Végétalisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vegetalisme)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Végétarisme.
Aliments typiques du végétalisme : fruits, légumes, fruits secs, noix, légumineuses, céréales.

Le végétalisme est une pratique alimentaire qui exclut les produits et sous-produits d'origine animale (viandes, poissons, crustacés, mollusques, gélatine, œufs, lait, miel, etc.).

Les personnes végétaliennes consomment des aliments provenant des règnes végétal (grains, légumes, fruits, fruits à coques, huiles végétales, épices, etc.), fongique (champignons comestibles, levures alimentaires, levain, etc.), bactérien (bactéries lactiques comme le bifidus dans le soja fermenté ou le leuconostoc dans la choucroute, ainsi que le sous-produit de plusieurs sortes de bactéries comme source de vitamine B12) et minéral (sels de sodium, de potassium, de calcium, etc.).

Motivations[modifier | modifier le code]

Poules en batterie.

Un grand nombre de végétaliens motivent leur rejet de toute alimentation d'origine animale par le refus de tuer ou de faire tuer des animaux pour leur chair et de les faire souffrir. Ils citent en exemple les conditions d'élevage des poules en batterie, des poussins mâles des races pondeuses broyés sans anesthésie, de la production du lait (qui entraîne la mort des veaux et des femelles improductives)[1] et, généralement, par le refus de cautionner moralement l'exploitation des animaux (voir véganisme et antispécisme).

Les raisons peuvent également être religieuses, certaines religions préconisant la non-violence face aux êtres vivants. Par exemple,le sikhisme ou l'hindouisme qui a le concept d'ahimsâ, un mot sanskrit signifiant « non-violence », soit le fait de s'abstenir de violence en actes, en paroles ou même en pensées, en la commettant directement, en la commandant à d'autres, ou en la consentant. Le régime ital des rastafariens interprète dans le sens d'une abstention de viande, voire de tout aliment d'origine animale, l'interdiction biblique de consommation de sang.

Les motivations ont parfois été politiques. Au début du XXe siècle, certains anarchistes individualistes sont devenus végétaliens. Louis Rimbault (pt), à l'âge de 30 ans, commence à fréquenter les individualistes et devient lui-même végétalien. Ces restrictions alimentaires, en plus de la justification théorique de la « vie saine », étaient pour eux un moyen de mener une vie moins coûteuse, et de prendre, parfois, leurs distances avec ce qu'ils appelaient « l'esclavage salarial »[2]. Après guerre, Louis Rimbault a l'idée de créer une cité végétalienne avec Georges Butaud et Sophia Zaïkowska qui animent alors une école végétalienne à Bascon dans l'Aisne. En 1923, il annonce son idée dans le Néo-Naturien. Ce projet aboutira à « Terre libérée » à Luynes. Rimbault ajoute aux autres motivations l'argument économique du régime végétalien moins coûteux. Il appelle les non végétaliens des « carnivores » ou des « cimetières ambulants ». Il parle de commerce « nécrophage » affirmant même que « Le café et la viande compromettent une race, au bout de quatre générations (trois, disent certains auteurs) (...) Une génération de travailleurs qui a mangé de la viande, usé de toxiques, de produits industrialisés, de produits concentrés, a changé l'état colloïdal de son sang et altéré sa puissance physique et son pouvoir intellectuel et moral, et rien ne prouve que l'on pourra remonter cet état de déficience ! »[3] Présenté comme une méthode de libération individuelle autant que de régénérescence de l'humanité, le végétalisme était devenu un outil de l'anarchisme dans les années 1920.

Comme pour le végétarisme, les motivations sont également liées à l'aspect écologique, la production de viande demandant de très grandes quantités d'aliments de base, telles les céréales[4]. La nourriture consommée par le bétail mondial permettrait de nourrir 8,7 milliards de personnes, soit plus d'humains qu'il n'y en a sur terre[5]. En outre, la production de viande demande beaucoup d'eau (10 000 litres pour produire 1 kg de bœuf[6]) et d'espace, et génère beaucoup de pollution[7]. Selon un rapport publié par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le secteur de l'élevage émet des gaz à effet de serre qui, mesurés en équivalent CO2 (18 pour cent), sont plus élevés que ceux produits par les transports. Il est aussi une source principale de dégradation des terres et des eaux[8]. Un autre rapport publié par Worldwatch estime que la quantité de gaz à effets de serre produit par le secteur de l'élevage représenterait plutôt 51 % des émissions totales[9].

D'autres adoptent un régime semblable pour des raisons de diététique ou de santé[10].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Tarte végétalienne[11]
Galettes végétaliennes

Pour une grande part, les végétaliens consomment les mêmes aliments que les omnivores : des fruits, des légumes, des tubercules, des légumineuses, des céréales, des champignons et des oléagineux. Le « pain de tradition française[12] », les pâtes sans œufs, les salades, la choucroute sans garniture, les épices, herbes et condiments (moutarde, ketchup, etc.), certains biscuits, et bien d'autres aliments courants, sont végétaliens, sauf en cas de présence d'additifs d'origine animale.

Il existe aussi des substituts végétaliens pour de nombreux produits d'origine animale, tels le lait et les yaourts de soja, d'amande, de noisette, de riz, de coco et d'avoine, la mayonnaise sans œufs, les crèmes végétales, les glaces au soja ou à base de noix de coco, les substituts de fromage à base de soja, de noix de cajou, les pâtés végétaux, et les produits à base de gluten et de protéines de soja texturées qui possèdent une texture semblable à celle de la viande. Les pâtisseries, les crêpes et d'autres préparations culinaires traditionnelles peuvent être confectionnées sans œufs ni produits laitiers. Souvent, les végétaliens consomment aussi des aliments sans équivalent dans l'alimentation occidentale traditionnelle, tels le tofu, le seitan, le tempeh, les falafels...

De nombreux produits industriels ne conviennent pas aux végétaliens en raison de la présence d'additifs alimentaires d'origine animale. Par exemple, des produits contiennent des mono- et diglycérides d'acides gras (E471) et de la lécithine (E322) d'origine animale. Lorsque la lécithine est extraite du soja, la formule « lécithine de soja » est utilisée. De nombreux autres additifs ne sont pas végétaliens et des listes d'additifs permettent aux végétaliens d'identifier les aliments à éviter[13],[14]. De plus, la gélatine, obtenue par l'ébullition de la peau animale et des tissus conjonctifs, est notamment utilisée pour clarifier des jus de fruits, des bières et des vins[15], mais ce n'est pas indiqué car il n'en reste que des traces dans le produit final. Le vin peut être clarifié avec d'autres produits d'origine animale, dont l'œuf[16]. En outre, de très nombreux produits contiennent des « arômes » et des « arômes naturels » dont l'origine n'est pas mentionnée.

Santé[modifier | modifier le code]

Risques et précautions[modifier | modifier le code]

Selon le rapport de 2003 de l'Association américaine de diététique et des Diététistes du Canada, un « régime végétalien bien planifié, de même que d'autres régimes végétariens, est adapté à tous les stades de la vie, y compris en cours de grossesse, pendant l'allaitement, la petite enfance, l'enfance et l'adolescence »[17]. Cependant, alors que l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) affirme dans le livre « La santé vient en mangeant » qu'un régime ovo-lacto-végétarien peut être nutritionnellement équilibré, l'institut n'est pas du même avis concernant le végétalisme. Il écrit en effet que « ce type de régime rend très difficile la satisfaction des besoins en acides aminés indispensables, en fer, en calcium et en certaines vitamines. Le suivi d'un régime végétalien à long terme fait courir des risques pour la santé, notamment pour les enfants »[18].

Oméga-3 et Oméga-6[modifier | modifier le code]

Les acides gras omégas (Oméga-3 et Oméga-6) font partie la grande famille des gras polyinsaturés essentiels. Ils sont dits « essentiels » parce que le corps n’en fabrique pas et qu’ils sont nécessaires à son développement et à son fonctionnement. Il est donc primordial de les obtenir par le biais de l’alimentation. Ils diminuent les phénomènes inflammatoires et dégénératifs et maintiennent l'élasticité de la peau et des artères. Ils protègent des maladies cardiovasculaires, de l'obésité, de dysfonctionnements musculaires, hormonaux, immunitaires, cérébraux et peut-être de certains cancers[19].

Ils se trouvent dans : l'açaí, les haricots, les huiles végétales et l'huile de colza en particulier, le lin (en huile et en graines), les algues bleues et vertes, la chlorelle, le maïs, les légumes verts feuillus, le chanvre, les pignons de pin, les graines de citrouille, les graines de sésame, le soja, les choux (tous), les courges, les noix, la salade de blé…

Si l'apport en acide gras Oméga-6 ne pose aucun problème pour les végétaliens, l'apport en acide gras Oméga-3 peut en revanche être insuffisant. L'huile de lin constitue une très bonne source végétale d'Oméga-3 (ainsi que les noix, dans une moindre mesure).

Vitamine B12[modifier | modifier le code]

La vitamine B12, ou cobalamine, est synthétisée par des bactéries. Les végétaux n'en contiennent pas[20],[21]. Beaucoup de céréales du petit déjeuner sont enrichies en B12[22]. Des algues, comme la spiruline, contiennent principalement des analogues de vitamine B12 qui ne sont pas utilisables par l'homme ; d'autres algues pourraient en fournir une forme biodisponible, du moins chez le rat[23], mais, selon le consensus actuel, les algues ne sont pas une source fiable de vitamine B12[24]. Quant à la levure de bière, pourtant riche en vitamines B, elle n'en contient pas. Chez l'homme, la vitamine B12 est synthétisée dans le colon où elle ne peut pas être absorbée. Les principales organisations véganes et végétariennes recommandent donc à tous les végétaliens et aux véganes de manger des aliments enrichis en vitamine B12 ou de prendre un complément alimentaire[25].

Vitamine D[modifier | modifier le code]

Les personnes à la peau claire peuvent obtenir un apport suffisant en vitamine D en s'exposant de 15 à 20 minutes par jour à la lumière du soleil, alors que les personnes à la peau foncée ont besoin d'une exposition bien plus importante. Il peut être difficile pour les végétaliens vivant dans un environnement à faible ensoleillement de s'exposer assez au soleil durant l'hiver ; dans ce cas, une supplémentation est recommandée[26],[27],[28].

Calcium[modifier | modifier le code]

Il est recommandé aux végétaliens de consommer des aliments riches en calcium, tels que du lait de soja enrichi, du tofu (fabriqué avec du sulfate de calcium), des navets, du chou frisé, du brocoli, des amandes, des céréales et des légumes secs[29], et de prendre, si nécessaire, des suppléments de calcium[30],[31]. Une étude de EPIC (en)-Oxford, réalisée sur la base d'un échantillon de 34 696 personnes (dont 1 126 végétaliens) suivies pendant 5 ans, a montré que les végétaliens européens couraient un risque de fracture 30 % plus élevé que les personnes mangeant de la viande ou du poisson et les ovo-lacto-végétariens ; toutefois, si on limite l'analyse aux personnes bénéficiant d'un apport en calcium dans l'alimentation au moins égal à 525 mg par jour (l'apport moyen recommandé au Royaume-Uni), le risque redevient identique chez les végétaliens et dans le reste de la population[32].

Une étude sur la densité osseuse (réalisée en compilant plusieurs études regroupant 2 749 personnes au total) établit que les végétaliens ont les os 6 % moins denses que ceux des omnivores mais les auteurs concluent que cette différence est « cliniquement non significative »[33]. Une autre étude, émanant de la même équipe de chercheurs et consistant à comparer 105 nonnes bouddhistes végétaliennes ménopausées et 105 femmes omnivores, a constaté une prévalence de l'ostéoporose légèrement plus élevée chez les femmes végétaliennes, mais la différence était faible au regard de l'apport en calcium constaté dans les deux groupes. Cela a conduit les chercheurs à conclure que « bien que les végétaliens aient un apport alimentaire bien moindre en calcium et en protéines que les omnivores, le végétalisme n'a pas d'effet défavorable sur la densité minérale osseuse et n'altère pas la constitution du corps »[34].

Selon les auteurs du Rapport Campbell, le risque d'ostéoporose est aggravé par la consommation de protéines animales car celles-ci, contrairement aux protéines végétales, augmentent l'acidité du sang et des tissus, ce qui conduit l'organisme à utiliser le calcium des os pour neutraliser cette acidité[35]. Les chercheurs ajoutent que « dans notre étude de la Chine rurale, où le rapport animal sur végétal [en termes d'apport en protéines] était de 10 %, le taux de fracture s'élève à seulement un cinquième de celui des États-Unis » où la consommation de produits animaux (dont les produits laitiers) est plus importante (« in our rural China Study, where the animal to plant ratio [for protein] was about 10 %, the fracture rate is only one-fifth that of the U.S. »)[36].

Fer[modifier | modifier le code]

Le fer est présent dans l'alimentation sous deux formes : héminique et non héminique. Le fer héminique est facilement absorbé : le taux d'absorption est stable autour de 25 % ; on le trouve dans les protéines qui contiennent le groupe hème (dans le sang et les muscles notamment). Dans les plantes, on en trouve dans les mitochondries de toute cellule qui utilise l’oxygène pour la respiration, mais cet apport est négligeable. Le fer non héminique constitue la quasi-totalité du fer apporté par les végétaux et une proportion variable mais majoritaire du fer apporté par les produits animaux. Le fer des œufs et du lait notamment est non héminique ; par ailleurs, la caséine contenu dans ces produits réduit l'absorption du fer par l'organisme, si bien qu'ils ne constituent pas une source de fer significative[37]. L'absorption du fer non héminique est plus faible que celle du fer héminique. Elle est fonction du stock déjà présent dans l’organisme ; elle dépend aussi du type de repas et peut donc varier sensiblement. Une moyenne de 5 % est une estimation raisonnable dans un repas omnivore classique. Alors que la consommation de thé ou de café réduit la fixation du fer par l'organisme, la consommation conjointe de produits riches en vitamine C et d'aliments riches en fer améliore l'absorption de celui-ci[38]. Une fois absorbé, le fer est utilisé de la même façon par l'organisme qu’il soit héminique ou non.

Les quantités recommandées de fer pour les végétaliens sont les suivantes : 16 mg par jour pour les hommes et les femmes après la ménopause ; 36 mg par jour pour les femmes avant la ménopause[39]. Certains aliments comme l'ortie ou la graine de sésame sont très riches en fer et en d'autres minéraux. Le fer est également abondant dans les céréales et légumineuses, les oléagineux, les fruits secs, certains légumes et le chocolat[40]. Les carences en fer ne sont pas plus courantes chez les végétaliens que chez les non végétaliens[41].

Femmes enceintes[modifier | modifier le code]

L'alimentation des femmes enceintes et celle des nourrissons doivent faire l'objet d'une attention particulière. L'Association américaine de diététique et les Diététistes du Canada conseillent aux végétaliennes susceptibles d'avoir un enfant de prendre quotidiennement de la vitamine B9 sous forme de complément ou d'aliments enrichis, et recommandent que les végétaliennes enceintes et allaitantes absorbent, chaque jour, de la vitamine B12, qu'elles consomment un précurseur de DHA (graines de lin, huile de lin, huile de colza, huile de soja) ou un complément végétarien en DHA, et qu'elles se supplémentent en vitamine D et en fer si nécessaire[42].

Protéines[modifier | modifier le code]

Selon l'Association américaine de diététique et les Diététistes du Canada, les « protéines végétales peuvent à elles seules satisfaire les besoins nutritionnels si une alimentation végétale variée est consommée et que les besoins en énergie sont satisfaits »[43]. Tous les acides aminés essentiels sont présents, en bonnes proportions, dans les protéines d'origine animale mais, généralement, les légumineuses ont une teneur relativement faible en tryptophane et méthionine, et les céréales en lysine. En effet, l'acide aminé limitant (celui qui est le moins présent) n'est pas le même dans tous les végétaux : il est donc possible d'obtenir tous les acides aminés essentiels en consommant, au cours de la journée[43], des végétaux dont les protéines se complémentent (par exemple, du riz et des haricots ⇒ combiner céréales et légumes secs).

Les protéines sont composées d'acides aminés. Chez l'être humain, huit acides aminés sont dits essentiels car le corps ne peut pas les synthétiser : ils doivent donc être apportés par l'alimentation[44]. Deux autres acides aminés sont dits semi-essentiels car le nourrisson doit les puiser dans son alimentation.

Le soja contient les huit acides aminés essentiels en bonnes quantité et proportions[45] : « la protéine de soja peut couvrir les besoins en protéines aussi efficacement que les protéines animales »[41]. Mais il y a aussi le quinoa et le sarrasin. Le SCCD de la noix de cajou est de 82 %[46]; en comparaison, celui du bœuf est de 92 %.

Avantages[modifier | modifier le code]

Certains modes d'alimentation courants ont un effet négatif sur la santé car ils contiennent trop de produits d'origine animale et pas assez de produits d'origine végétale. Par rapport à ces régimes déséquilibrés, certains aspects du végétalisme représentent une amélioration[47],[48], en partie parce qu'un régime végétalien satisfait ou dépasse souvent les recommandations nutritionnelles pour les fruits et légumes.

Les régimes sans viande contiennent moins d'acides gras saturés, de cholestérol, et de protéines animales, et ils contiennent plus de glucides, de fibres, de magnésium, de potassium, de folate, d'antioxydants comme les vitamines C et E, et de phytochimiques[17]. Au Canada, les personnes qui évitent la viande ont un indice de masse corporelle plus bas que ceux qui ont une alimentation omnivore; il en découle une baisse du taux de mortalité par ischémie myocardique, du cholestérol, de la pression artérielle, ainsi que des taux inférieurs d'hypertension, de diabète de type 2 et de cancers de la prostate et du côlon[17]. En revanche, une étude japonaise semble indiquer qu'il existe un lien entre la consommation accrue de certains produits animaux et la baisse de certaines formes de maladies cérébrovasculaires ainsi que celle de la mortalité par congestion cérébrale[49].

Une méta-étude de 1999 de cinq études comparant les taux de mortalité des végétariens et des non-végétariens dans les pays occidentaux a trouvé des taux de mortalité équivalents chez les végétaliens et ceux qui mangent de la viande régulièrement[50]. Une étude de 2003 réalisée par des végétariens britanniques, dont des végétaliens, a trouvé des taux de mortalité similaires entre les végétariens et les non-végétariens[51].

Lors d'une étude de 2006, un régime végétalien pauvre en lipides a conduit à une réduction plus importante du poids, de l'indice de masse corporelle, du cholestérol total et du cholestérol LDL de diabétiques de type 2 que le régime prescrit par l'American Diabetes Association[52].

Une étude de 2011 a évalué la relation entre régime alimentaire et risque de cataracte au Royaume-Uni. Durant 15 ans, 27 670 personnes ont été suivies : le risque le plus élevé de développer une cataracte a été retrouvé chez les gros consommateurs de viande. Ce risque se réduit légèrement chez le groupe qui en consomme des quantités modérées. Chez les végétariens et (encore plus) les végétaliens, la réduction du risque de cataracte est jusqu'à 40 % plus importante[53].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lait, yaourt, fromage : souffrance insoupçonnée des vaches laitières », sur Lait-Vache-info (consulté le 18 avril 2015)
  2. Shalazz, « Louis Rimbault et "Terre Libérée", 1923-1949 » (consulté le 16 avril 2009)
  3. RIMBAULT Louis, « Le Problème de la viande », Le Néo-Naturien, n° 4, avril 1922
  4. Stephen Leckie, « Répercussions de la consommation de viande sur la sécurité alimentaire et l'environnement », Centre de recherches pour le développement international (consulté le 11 mai 2008) : « Les animaux de ferme sont très inefficaces comme valorisateurs d'aliments. Pour produire 31,2 millions de tonnes de viande en carcasse en 1993 aux États-Unis, les animaux de ferme ont dû consommer 192,7 millions de tonnes de concentré alimentaire, surtout du maïs. »
  5. « Moins de viande et plus de céréales »,‎ (consulté le 16 avril 2009) Travaux de la Chaire de recherche du Canada en éducation relative à l’environnement de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Le lien vers le fichier .pdf est aussi disponible à partir de la page suivante: http://www.unites.uqam.ca/ERE-UQAM/lemondeatable/activites.html
  6. Ecologuide de A à Z, Fondation Nicolas Hulot et Nicolas Hulot, Le cherche midi (éditeur), 2004, ISBN 2-74910-306-1, p. 71
  7. National Geographic
  8. « L'élevage aussi est une menace pour l'environnement », Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture,‎ (consulté le 11 mai 2008)
  9. (en) Robert Goodland et Jeff Anhang, « Livestock and climate change », Worldwatch magazine, no vol. 22, n°6,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  10. « Végétalisme » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Encarta, consulté le 27 novembre 2008. « Les inquiétudes suscitées par l'apport excessif de graisses dans l'alimentation occidentale — dû en particulier à la viande et aux produits laitiers — et favorisant notamment les maladies cardio-vasculaires ont contribué au succès rencontré ces dernières années par les théories du végétalisme. »
  11. La recette d'origine ne convient pas aux végétaliens car elle contient du beurre. Celle-ci a donc été modifiée pour fabriquer cette tarte végétalienne.
  12. Le « pain de tradition française » ne doit contenir « aucun additif » selon l'article 2 du décret no 93-1074 du 13 septembre 1993 (« http://www.droit.org/jo/19930914/ECOC9300130D.html) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-03-30, contrairement au pain courant (par exemple, la baguette ordinaire) vendu en France qui peut contenir jusqu'à 14 additifs (http://www.boulangerie.net/Loi/T7.html), dont deux, le E322 et le E471, peuvent être d'origine animale (http://www.vegansociety.com/food/criteria.php). Les documents mentionnés ci-dessus (les trois pages web) ont été consultés le 6 juillet 2009.
  13. « Additifs issus d'animaux ou non » (consulté le 21 novembre 2009)
  14. « Criteria for Vegan Food », Vegan Society (consulté le 2 juin 2008)
  15. « Les clarifiants et stabilisants du vin », www.vinexpert.com (consulté le 3 juin 2008) : « Or on sait que la bentonite aide à éliminer cette matière colorante lorsqu'on l'utilise pour traiter le vin avant un collage à la gélatine. »
  16. « Vin et gluten : ça colle mais c’est sans risque !! », www.allergique.org (consulté le 2 juin 2008) : « On connaît le collage à l’œuf qui est très utilisé dans le Sud-Ouest. »
  17. a, b et c Journal of the American Dietetic Association, « Position of the American Dietetic Association and Dietitians of Canada: Vegetarian diets »,‎ (consulté le 8 mai 2008), p. 748. Traduction en français (première page)
  18. Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES), « La santé vient en mangeant »,‎ (consulté le 3 avril 2012), p. 94-95
  19. « Importance des acides oméga-3 et oméga-6 », Conseil européen de l'information sur l'alimentation (consulté le 22 avril 2015)
  20. Encyclopaedia Britannica, 15e édition, ISBN 0-85229-591-X, sous « Blood » : « Vitamin B12 is a red, cobalt-containing vitamin that is found in animal but not in vegetal foods »
  21. Martin T. Croft (et autres), « Algae acquire vitamin B12 through a symbiotic relationship with bacteria », Nature,‎ (consulté le 19 mai 2008) : « Plants do not contain cobalamin because they have no cobalamin-dependent enzymes. »
  22. http://www.vegetarisme.fr/vegetarien.php?content=vegetarien_ficheB12 La vitamine B12
  23. TAKENAKA Shigeo (et autres), « Feeding dried purple laver (nori) to vitamin B12-deficient rats significantly improves vitamin B12 status », CNRS (consulté le 19 mai 2008) : « These results indicate that vitamin B12 in dried purple laver is bioavailable to rats. »
  24. « Vitamin B12 », Vegetarian Society (consulté le 19 mai 2008) : « Fermented soya products, seaweeds, and algae such as spirulina have all been suggested as containing significant B12. However, the present consensus is that any B12 present in plant foods is likely to be unavailable to humans and so these foods should not be relied upon as safe sources. »
  25. « What every vegan should know about vitamin B12 », Vegan Society,‎ (consulté le 10 avril 2008)
  26. (en) « Vegans and Vitamin D », Vegan Society (consulté le 30 novembre 2009)
  27. (en) Jack Norris, RD, « Staying a Healthy Vegan », Vegan Outreach,‎ (consulté le 22 février 2007) : « There are no reliable, unfortified plant sources of vitamin B12; therefore fortified foods and/or supplements are necessary for the optimal health of vegans. »
  28. (en) « Information Sheet: Vegan Nutrition », Vegetarian Society (consulté le 22 février 2007)
  29. Reed Mangels, Ph.D., R.D. (Registered Dietitian), « Calcium in the Vegan Diet »,‎ (consulté le 10 juillet 2011).
  30. (en) « Position of the American Dietetic Association: vegetarian diets. », J Am Diet Assoc, vol. 109, no 7,‎ , p. 1266–1282 (PMID 19562864, DOI 10.1016/j.jada.2009.05.027, lire en ligne)
  31. (en) « Vegan Health: Bone Health », veganhealth.org, Vegan Outreach,‎ (consulté le 23 février 2007)
  32. Appleby, P., Roddam, A., Allen, N., & Key, T., « Comparative fracture risk in vegetarians and nonvegetarians in EPIC-Oxford »,‎ (consulté le 19 juin 2015)
  33. (en) « Effect of vegetarian diets on bone mineral density: a Bayesian meta-analysis. » (consulté le 13 juillet 2009)
  34. (en) « Veganism, bone mineral density, and body composition: a study in Buddhist nuns. » (consulté le 13 juillet 2009)
  35. (en) T. Colin Campbell (trad. du hongrois), The China Study: The Most Comprehensive Study of Nutrition Ever Conducted and the Startling Implications for Diet, Weight Loss and Long-term Health, Dallas, Benbella Books,‎ , 1e éd. (ISBN 978-1-932100-38-9, LCCN 2004007985), p. 205
  36. (en) T. Colin Campbell (trad. du hongrois), The China Study: The Most Comprehensive Study of Nutrition Ever Conducted and the Startling Implications for Diet, Weight Loss and Long-term Health, Dallas, Benbella Books,‎ , 1e éd. (ISBN 978-1-932100-38-9, LCCN 2004007985), p. 208
  37. « Iron Deficiency Anemia: Nutritional Considerations » (consulté le 12 juillet 2015)
  38. Hallberg L, Brune M, Rossander L., « The role of vitamin C in iron absorption »,‎ (consulté le 8 juillet 2009) : « The key role of ascorbic acid for the absorption of dietary nonheme iron is generally accepted. The reasons for its action are twofold: (1) the prevention of the formation of insoluble and unabsorbable iron compounds and (2) the reduction of ferric to ferrous iron, which seems to be a requirement for the uptake of iron into the mucosal cells. »
  39. Le végétarisme à temps partiel : le plaisir de mieux manger sans viande, Les éditions de l'Homme, 2001 (ISBN 2-7619-1658-1), page 35 : « Parce que le fer présent dans les végétaux est moins bien absorbé que celui contenu dans la chair animale, la dose quotidienne recommandée aux végétariens stricts s'élève à 36 mg pour les femmes avant la ménopause et à 16 mg par jour les femmes postménopausées et les hommes de tout âge. »
  40. VEG et CRU - Le Fer
  41. a et b Journal of the American Dietetic Association, « Position of the American Dietetic Association and Dietitians of Canada: Vegetarian diets »,‎ (consulté le 8 mai 2008), p. 750. Traduction en français (troisième page)
  42. Journal of the American Dietetic Association, « Position of the American Dietetic Association and Dietitians of Canada: Vegetarian diets »,‎ (consulté le 10 mai 2008), p. 755. Traduction en français (huitième page)
  43. a et b Journal of the American Dietetic Association, « Position of the American Dietetic Association and Dietitians of Canada: Vegetarian diets »,‎ (consulté le 8 mai 2008), p. 749. Traduction en français (deuxième page)
  44. Larousse médical, 2003 (ISBN 2-03-560265-3), sous « Acide aminé »
  45. Garance Leureux, Ma cuisine végétarienne pour tous les jours, La Plage, 2006 (ISBN 9782842211615), p. 17
  46. Naves, Maria Margareth Veloso, et autres, « Nutritional quality and protein value of exotic almonds and nut from the Brazilian Savanna compared to peanut »,‎ (consulté le 2 avril 2012), p. 2319.
  47. Roger Segelken, « China Study II: Switch to Western diet may bring Western-type diseases », Cornell Chronicle,‎ (consulté le 26 mai 2008)
  48. « China-Cornell-Oxford Project On Nutrition, Environment and Health at Cornell University », Division of Nutritional Sciences, Cornell University (consulté le 9 mai 2008)
  49. Kinjo Y, Beral V, Akiba S, Key T, Mizuno S, Appleby P, Yamaguchi N, Watanabe S, Doll R, « Possible protective effect of milk, meat and fish for cerebrovascular disease mortality in Japan. »,‎ (consulté le 9 mai 2008) : « These findings suggest that the increasing intake of animal fat and/or protein may have played a key role in reducing cerebrovascular disease in Japan. »
  50. Timothy J Key (et autres), « Mortality in vegetarians and nonvegetarians: detailed findings from a collaborative analysis of 5 prospective studies »,‎ (consulté le 31 janvier 2008), p. 516S-524S
  51. Timothy J Key (et autres), « Mortality in British vegetarians: review and preliminary results from EPIC-Oxford »,‎ (consulté le 31 janvier 2008) : « Within the studies, mortality for major causes of death was not significantly different between vegetarians and nonvegetarians, but the nonsignificant reduction in mortality from ischemic heart disease among vegetarians was compatible with the significant reduction previously reported in a pooled analysis of mortality in Western vegetarians. », p. 533S-538S
  52. Neal D. Barnard (coauteurs: Joshua Cohen, David J.A. Jenkins, Gabrielle Turner-McGrievy, Lise Gloede, Brent Jaster, Kim Seidl, Amber A. Green, and Stanley Talpers), « A Low-Fat Vegan Diet Improves Glycemic Control and Cardiovascular Risk Factors in a Randomized Clinical Trial in Individuals With Type 2 Diabetes »,‎ (consulté le 9 mai 2008) : « Among medication-stable participants, changes in A1C, weight, BMI, waist circumference, total cholesterol, and LDL cholesterol were significantly greater in the vegan group. », p. 1777-1783
  53. Appleby P.N. et al.”Diet, vegetarianism, and cataract risk” American Journal of Clinical Nutrition, 2011 93(5):1128-35.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :