Verbe déponent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Conjugaison latine.

On nomme en grammaire latine verbe déponent un verbe qui ne se conjugue qu'au passif, mais qui a un sens actif[1]. Le terme provient du latin deponens « qui abandonne (les autres voix) »[2].

En grec ancien et en sanskrit, il existe un équivalent, les verbes media-tantum (« seulement au moyen »), qui ne se conjuguent qu'à la voix moyenne. Les déponents latins étaient bien à l'origine des media-tantum ; cette langue, cependant, ayant transformé sa voix moyenne en voix passive, le décalage sémantique semble plus marqué. En effet, la voix passive et la voix active, qui s'opposent directement, sont plus contrastées que la voix moyenne et l'active entre elles.

Ce procédé se retrouve sous d'autres formes dans d'autres langues indo-européennes. Ainsi, le verbe media-tantum, « suivre », radical indo-européen *sekw- :

  • latin : sequ-or ;
  • grec : ἕπο-μαι ;
  • vieil-irlandais : sech-ithir ;
  • sanskrit : सच॑ते sác-ate ;
  • arménien ancien (grabar) : հետեւ-իմ ;

Il existe également des verbes semi-déponents[3] (très peu nombreux), qui ont un sens actif, mais se conjuguent à la forme active aux temps construits sur le radical de l'indicatif présent et à la forme passive aux autres temps (construits sur le radical du supin). Ils n'ont donc eux aussi que deux radicaux.

audeo, audēs, ausus sum, audēre
gaudeo, gaudēs, gāvīsus sum, gaudēre
fīdo, fīdis, fīsus sum, fīdere

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marius Lavency, VSVS : Grammaire latine, Louvain-la-Neuve, Peeters,‎ 1997, 2e éd., 358 p. (ISBN 90-6831-904-3), p. 71
  2. Aulu-Gelle, Nuits attiques, XV, 13
  3. Marius Lavency, VSVS : Grammaire latine, Louvain-la-Neuve, Peeters,‎ 1997, 2e éd., 358 p. (ISBN 90-6831-904-3), p. 82

Voir aussi[modifier | modifier le code]