Président de la CC 4 rivières ( ? → 2014)
mars 2014[13] juillet 2020 Céline Derre-Foissotte    
juillet 2020[14] En cours
(au 17 juillet 2020)
Ludovic Lavaitte    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2019, la commune comptait 219 habitants[Note 4], en diminution de 9,13 % par rapport à 2013 (Haute-Saône : −1,52 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
342395438495514508530555514
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
452458436415420350353365327
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
322325315242266241245242193
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
183171266243205204231237251
2014 2019 - - - - - - -
233219-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements sociaux et sociaux-culturels[modifier | modifier le code]

Le centre éducatif et professionnel (CEP) Les Chenevières est implanté à Vereux[18].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête du village le , le jour de la Saint-Léger.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Bords de Saône
  • Patrimoine archéologique
  • Église du XVIIIe siècle, Architecte Mathias Léopold décédé à Vereux pendant les travaux le (inhumé au cimetière de l'église le ), travaux dirigés ensuite par l'architecte Jean-Charles Colombeau (1719-1782) Une horloge est posée en 1839. Reconstruction du beffroi en 1869 et achat du presbytère en 1822.
  • Demeure aristocratique du XVIIIe siècle et son parc[19].Antoine-François d' Hennezel fit construire le château (dit Mariotte) en bas du village en 1770, il était à peine achevé à la révolution.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les Justes parmi les Nations à Vereux :
    • Ernest Wittwer (1922-1976) : le Yad Vaschem lui a décerné le titre de Juste parmi les Nations. Médaille remise à titre posthume le à Bern (Suisse)[20].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Gray », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Archives diocésaines de Langres
  9. Archives départementales de la Haute Saône, Vesoul[réf. non conforme].
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. « Communauté de communes des quatre rivières : Charles Gauthier arrête ! », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Charles Gauthier renonce aussi à son mandat de maire de Véreux : « Au terme d’une longue réflexion personnelle, j’ai en effet pris ma décision de laisser la place, et je ne solliciterai ni le renouvellement de mon mandat de maire de Vereux, j’y ai sévi pendant 25 ans, ni, mais ceci découle de cela, celui de président de la communauté de communes ».
  12. « Charles Gauthier raccroche : Il avait déjà passé la main, cette année, sur ses mandats de maire de Vereux et de président de la communauté de communes des Quatre-Rivières. A 68 ans, celui qui reste conseiller général du canton de Dampierre tournera définitivement une page de 23 ans en mars 2015 », La Presse de Gray,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Céline Derre-Foissotte, maire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  14. « Ludovic Lavaitte nouveau maire », L'Est Républicain,‎ « La maire sortante de Vereux n’a pas souhaité briguer de nouveau mandat ».
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. « Vereux : un nouveau directeur au CEP », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  19. « Jardin d'agrément dit parc du château de Vereux », notice no IA70000031, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Wittwer Ernest », Les Justes de France, Comité français pour Yad Vashem (consulté le ).
  • Histoire de Vereux (Haute-Saône) depuis 1280. VEREUX PAYS d' AMONT par ARVISET.( Hervé Dartevelle) (ISBN 978-2-9561292-0-2)