Vents amers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est la version actuelle de cette page, en date du 12 mai 2018 à 12:16 et modifiée en dernier par Featherontheroad (discuter | contributions). L'URL présente est un lien permanent vers cette version.
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Vents amers
Auteur Harry Wu
Pays France
Préface Danielle Mitterrand
Genre autobiographie
Version originale
Langue anglais
Titre Bitter Winds
Éditeur John Wiley & Sons
Date de parution 1994
Version française
Traducteur Béatrice Laroche
Éditeur Bleu de Chine
Date de parution 1994
Couverture Fabienne Verdier
Nombre de pages 382

Vents amers est une autobiographie du dissident chinois Harry Wu publiée en 1994. Il y présente les dix-neuf années passées dans les camps du laogai.

Présentation[modifier | modifier le code]

Harry Wu est l'auteur de plusieurs livres sur le laogai, dont Vents amers , « best-seller international », celui-ci est un compte rendu des dix-neuf années d'emprisonnement dans le Goulag chinois, auquel l'auteur a été condamné en 1960[1].

À travers Vents amers, Harry Wu montre le mode de fonctionnement du système répressif mis en place par le Parti communiste chinois. Il explique froidement l'organisation complexe des camps de travail du laogai. Il décrit le rôle primordial du facteur économique dans les camps chinois, en effet le travail des détenus permet un accroissement du Produit National Brut de la Chine. Les différents sujets présentés dans l'ouvrage expliquent les véritables enjeux de la mise en place du laogai[2].

Lectures critiques[modifier | modifier le code]

Le sinologue Jean-Luc Domenach indique que l'ouvrage Bitter Winds (Vents amers ), paru en 1994, « constitue une excellente synthèse sur le travail forcé en Chine en particulier dans les années 80 »[3].

Alain Peyrefitte, auteur de Quand la Chine s'éveillera… le monde tremblera en 1973, indique avoir lu avec émotion Le Laogaï et Vents Amers, par contre il a moins apprécié Retour au laogaï[4].

Pour Danielle Mitterrand, présidente de France Libertés, « Aujourd'hui nous savons ». Le livre Vents amers d'Harry Wu participe à « la vulgarisation de cette insidieuse et terrible entreprise de rééducation par le travail forcé suivant les principes éprouvées de la dictature du prolétariat »[5].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]