Vaux (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vaux
Vaux (Allier)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Cher
Maire
Mandat
Jérôme Duchalet
2020-2026
Code postal 03190
Code commune 03301
Démographie
Gentilé Vaudois, Vaudoises [1]
Population
municipale
1 143 hab. (2018 en augmentation de 7,42 % par rapport à 2013)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 25′ 39″ nord, 2° 35′ 53″ est
Altitude Min. 178 m
Max. 247 m
Superficie 18,1 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montluçon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montluçon-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Vaux
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Vaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaux
Liens
Site web https://www.mairie-vaux.fr

Vaux est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Villages et lieu-dits[modifier | modifier le code]

La commune de Vaux se compose du bourg et des villages suivant :

  • Argentières
  • les Bernards
  • la Bourse
  • les Brandes
  • les Bregnats
  • les Crozardais
  • les Roussets
  • la Roussille
  • les Trillers
  • Vazenton
Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Le bourg de Vaux aux est à la confluence entre le Cher et l'un de ses affluents, la Meuzelle. La commune s'étend sur la rive gauche du Cher qui forme sa limite à l'est et les plateaux traversés à l'ouest par la Meuzelle, la Magieure et le ruisseau des Tartasses.

Sources[modifier | modifier le code]

Deux sources d'eau minérales sont exploitées jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. L'une est située à Argentières ; elle est connue depuis 1605. L'autre, la source Madeleine, est ferrugineuse et se situe aux Trillers[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune de Vaux est située au nord du Massif central dans la région naturelle du bocage bourbonnais.

Le bourg et la partie basse de la commune qui s'étend dans la vallée du Cher sont bâtis sur des alluvions et des dépôts datant de la fin du Pliocène. Le reste de la commune est formé de plateaux constitués de roches sédimentaires tertiaires (argiles, grès, calcaires et marnes) qui datent de l'Oligocène[3].

La superficie de la commune est de 18,1 km² et son altitude varie de 185 à 247 mètres.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie d'un climat océanique dégradé car elle se situe loin de l'océan.

Températures Précipitations

moyennes

Jours de neige

Moyenne

Minimale Maximale Moyenne
Janvier -22° (1997) +16° (2020) +3° 52,7 mm 3
Février -20° (2010) +24° (2019) +4° 46,4 mm 3
Mars -20° (2005) +25° (2017) 7,5° 55,8 mm 1
Avril -5° (1991) +29° (2007) 11° 75,0 mm 0
Mai 0° (2003) +34° (2003) 15° 108,5 mm 0
Juin +3° (1991) +37° (2003) 17,5° 90,0 mm 0
Juillet +6° (1993) +39° (2020) 20.5° 102,3 mm 0
Août +5° (2014) +42° (2003) 20,5° 89,9 mm 0
Septembre 1° (1995) +33° (2019) 17° 75,0 mm 0
Octobre -8° (2003) +28° (2019) 13° 77,5 mm 0
Novembre -14° (1993) +20° (2015) 66,0 mm 1
Décembre -22° (1996) +16° (2018) 62,0 mm 3
Source : weathertrends360.com via MSN Météo

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Vaux est desservie via Saint-Victor (Sortie 36) par les autoroutes A71, reliant Paris et Orléans au nord à Clermont-Ferrand au sud-est, et A714 qui est prolongée par la route nationale 145 menant à Guéret et à l'A20 après La Souterraine.

La commune est aussi desservie par des routes départementales :

Ainsi, Vaux est à 10 min de Montluçon, h 20 de Clermont-Ferrand et h 30 de Paris (ces trajets comprennent des autoroutes à péage ; ils partent et arrivent au cœur des agglomérations).

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne de chemin de fer de Bourges à Miécaze traverse du nord au sud la commune. Celle-ci est desservie par la gare des Trillers[4] qui a été mise en service en 1861.

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

Parallèle à la voie de chemin de fer, s'étend le canal de Berry dont l'activité s'est étalée entre 1840 et 1945. Il est déclassé depuis 1955.

Depuis 2014, une voie verte court le long du canal afin de former une véloroute permettant de rejoindre Vierzon, Tours ou Nevers.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vaux est une commune rurale[Note 1],[5]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montluçon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 58 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (77,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (54,9 %), forêts (12,4 %), zones agricoles hétérogènes (10,3 %), zones urbanisées (9,9 %), terres arables (9,9 %), eaux continentales[Note 3] (1,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,8 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence d'objets préhistoriques atteste de l'établissement de populations depuis la Préhistoire[2].

Une voie romaine et des vestiges gallo-romains ont aussi été mis au jour sur la rive gauche du Cher.

À l'époque médiévale, une motte castrale ovalaire entourée d'un fossé se dresse à la confluence du Cher et de la Magieure, offrant une position de défense et de surveillance des deux vallées ainsi que de la voie d'origine antique. Ce promontoire a été fortement mutilé par les aménagements du canal, de la voie ferrée et de la route mais il devait mesurer une centaine de mètres de long sur 50 à 60 mètres de large. Il était encore dénommé "le Donjon" au XIXe siècle, donjon dont il ne subsiste que des substructions[12].

L'ancienne paroisse d'Argentière est intégrée dans la commune de Vaux en 1793.

Le développement du canal de Berry et de la ligne de chemin de fer de Montluçon à Bourges au XIXe siècle ont permis le développement économique du village des Trillers, situé sur le territoire de la commune. Un important moulin est créé au XIXe siècle ainsi que les Forges de Saint Hippolyte en 1881 ; elles sont spécialisées dans la production de fers à bœufs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Vaux est composé de 14 membres dont 4 maires-adjoints et 9 conseillers municipaux[13]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 1989 Robert Laclémence    
mars 1989 mars 2014 Richard Prevost    
mars 2014 En cours
(au )
Jérôme Duchalet[14] DVG Fonctionnaire de police[15]
Réélu en 2020

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune de Vaux est rattachée à la Communauté de communes du Val de Cher et adhère au SIVOM Région minière.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Vaux est jumelée avec Drapeau de la Belgique Vaux-sur-Sûre (Belgique)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[17].

En 2018, la commune comptait 1 143 habitants[Note 4], en augmentation de 7,42 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
327510475598572639756727701
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
683664687691690678748790765
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
677729722704744682694758773
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7517727018209059669541 0401 060
2018 - - - - - - - -
1 143--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Vaux est située dans l'académie de Clermont-Ferrand. La commune administre l'école maternelle et élémentaire Saint-Exupéry.

Sport[modifier | modifier le code]

Vaux est équipée d'un complexe sportif comprenant un terrain de rugby et une salle multi-sports (handball, basket-ball, gymnastique, volley-ball). la commune compte aussi des terrains de pétanque.

Culte[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Éloi dépend de la paroisse Sainte-Marie du doyenné de Montluçon[20].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Éloi[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Éloi[21] du XIIe siècle est une église romane avec un clocher-mur percé de deux arcades sur sa façade ouest. Elle est construite en grès rouge sur un plan rectangulaire avec une abside en hémicycle. La porte en plein cintre, sans tympan, est encadrée de colonnettes surmontées de chapiteaux à crochets soutenant une archivolte à quatre voussures toriques[2].

Château des Trillers[modifier | modifier le code]

Le château des Trillers est un manoir dans le style de la seconde moitié du XIXe siècle. Il appartenait à la famille de Montaignac de Chauvance. C'est actuellement un centre de loisirs administré depuis 2015 par la Communauté de communes du Val de Cher.

Canal de Berry[modifier | modifier le code]

Écluse et pont-canal de Chantemerle[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/allier-03
  2. a b et c Frédéric Méténier, Léonard Leroux, Yann Rossignol et al., Le Patrimoine des communes de l'Allier, t. 2, Charenton-le-Pont, FLOHIC Éditions, , 1144 p. (ISBN 2-84234-053-1), p. 788-789
  3. Pierre de Puytorac et al., L'Auvergne : Une exploration géologique, botanique et faunistique illustrée, Paris, Delachaux et Niestlé, , 368 p. (ISBN 2-603-01045-X)
  4. Site SNCF TER Auvergne : Gare de Magnette lire (consulté le 16 septembre 2013).
  5. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  6. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 23 avril 2021)
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 23 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. René Germain (dir.), Dominique Laurent, Maurice Piboule, Annie Regond et Michel Thévenet, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éd. de Borée, , 684 p. (ISBN 2-84494-199-0), p. 430
  13. « Conseil municipal & Commissions | Mairie de Vaux » (consulté le 22 août 2020)
  14. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le 29 juillet 2020).
  15. Supplément « Annuaire des maires Allier », La Montagne, , p. 31 (édition de l'Allier).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Paroisse Sainte-Marie », sur Diocèse de Moulins, (consulté le 22 août 2020)
  21. André Leguai (direction), Histoire des communes de l'Allier, Arrondissement de Montluçon, Roanne, Editions Horvath, , 432 p. (ISBN 2-7171-0367-8), p. 168-169

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :