Vaux-sur-Aure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vaux-sur-Aure
Vaux-sur-Aure
Vaux-sur-Aure.
Blason de Vaux-sur-Aure
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Bayeux
Intercommunalité Communauté de communes de Bayeux Intercom
Maire
Mandat
Benoît Demoulins
2020-2026
Code postal 14400
Code commune 14732
Démographie
Gentilé Vallonnais
Population
municipale
321 hab. (2018 en diminution de 4,46 % par rapport à 2013)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 09″ nord, 0° 42′ 08″ ouest
Altitude Min. 19 m
Max. 58 m
Superficie 7,60 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bayeux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bayeux
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Vaux-sur-Aure
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Vaux-sur-Aure
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaux-sur-Aure
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaux-sur-Aure

Vaux-sur-Aure est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 321 habitants[Note 1] (les Vallonnais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Vaux-sur-Aure est une commune du Bessin située à trois kilomètres de Bayeux et quatre kilomètres des côtes de la Manche (Longues-sur-Mer), elle est traversée par l'Aure.

Communes limitrophes de Vaux-sur-Aure[1]
Commes,
Maisons
Longues-sur-Mer Longues-sur-Mer
Maisons,
Sully
Vaux-sur-Aure[1] Saint-Vigor-le-Grand
Sully,
Vaucelles (sur quelques dizaines de mètres)
Bayeux Saint-Vigor-le-Grand,
Bayeux

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vaux-sur-Aure est une commune rurale[Note 2],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bayeux, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 29 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (76,8 %), prairies (18,3 %), zones agricoles hétérogènes (4,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Villa quœ dicitur Vallis super Oram en 1158[9] ; Valles super Horam en 1229[10] ; Vaux sur Aure en 1236[11] ; Vaux sur Ore entre 1242 et 1422[12] ; Valles super Auram en 1277[13] ; Vaus super Auream en 1278[14] ; Vaulx sur Ore 1377[15] ; Vaulx sur Oyre en 1418[16] ; Vaux sur Roure en 1667[17].

"Vaux" est le pluriel de val, vallée.

L'Aure est une rivière de Normandie, affluent de rive droite de la Vire.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1829, Vaux-sur-Aure (323 habitants en 1821) absorbe Argouges-sur-Aure (25 habitants)[18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
(maire en 1981)[19]   Raphaël Salaun    
1995 mars 2008 Claude Burel   Directeur de centre de rééducation
mars 2008[20] En cours Benoît Demoulins[21] SE Directeur de fédération de chasseurs
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[21].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[23].

En 2018, la commune comptait 321 habitants[Note 4], en diminution de 4,46 % par rapport à 2013 (Calvados : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Vaux-sur-Aure a compté jusqu'à 416 habitants en 1846.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
378306354323392410414416411
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
371415427373389342308322308
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
289286292255272299273379361
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
265250296318324344313322340
2018 - - - - - - - -
321--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Aubin de Vaux-sur-Aure.
Manoir d'Argouges.
  • Église Saint-Aubin inscrite MH[26] : fondée au XIIe siècle, elle a fait l'objet d'une réfection quasi complète au XIXe siècle en style néo-roman.
  • Château de la Ferrière de la première moitié du XVIIIe siècle.
  • Manoir d'Argouges de la fin du XVe siècle. Il est classé monument historique depuis le [27].
  • Château de la Haizerie de la première moitié du XIXe siècle : bel édifice d'époque Louis-Philippe, à demi-caché dans son bois de haut jet, derrière l'église Saint-Aubin. Bâti vers 1840 par les parents du fameux père Marc-Marie de Rotz, qui partit évangéliser le Japon à la fin du XIXe siècle, c'est un curieux exemple du style palladien très épuré, sec mais élégant, style très peu représenté en Normandie. Une seule souche de cheminée rassemble au faîte du toit toutes les cheminées du château, en un long couronnement très original. Longtemps siège d'administrations agricoles (l'INRA entre autres), il est, actuellement en restauration[Quand ?].
  • Ferme de la Madelaine, XVIIe siècle.
  • Ferme-manoir du Grand Fumichon, XVIe et XVIIe siècles. Au XIXe siècle elle devient la ferme du château voisin de la Ferrière lorsque que celui-ci est acquis par la famille des vicomtes de Toustain de Richebourg. En 1928, la ferme est achetée par un agriculteur alsacien qui la remanie et la modernise profondément. En 1964, elle change de mains et appartient depuis cette date à la même famille.
Le corps de ferme, entièrement clos par les bâtiments agricoles et un petit mur d'enceinte, est accessible par un portail, avec porte charretière et porte piétonne surmontées d'un arc en anse de panier avec une clé de voûte sculptée. Le logis seigneurial, construit en moellon calcaire et couvert d'un toit en ardoises percé de massives souches de cheminées, adopte un plan rectangulaire. Sa porte principale est encadré par deux pilastres surmontée d'un linteau en pierre et d'un fronton triangulaire. Parmi les communs on peut voir notamment une grange, des écuries, des étables, une porcherie, une bergerie, une boulangerie avec son four à pain et une charreterie où subsiste la trace de trois anciennes portes charretières. Inhabituelle sur des bâtiments agricoles la présence de lucarnes avec frontons sculptés. La cidrerie, reconnaissable à son pressoir, comporte un étage, en fait un grenier ou sont stockées les pommes qu'y une fois mûres tombent par un trou pratiqué dans le plancher dans le grugeoir situé au rez-de-chaussée pour y êtres écrasées afin d'en extraire le jus[28].
  • Promenade du père de Rotz. Aménagée le long de l'Aure, elle passe au pied du château de la Haizerie.
  • Vestiges de l'église Saint-Pierre d'Argouges-sur-Aure (XIIe siècle). Son clocher à arcade est encore en place.

Activité culturelle et manifestations[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Vaux-sur-Aure

Les armes de la commune de Vaux-sur-Aure se blasonnent ainsi :
coupé : au premier d'azur à l'étoile d'or, au second parti d'azur et d'or à la quintefeuille de gueules brochant sur le parti ; à la fasce de sinople chargée d'une trangle ondée d'argent, brochant sur la partition[29].
Adopté le 10 juillet 2014.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Bulle pour Saint-Sever.
  10. Charte de l’abbaye de Mondaye.
  11. Chapitre de Bayeux, 23.
  12. Cartulaire de l’abbaye de Cordillon.
  13. Abbaye de Mondaye.
  14. Cartulaire normand n° 932, p. 132.
  15. Chapitre de Bayeux, 102.
  16. Rôles de Bréquigny, p. 14, n° 101.
  17. Carte de Le Vasseur.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Vaux-sur-Aure », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 24 décembre 2009) et fiche liée (Argouges-sur-Aure).
  19. https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000850614
  20. « Benoît Desmoulins a été élu maire, samedi », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 septembre 2014)
  21. a et b Réélection 2014 : « Vaux-sur-Aure (14400) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 avril 2014)
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. « Église paroissiale Saint-Aubin », notice no IA00122125, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Ancien manoir d'Argouges », notice no PA00111781, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. Pierre Brunet (introduction) et Bernard Gourbin, Fermes-manoirs du Bessin, Bayeux, Éditions OREP, , 80 p. (ISBN 978-2-8151-0207-0), p. 70-71.
  29. « GASO, la banque du blason - Vaux-sur-Aure Calvados » (consulté le 24 septembre 2014)
  30. Article sur Vaux-sur-Aure sur le site de la cité de Nagasaki http://www1.city.nagasaki.nagasaki.jp/kokusai/exchange/vauxsuraure_e.html
  31. Site des Missions Étrangères de Paris http://www.mepasie.org/rubriques/haut/pays-de-mission/le-japon
  32. Article Ouest-France sur la commémoration du Père de Rotz à la Cathédrale de Bayeux https://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Ceremonie-d-hommage-au-pere-de-Rotz-_14047-avd-20110813-61069484_actuLocale.Htm
  33. Page des jumelages sur le site de la municipalité de Nagasaki http://www.city.nagasaki.lg.jp/kokusai/910000/p004960.html
  34. voir l'article Sotome en anglais.
  35. « Les communes jumelées du Calvados :Sotome » (consulté le 15 mai 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :