Veilleins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Veilleins
Veilleins
Mairie de Veilleins.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Romorantin-Lanthenay
Canton Romorantin-Lanthenay
Intercommunalité Communauté de communes de la Sologne des étangs
Maire
Mandat
François d'Espinay Saint-Luc
2014-2020
Code postal 41230
Code commune 41268
Démographie
Population
municipale
161 hab. (2016 en augmentation de 3,21 % par rapport à 2011)
Densité 3,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 18″ nord, 1° 40′ 16″ est
Altitude Min. 93 m
Max. 127 m
Superficie 43,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Veilleins

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Veilleins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Veilleins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Veilleins

Veilleins est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Site verdoyant et boisé, parsemé d'étangs.

Localisation de la commune de Veilleins dans l'arrondissement de Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher).
Localisation de la commune de Veilleins dans le canton de Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher).
Localisation de la commune de Veilleins dans la Communauté de communes de la Sologne des Étangs (Loir-et-Cher).

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse relevait de Saint-Cosme-lès-Tours, jadis diocèse d'Orléans.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2016, la commune comptait 161 habitants[Note 1], en augmentation de 3,21 % par rapport à 2011 (Loir-et-Cher : +0,45 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
383353352369489545535527556
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
561521560554552525552583581
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
581515561476460456416433363
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
330273227185190180141156161
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (26,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,3 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (53,9 % contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 53,9 % d'hommes (0 à 14 ans = 7,9 %, 15 à 29 ans = 18,4 %, 30 à 44 ans = 11,8 %, 45 à 59 ans = 34,2 %, plus de 60 ans = 27,6 %) ;
  • 46,1 % de femmes (0 à 14 ans = 16,9 %, 15 à 29 ans = 10,8 %, 30 à 44 ans = 12,3 %, 45 à 59 ans = 35,4 %, plus de 60 ans = 24,6 %).
Pyramide des âges à Veilleins en 2007 en pourcentage[5]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,3 
90  ans ou +
0,0 
6,6 
75 à 89 ans
3,1 
19,7 
60 à 74 ans
21,5 
34,2 
45 à 59 ans
35,4 
11,8 
30 à 44 ans
12,3 
18,4 
15 à 29 ans
10,8 
7,9 
0 à 14 ans
16,9 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[6]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1876 mai 1893 Gaston d'Espinay-Saint-Luc    
mai 1893 mars 1907 Roger d'Espinay-Saint-Luc    
mars 1907 mars 1932 Eugène Colladant    
mars 1932 mai 1935 Ersnest Pasquet    
mai 1935 mai 1945 Jean-Baptiste Dion    
mai 1945 novembre 1953 Georges pain    
novembre 1953 mars 1977 Raoul Grandjean    
mars 1977 mars 1989 Henri Estèbe    
mars 1989 juin 1995 Daniel Borysko    
juin 1995 mars 2008 Jean-Loup d'Espinay-Saint-Luc    
mars 2008 En cours François d'Espinay-Saint-Luc[7]    
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Château de Montgiron XVIIe siècle / XVIIIe siècle, demeure de brique et de pierre, dans ses douves : château, communs, deux pavillons, rendez-vous de chasse au nord. Inscrit au titre des monuments historiques.
  • Châteaux de Saint-Hubert, Fondemer, Tréfontaines.
  • Maisons anciennes à colombage dont La Forge, ancienne auberge, maison à pans de bois des XVIe et XVIIIe siècles[8], 3 rue de Romorantin, inscrite au titre des monuments historiques.

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin XIIe siècle, remaniée, dans son cimetière (socle de la croix XVe siècle : chœur à chevet plat, lambris, joli portail XIIe siècle, porche de charpente XVIe siècle), massif clocher-tour au nord dominé par un beffroi à lanternon ; épitaphe de Charles du Lac, seigneur de Tréfontaines (1605).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Culioli, chef du réseau de résistance ADOLPHE, pendant la Seconde Guerre mondiale. Son PC était installé à Veilleins.
  • M. Dion, sabotier du village.
  • M. Henri Estèbe, forgeron du village et maire de 1977 à 1989.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  5. « Évolution et structure de la population à Veilleins en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population de Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  7. Site du Conseil général de Loir-et-Cher consulté le 10 mai 2009
  8. Auger F, Lepine J, Maisons du XVIe siècle en pan de bois des villages de Sologne, La Sologne et son passé, 2014;36:55-64

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :