Vautour oricou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Torgos tracheliotos

Article général Pour des articles plus généraux, voir Vautour et Accipitridae.
Torgos tracheliotos
Description de cette image, également commentée ci-après
Vautour oricou
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Accipitriformes
Famille Accipitridae

Genre

Torgos
Kaup, 1828

Nom binominal

Torgos tracheliotos
(Forster, 1791)

Synonymes

  • Torgos tracheliotus (protonyme)

Statut de conservation UICN

( EN )
EN A2bcd+3bcd : En danger

Statut CITES

Sur l'annexe II de la CITES Annexe II , Rév. du 12/06/2013

Le Vautour oricou (Torgos tracheliotos) ou Vautour nubien, est une espèce de vautours de l'Ancien Monde, de la famille des Accipitridés. C'est la seule espèce du genre Torgos. Il est référencé comme Torgos tracheliotus( J.R.Forster, 1791) dans la bases de l'Inventaire Nationale du Patrimoine Naturel (INPN).

Description[modifier | modifier le code]

Son plumage est marron foncé, voire noir sur ses ailes, et marron clair à blanc sur ses flancs et ses pattes. Sa tête et son cou sont dénudés et rose. Avec une envergure moyenne de 2,50 m à 2,80 m, selon "Le Guide ornitho" de Lars Svensson ou de 2,80 à 2,90 selon de site internet Oiseaux.net [1]et un poids généralement compris entre 5,4 et 9,4 Kg. L'espérance de vie de l'oricou est de 30 ans dans son habitat naturel. Le vautour oricou vit seul ou en couple mais certains se rassemblent à la tombée de la nuit[2].

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

C'est un charognard qui se nourrit essentiellement de carcasses. Cependant, l'espèce est connue pour être capable de chasser et tuer de petits animaux comme des oisillons, des petits reptiles ou mammifères[3].

Les vautours Oricou sont plus abondant sur les carcasses pendant l'après-midi, ils profitent peut-être du fait qu'il y a moins de plus grands vautours (genre Gyps) qui sont déjà rassasiés[4].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Le nid, de 2 m de diamètre, est construit sur un arbre, souvent un acacia. C'est à la saison sèche que la femelle pond un œuf et un seul. Les deux parents se chargent de la couvaison à tour de rôle pendant presque 2 mois. À la naissance, l'oisillon a un duvet entièrement brun sauf sur sa tête et son cou qui sont gris. Tant que celui-ci n'est pas capable de voler, au moins l'un des parents reste au nid, soit environ 4 mois. Après cette période, le jeune vautour est laissé seul au nid mais ses parents continuent de le nourrir pendant encore 2 mois. Ces vautours se reproduisent à partir de 6 ans.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Il est présent en Afrique et au Moyen-Orient. Il vit dans les savanes sèches, les plaines arides, les déserts et sur le versant des montagnes jusqu'à 3 500 m d'altitude[5]. L'espèce a également été rapportée dans des milieux forestier, en Afrique de l'Est.

Classification et sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après Alan P. Peterson, cette espèce est constituée des sous-espèces suivantes :

  • Torgos tracheliotos negevensis Bruun, Mendelssohn & Bull 1981
  • Torgos tracheliotos nubicus (C.H. Smith) 1828
  • Torgos tracheliotos tracheliotus (J.R. Forster) 1796

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Conservation[modifier | modifier le code]

En 2017, la population compte environ 5700 individus et est en déclin[3].

Torgos tracheliotos est largement menacé par l'empoisonnement accidentel. La Strychnine, et plus récemment le Carbofuran, utilisés par les éleveur dans la lutte contre les prédateur sont responsable de la mort de beaucoup d'individus. Les autres menaces majeures pour cette espèce sont la prédation des nichés par l'Homme, la réduction des ressources en nourriture dues à une réduction des caravanes de dromadaires (Dabokka) et l'électrocution par collision avec les lignes électriques. L'espèce est très sensible au dérangement qui représente une menace croissante à la fois dans les habitats forestier d'Ethiopie et en Arabie-Saoudite avec l'augmentation des course de véhicules motorisés dans le désert. En Afrique de l'Ouest, la réduction de la ressource en carcasse est due à la diminution globale de la présence en animaux sauvages, les animaux domestiques sont moins malades après des campagnes nationales de vaccination, le dérangement par l'Homme augmente également. Ces vautours sont probablement chassés pour un usage en médecine traditionelle. L'empoisonnement pourrait augmenté avec l'usage croissant de pesticide en agriculture en Afrique[3]. Les carcasses d'animaux abattues illégalement sont aujourd'hui empoisonnées pour éliminer les vautours qui indiquent la position des braconniers par leur rassemblement.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Espèce Torgos tracheliotus[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lars Svensson, Le Guide Ornitho, Paris, imprimé à Trento (Italie), Delachaux et Niestlé SA, , 446 p. (ISBN 978-2-603-02393-8), p90-91
  2. Le-Dantec D, « Vautour Oricou - Torgos tracheliotos », sur oiseaux.net,
  3. a b et c (en) « Torgos tracheliotos - Lappet-faced Vulture », sur iucnredlist.org, (consulté en mars 2019)
  4. (en) Kendall C, « The early bird gets the carcass: Temporal segregation and its effects on foraging success in avian scavengers », Ornthological advances,‎ , p. 12-19 (DOI 10.1642/AUK-13-201.1, lire en ligne)
  5. UICN, consulté lors d'une mise à jour du lien externe