Velibor Čolić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Velibor Čolić
Vélibor Čolić.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Velibor Čolić est un écrivain né le en Bosnie-Herzégovine et vit en France depuis 1992.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né en 1964 dans une petite ville de Bosnie où il perdra sa maison et ses manuscrits réduits en cendres pendant la guerre. Après des études de littérature yougoslave à Sarajevo et Zagreb, il travaille à la radio régionale comme journaliste chargé de rock et jazz. Enrôlé dans l’armée bosniaque, il déserte dès , est fait prisonnier mais s’échappe et se réfugie en France au mois d’août de la même année.

Accueilli à Strasbourg par le Parlement des écrivains pour une résidence d’un an, l’écrivain y reste quelque temps puis part s’installer en Bretagne où il organise des ateliers d'écriture dans les collèges environnants[1],[2].

En 1993, paraît en France son premier livre Les Bosniaques (Galilée & Carrefour des Littératures), rédigé en résidence à Strasbourg, qui décrit la guerre de Bosnie sous forme de petits tableaux, voire de croquis, d'après des notes prises en cachette sur le front et à Sarajevo.

Son roman Perdido, biographie imaginée de Ben Webster, saxophoniste de Duke Ellington, se déroule dans le monde du jazz.

En 2008, Velibor Čolić décide d'écrire ses romans directement en français et publie aux éditions Gaïa "Archanges", dans lequel il fait œuvre de mémoire en évoquant les atrocités perpétrées durant la guerre en Bosnie[3]. Il sera invité pour ce roman au Festival du Premier roman de Laval.

En 2010 et 2011, il participe à une résidence d'écrivain[4] à l'initiative de Lecture en Tête qui l'avait invité deux ans plus tôt lors du Festival du Premier roman de Laval. Il y écrit Sarajevo omnibus, son troisième roman en français, paru en 2012 aux éditions Gallimard.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Bosniaques, Galilée & Carrefour des Littératures, 1993
  • La Vie fantasmagoriquement brève et étrange d’Amedeo Modigliani, Le Serpent à Plumes, 1995, rééd. Alphée / Le Serpent à Plumes, 2005
  • Chronique des oubliés, La Digitale, 1995, rééd. Le Serpent à Plumes, 1996
  • Mother funker, Le Serpent à Plumes, 2000
  • Perdido, Le Serpent à Plumes, 2004
  • Chez Alberto, 2006 (non traduit)
  • Archanges (roman a cappella), Gaïa, 2008
  • Jésus et Tito, Gaïa, 2010
  • Sarajevo omnibus, Gallimard, 2012, 174 p. (ISBN 978-2-0701-3711-4)[5]
  • Ederlezi. Comédie pessimiste, Gallimard, 2014
  • Manuel d'exil, comment réussir son exil en trente-cinq leçons), Gallimard, 200 pages, 2016, (ISBN 978-2-07-018-671-6)[6]
  • Strasbourg Omnibus, Résidence d'écriture, Médiathèques de Strasbourg, 2018 et sous format PDF librement téléchargeable sur le blog MYRIADES[7].
  • Le livre des départs, Gallimard, 2020

Sur quelques ouvrages[modifier | modifier le code]

Sarajevo omnibus (2012)[modifier | modifier le code]

Le livre-roman se compose de plusieurs récits, autour d'éléments importants de (l'histoire et de la mémoire de) Sarajevo, très liés :


Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Velibor Čolić{page} : son actualité sur France Inter », sur France Inter (consulté le )
  2. Valérie Marin la Meslée, « Velibor Čolić reçoit le prix des lecteurs de la ville de Brive », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Dialogue entre les écrivains Velibor Čolić et Olivier Weber
  4. Itinéraire d'un écrivain rescapé
  5. Laurent Geslin, « L’éternité des extravagants », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Rencontre avec Velibor Čolić / Manuel d’exil Comment réussir son exil en trente-cinq leçons », sur Le Courrier des Balkans (consulté le ).
  7. « Strasbourg Omnibus : terminus ! », sur https://myriadesblog.wordpress.com/, (consulté le )
  8. « Velibor ČOLIČ », sur http://www.academie-francaise.fr/ (consulté le )
  9. « express - Remise du Prix Littéraire des Jeunes Européens (PLJE) 2011. Le Bosniaque, Velibor Colic, primé pour son livre « Jésus et Tito » », sur www.leprogres.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]