Vausseroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vausseroux
Vausseroux
L'église Sainte-Radegonde.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Arrondissement de Parthenay
Canton La Gâtine
Intercommunalité Communauté de communes de Parthenay-Gâtine
Maire
Mandat
Philippe Albert
2014-2020
Code postal 79420
Code commune 79340
Démographie
Population
municipale
330 hab. (2016 en diminution de 3,79 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 33′ 07″ nord, 0° 08′ 06″ ouest
Altitude Min. 161 m
Max. 232 m
Superficie 19,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Vausseroux

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Vausseroux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vausseroux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vausseroux

Vausseroux est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cadastre Napoléonien de la commune de Vausseroux

Latitude : 46.5511 ; longitude : -0.133333.
46° 33′ 4″ nord, 0° 7′ 60″ ouest.
Superficie Vausseroux 1 912 hectares 19,12 km² (7,38 sq mi).
Altitude Vausseroux minimale 161 m, maximale 232 m, moyenne 197 m.
Climat Vausseroux climat océanique avec été tempéré (classification de Köppen : Cfb).

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1876 1877 François Garran de Balzan   Sénateur
mars 1989 En cours Philippe Albert[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Vausseroux, cela correspond à 2007, 2012, 2017[2], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, 2009, etc.) sont des estimations légales.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
523528546615623669630660639
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
646620618645650658639641602
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
600584587580580587550533518
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
482464395358326299335340337
2016 - - - - - - - -
330--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Les données économiques de la ville de Vausseroux.
Le taux de chômage en 2007 était de 7,4 % et en 1999 il était de 10,4 %.
Les retraités et les préretraités représentaient 29,4 % de la population en 2007 et 27,4 % en 1999.
Le taux d'activité était de 71,1 % en 2007 et de 61,3 en 1999

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Sainte Radegonde[modifier | modifier le code]

L'église, construite au XIXe siècle, date de 1847. Elle remplace un édifice antérieur d'origine médiévale dont la localisation est incertaine.

En 1914, elle a été amputée de son clocher pour des raisons de sécurité. L'église Sainte-Radegonde est un édifice curieux, dont la silhouette et les volumes surprennent.

De style néo-gothique, l'église adopte un plan simple à nef unique, de quatre travées, couverte d'un berceau brisé charpenté. Le chœur d'une seule travée, est à chevet plat. La façade ouest est tronquée en hauteur. Les murs sont enduits et la couverture est en ardoise.

L'église expose également deux tableaux du peintre parthenaisien E. Pidoux, dont le fils était le curé de Vausseroux[5].

Château de la Guillotière[modifier | modifier le code]

La seigneurie de la Guillotière est très ancienne, pouvant dater du début du XIIIe siècle. De forme quadrilatère, comportant à chaque angle une tour dont trois ont été arasées, celles-ci sont percées de meurtrières. Dans l'une d'elles, on peut voir encore quelques boulins, le château est entouré de douves alimentées par des sources, on y accède par un pont de pierre qui fut jadis un pont-levis.

Le grand logis a subi , au début du XVIIe, des transformations : l'agencement a été modifié, deux cheminées en calcaire ont été ajoutées, l'une dans le grand salon, l'autre dans une des chambres. Les autres cheminées sont en granit.

L'entrée a été modifiée par l'ajout d'un grand escalier en granit. De larges fenêtres à meneau ont été ouvertes au sud et à l'est, fenêtres qui devaient être bardées de grilles dont il ne reste que les accroches murales.

Les murs du grand logis ont été arasés par la suite d'une hauteur de deux mètres environ.

À proximité immédiate se trouve une grange dîmière datant probablement du XVe ou XVIe siècle dont l'encadrement en ogive de la porte principale est bien particulier.

Château du Plessis Cherchemont[modifier | modifier le code]

Le château du Plessis-Cherchemont avait été établi à quelque 2 km au nord-est de Vausseroux, auprès d’un vaste étang de cinq hectares, dans une plaine assez peu vallonnée. Son appellation ne provient pas de cette situation topographique mais de son fondateur, Jean Cherchemont, homme de robe proche des rois Philippe le Long et Charles le Bel et propriétaire des lieux attesté en 1360.

Quatre siècles de mutations de propriété mouvementées le mirent en possession de la famille de Jacques de Liniers (1753-1810), qui, né à Niort, finit ses jours comme vice-roi de Buenos-Aires.

Initialement rectangulaire et flanqué d’une tour à chacun de ses angles, le château fut très remanié aux XVIIe et XVIIIe siècles, et prit la forme d’une équerre qui englobait les deux tours occidentales du château primitif. Il était élevé sur un terre-plein donnant à l’ouest sur l’étang. Aux angles du terre-plein s’élevaient des tours rondes ; celle du nord-ouest avait été aménagée en chapelle. Les bases de ces deux dernières tours, enfouies dans la végétation, sont les seules traces du château aujourd'hui.

Un pont-levis sur les douves qui prolongeaient l’étang tout autour du terre-plein permettait la communication avec une cour ; cette dernière était entourée des dépendances destinées à l’engrangement des produits des quatre cent cinquante hectares du domaine, encore indivis au premier tiers du XIXe siècle.

On accédait au château par une large allée bordée d’arbres - mise en scène obligée des abords d’une demeure socialement prestigieuse - ou bien, au sud, par la chaussée de l’étang[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  2. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 29 avril 2012)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  5. « Eglise Sainte Radegonde » (consulté le 28 septembre 2013)
  6. « Chateau du Plessis Cherchemont » (consulté le 22 septembre 2013)