Vente one shot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir One shot.

Une vente « one shot » (en un coup) désigne une vente signée au cours de l'unique rencontre entre le prospect et le commercial. Bien que l’expression « one shot » est la plus courante, le terme francophone est « (vente) en cycle court » ou « (démarchage) en première visite »[1]

Protocole[modifier | modifier le code]

Le protocole de vente est généralement le suivant :

  1. le commercial représentant le prestataire démarche le prospect, ils prennent rendez-vous pour une présentation de l'offre chez le prospect ;
  2. le jour du rendez-vous, le commercial déroule son argumentation ;
  3. le commercial insiste pour obtenir du prospect une signature du contrat sur le champ.

Rôle économique[modifier | modifier le code]

Cette technique permet de rentabiliser l'activité des vendeurs. Elle limite le temps passé par sa force de vente en clientèle aux entretiens de prise de commandes. Elle réduit les frais de déplacement en limitant le nombre d'entretiens par vente. Elle coupe les possibilités d'intervention des compétiteurs en abrégeant le temps de consultation du client.

Polémique sur l'éthique de cette technique de vente[modifier | modifier le code]

Cette technique permet de réaliser directement une vente, sans que le client n'ait le temps de lire en détail le ou les contrats[2], alors qu'il n'aurait pas toujours accepté l'offre s'il avait eu le temps de lire lesdits contrats[3] [4].

Cette technique de vente est critiquée, car contraire à la démarche commerciale moins agressive des acteurs traditionnels[5],[6],[7] Exemples :

  • la durée du contrat est en petits caractères en bas de page
  • pas de délai de réflexion proposé en standard
  • tacite reconduction du contrat, sinon le client perd tout (l'objet et ses bénéfices, exemple 1 : site web dont fichiers HTML/CSS + base de données + le nom de domaine qui reste propriété du prestataire internet, exemple 2 : boîtier et surveillance)
  • prix nettement plus attirants ou présentés comme promotions

Prévalence[modifier | modifier le code]

Cette technique commerciale des cycles de vente courts, est utilise en France majoritaire, puis en Belgique. Quelques entreprises la mettent également en œuvre en Espagne. Les freins à cela sont juridiques : comment créer des contrats de vente, d'exploitation et de licence qui soient valables dans la législation locale.

Cette technique de ventes est très utilisé dans le secteur des Technologies de l'Information et de la Communication, en particulier pour la vente de site web.

Réponse des Pouvoirs Publics[modifier | modifier le code]

En France, le Ministre François Baroin de l'économie et des finances a fait assigner en 2012 une agence internet aux prétentions éthiques pour ses contrat jugés déséquilibrés, en vertu d'un alinéa précis du Code de la Consommation. La DIRECCTE du Nord-Pas de Calais, qui représentait le Ministre, est déboutée en novembre 2015 par la Cour d'Appel de Paris[8][réf. insuffisante]. Ni la multinationale, ni la DIRECCTE ne communique officiellement sur ces procès.

En Belgique, une charte éthique & technique fut lancée en 2009 puis développée par l'Agence Wallone des Télécommunications : la Charte eTIC. Elle s'est étendu à la France, puis étoffée via des listes connexes orientée e-commerce et SEO. La liste des prestataires web signataires est publique. Le projet prit fin en 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La locution « cycle court », est très utilisée dans des offres d'emploi.
  2. Victimes de vente one-shot : Que faire ? Comprendre les mécanismes d’un fléau du net pour mieux le combattre – Épisode 2, par un cabinet d'Avocats
  3. (fr) Keren Lentschner, « Les ventes « one shot » à la rescousse de l'immobilier », Le Figaro, 8 novembre 2007
  4. , (lien format PDF) [www.cgpme-ra.org/medias/document/one-shot.pdf Courrier Présidence République], document de la CGPME, section Rhône-Alpes
  5. Édern : le site Internet gratuit leur revient cher - Édern, Ouest-France cahier local de Quimper, 21 janvier 2010.
  6. Vendeurs de sites Internet aux curieuses méthodes, Ouest-France, cahier national, 21 janvier 2010.
  7. comparaison des modalités de vente one-shot dans le cadre d’une prestation de réalisation de site Internet, avec celles normales pratiquées par une agence Web traditionnelle.
  8. message "" sur la page FB "ಠ_ಠ Stupéfiants vendeurs ultra-rapides de sites web"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]