Vendoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vendoire
Le château de Vendoire.
Le château de Vendoire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Ribérac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays ribéracois
Maire
Mandat
Alain Lucas
2014-2020
Code postal 24320
Code commune 24569
Démographie
Population
municipale
146 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 58″ nord, 0° 18′ 13″ est
Altitude Min. 70 m – Max. 163 m
Superficie 11,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Vendoire

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Vendoire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vendoire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vendoire

Vendoire est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Paysage près de Vendoire.

Vendoire est une commune du canton de Verteillac au nord-ouest de la Dordogne. Elle est limitrophe du département de la Charente, et c'est la Lizonne qui en fait la limite à l'ouest.

Elle est à 10 km de Verteillac, 10 km de Villebois-Lavalette, 21 km de Ribérac, 50 km de Périgueux et 33 km d'Angoulême.

La commune n'est traversée que par une route départementale, la D.102, qui passe par le bourg et va de Gurat et se dirige vers La Tour-Blanche en passant par La Chapelle-Grésignac et Cherval. Une route vicinale perpendiculaire emprunte aussi la crête entre la Lizonne et la Pude en direction de Nanteuil-Auriac-de-Bourzac et ménage de beaux points de vue.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est située dans les coteaux calcaires du Bassin aquitain datant du Crétacé supérieur.

On trouve le Campanien, calcaire crayeux, sur toute la moitié sud de la commune, ce qui donne un paysage vallonné cultivé de céréales d'où l'appellation de Périgord blanc, grenier à blé du Périgord, ainsi que de Champagne périgourdine[1]. Le Santonien et une petite zone de Coniacien occupent le nord de la commune, et le Santonien est séparé du Campanien par une faille d'orientation nord-ouest - sud-est et formant aussi une cuesta faisant face au nord-est qu'on retrouve à l'ouest de la Lizonne jusqu'au sud de Cognac et vers l'est à Verteillac. Au nord de cette cuesta, on trouve des formations de recouvrement (sables argileux bruns, issus de l'altération du Santonien supérieur et datant du Quaternaire (Pléistocène).

La vallée de la Lizonne est occupée par des alluvions récentes composées de sable, terre noire et surtout de tourbe, atteignant une épaisseur de plusieurs mètres[2],[3],[4], qui ont donné lieu à nombreuses tourbières et des peupleraies.

La commune déborde un peu à l'est sur la vallée de la Pude, affluent de la Lizonne, mais le bassin est orienté vers Champagne-et-Fontaine, du fait du relief, cuesta échancrée par des vallons se dirigeant dans cette direction. Cela explique aussi les altitudes assez élevées dans la commune, 163 m au point culminant au sud, alors que la vallée de la Lizonne n'est qu'à 75 m.

La superficie de la commune est de 1 165 hectares ; son altitude varie entre 70 et 163 mètres[5].

Végétation[modifier | modifier le code]

La commune est peu boisée et les arbres se concentrent dans la vallée de la Lizonne (peupliers) et au nord de la commune, près du Pas Vieux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de la Charente.

Communes limitrophes de Vendoire
Gurat
(Charente)
Vaux-Lavalette
(Charente)
Vendoire Champagne-et-Fontaine
Salles-Lavalette
(Charente)
Nanteuil-Auriac-de-Bourzac

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

L'habitat est très dispersé. Outre le village de Vendoire proprement dit, la commune se compose de nombreux hameaux ou fermes, ainsi que de lieux-dits[6], disséminés entre les coteaux :

au Barlier · le Bouchaud · Bourzac · la Brousse · le Buguet · Cheyliac · chez Cassotier · chez Désier · chez Gorreaud · chez Jarnac · chez Lafon · chez Lepic · chez Mataly · chez Mathieu · chez Mauriac · chez Mérigot · chez Puymoreau · chez Roulette · chez Rouyaux · chez Tinon · le Cluzeau · la Courtaudie · Faveyrol · le Grand Lyon · les Graviers · le Maine Brandy · Maison Blanche · les Martins · le Mirador · Monsalut · Moulin de Mondot · Narbonne · Pas Vieux · Petit Jarnac · le Petit Lyon · Petit Narbonne · les Piples · le Pont Bleu · au Puits du Moulin · aux Tires · au Verger.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune était de 127, alors qu'il était de 115 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 51,0 % étaient des résidences principales, 30,8 % des résidences secondaires et 18,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 92,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 7,1 % des appartements[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 69,2 %, en hausse par rapport à 2007 (68,3 %)[I 3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon Chantal Tanet et Tristan Hordé, le nom de la commune dérive possiblement d'un nom de personnage gaulois « °Vindos »[7]. De son côté, Bénédicte Fénié envisage également une origine gauloise, éventuellement à partir de °vindo(s)durum signifiant « forteresse blanche »[8].

En occitan, la commune porte le nom de Vendeira[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du village remonte au XIIIe siècle sous la forme Venduira[7]. Au siècle suivant, les graphies Vendueyra puis Vendoyra apparaissent[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Vendoire a été rattachée au canton de Champaigne qui dépendait du district de Ribérac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Verteillac dépendant de l'arrondissement de Ribérac. Ce dernier étant supprimé en 1926, ses communes sont alors rattachées à l'arrondissement de Périgueux[9].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 1996, Vendoire intègre dès sa création la communauté de communes du Verteillacois. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par un intercommunalité élargie : la communauté de communes du Pays ribéracois.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[10].

Aux élections municipales de 2014, le maire se représente au sein d'une liste de onze candidats ; ils ont été élus dès le premier tour[11]. Lors de la première réunion du conseil municipal fin mars 2014, Alain Lucas a été réélu maire[12].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1971 1995 Alban Bourinet PS  
juin 1995[13] (réélu en mars 2014) en cours Alain Lucas[12] UMP Agriculteur

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau de jumelage avec Fontanetto Po.

L'ensemble des communes de l'ancien canton de Verteillac[14], dont faisait partie Vendoire, est jumelé avec Fontanetto Po (Italie) depuis 1991.

Finances locales[modifier | modifier le code]

Depuis les années 2000, la capacité d'autofinancement[Note 1] reste largement inférieure à la moyenne de la strate (communes de moins de 250 habitants appartenant à un groupement fiscalisé (4 taxes) )[16] :

Capacité d'autofinancement par habitant (en euros)

2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003
Vendoire 85 - 79 19 9 - 173 129 80 86 72 - 31
Moyenne de la strate 189 179 143 150 156 167 153 126 119 111

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Vendoire depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Vendoire[17]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Vendoire comptait 146 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
499 466 504 501 557 577 552 565 532
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
520 503 502 445 467 490 467 451 418
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
420 379 397 303 321 327 306 305 258
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
236 183 193 176 185 149 151 153 146
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête des tourbières a lieu le 15 août.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[I 4], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 67 personnes, soit 44,1 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (treize) est resté stable par rapport à 2007 et le taux de chômage de cette population active s'établit à 19,4 %[I 5].

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte trente-deux établissements[19], dont quatorze au niveau des commerces, transports ou services, treize dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, deux dans l'industrie, deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et un dans la construction[I 6].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune compte un monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques[20] et 10 lieux et monuments répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[21].

L'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption date du XIIe siècle et a fait l'objet d'une consolidation au XIXe siècle. Le portail roman possède des chapiteaux sculptés d'animaux fabuleux, de figures géométriques et de feuillage. Elle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis le 24 juin 1948[22].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Vendoire a été édifié aux XVIIe et XVIIIe siècles et restauré au XIXe siècle. Il est situé près de l'église paroissiale[23].

L'ancien château de Bourzac était situé à l'extrémité sud-ouest de la commune, en limite avec Nanteuil-Auriac-de-Bourzac. Surplombant la Lizonne sur un éperon et une motte qu'occupe aujourd'hui une statue, il datait du XVIe siècle. La propriété de ce château hébergeait aussi un ancien prieuré de bénédictins dépendant de l'abbaye de Brantôme. Il ne reste aujourd'hui plus rien ni du château ni du prieuré[24],[25]. C'est cet endroit, ancien chef-lieu de la commune avant déplacement au bourg actuel, qui avait donné son nom aux anciennes communes voisines de Nanteuil-de-Bourzac et Auriac-de-Bourzac.

Les tourbières de Vendoire sont dans la vallée de la Lizonne. Ce sont d'anciennes tourbières remplies d'eau, qui abritent une flore et une faune caractéristiques de la région. À l'écart des cultures et des routes, ce vaste espace de 65 ha comprend une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) protégée de 30 ha depuis 2001[26]. Elles abritent l'écomusée de la tourbe, ouvert de mai à mi-septembre. Les tourbières de Vendoire font l'objet d'une gestion écologique depuis 1997 assurée par le Conservatoire d'espaces naturels Aquitaine[27], en partenariat avec le syndicat de Pays du Ribéracois.

Le moulin de Mondot est un ancien moulin à huile de noix et moulin à blé[28].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement. Cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[15].

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. EMP T2 - Activité et emploi de la population de 15 à 64 ans par sexe et âge.
  5. EMP T4 - Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans.
  6. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Michel Vigneaux, Aquitaine occidentale, Masson, , 223 p. (ISBN 2-2254-1118-2, lire en ligne), p. 79.
  2. Visualisateur Infoterre, site du BRGM.
  3. Carte du BRGM sous Géoportail.
  4. Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), « Notice de la feuille de Montmoreau » [PDF], sur Infoterre, (consulté le 2 décembre 2011).
  5. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  6. Vendoire sur Géoportail (consulté le 24 avril 2014)..
  7. a, b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 419.
  8. a et b Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 24 avril 2014.
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  11. « Résultats de l'élection municipales 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 24 avril 2014).
  12. a et b « La communauté va désigner son président », sur le site du quotidien Sud Ouest, (consulté le 24 avril 2014).
  13. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 10 septembre 2014.
  14. Rechercher la commune de « Verteillac » dans l'Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures sur le site du ministère des Affaires étrangères, consulté le 13 décembre 2015.
  15. Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 34, [lire en ligne].
  16. « Comptes de la commune de Vendoire », sur la base de données alize2 du ministère des Finances (consulté le 24 avril 2012).
  17. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 24 avril 2014)
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  19. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 12 décembre 2015).
  20. « Liste des monuments historiques de la commune de Vendoire », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Liste des lieux et monuments de la commune de Vendoire à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Église Notre-Dame de l'Assomption », notice no PA00083053, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Château de Vendoire », notice no IA24000894, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Château de Bourzac », notice no IA24000893, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Prieuré de Bourzac », notice no IA24000894, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Les tourbières de Vendoire » [PDF], Centre régional de l'environnement Aquitaine-Nord (pdf), (consulté le 5 novembre 2009).
  27. CEN Aquitaine (Dordogne), consulté le 13 août 2013.
  28. « Moulin de Mondot », notice no IA24001047, base Mérimée, ministère français de la Culture.