Veit Amerbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant une personnalité allemande.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Veit Amerbach, né en 1487 à Wemding en Bavière et mort le à Ingolstadt, est un humaniste allemand

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études à Worms. Professeur de philosophie à Ingolstadt, il a traduit en latin les Discours d'Isocrate et de Démosthène et le Traité sur la Providence de saint Jean Chrysostome. Il a également laissé des commentaires sur Cicéron et sur Ovide. Il correspond avec Erasme et Pic de la Mirandole. Dans un premier temps, comme la plupart des humanistes allemands, il adhère à la réforme luthérienne mais il se ravise et retourne à la religion catholique, reconnaissant l'autorité du pape. Il est effrayé par la traduction des textes saints en langue vernaculaire. Il pense que seuls les clercs et les professeurs peuvent avoir accès aux textes saints et à l'enseignement des Pères de l'Église. La démocratisation des lectures saintes ne peut mener qu'à l'anarchie et à l'hérésie.

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]