Vauconcourt-Nervezain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vauconcourt-Nervezain
Vauconcourt-Nervezain
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Arrondissement de Vesoul
Canton Canton de Dampierre-sur-Salon
Intercommunalité CC des Quatre rivières
Maire
Mandat
Dimitri Doussot
2014-2020
Code postal 70120
Code commune 70525
Démographie
Population
municipale
221 hab. (2015 en diminution de 3,07 % par rapport à 2010)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 34″ nord, 5° 49′ 38″ est
Superficie 18,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Vauconcourt-Nervezain

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Vauconcourt-Nervezain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vauconcourt-Nervezain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vauconcourt-Nervezain

Vauconcourt-Nervezain, est une commune du département de la Haute-Saône, dans la région Bourgogne-Franche-Comté, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village situé sur la route départementale 70 (de Dijon à Combeaufontaine), sur la rivière Gourgeonne, petit affluent de la Saône en rive droite.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Roche-Morey Cornot Rose des vents
Fleurey-lès-Lavoncourt N Confracourt
Vy-lès-Rupt
O    Vauconcourt-Nervezain    E
S
Mont-Saint-Léger Theuley Grandecourt

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune résulte de la fusion en 1970 des communes de Vauconcourt et de Nervezain[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Dampierre-sur-Salon[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le territoire de ce canton s'est accru, passant de 29 à 50 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes des quatre rivières, intercommunalité créée en 1996.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Gustave Munier    
2014[2] en cours
(au 14 janvier 2016)
Dimitri Doussot LR Juriste
Directeur de l’association départementale des maires de France (en 2014)
Président de l’association Anim’loisirs (en 2014)
Attaché parlementaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2015, la commune comptait 221 habitants[Note 1], en diminution de 3,07 % par rapport à 2010 (Haute-Saône : -0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
532538651598675700709715697
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
596615601565525509501461439
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
448412384338308309296302284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
244214194212225212219231221
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture
  • Artisanat
  • Café-restaurant

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Belle maison du XIXe siècle
  • Église à clocher comtois

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

C'est dans cette commune que naquit en 1580 le chanoine Claude Ménestrier. Il appartenait à une famille ancienne originaire de la Comté[6]. Comme nombre de ses compatriotes comtois, il décide d'effectuer le voyage en Italie, alors centre de la culture européenne, où Rome développe un grand mécénat grâce à l'influence de l'Église. Il entre au service du cardinal Barberini, neveu du pape Urbain VIII. Prêtre, docteur en droit, doté d'un esprit vif, il se passionne pour les antiquités, la peinture, la sculpture. Numismate éclairé s'intéressant à tout, il fut en contact avec les plus beaux esprits de son temps, parmi lesquels il faut citer Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, Gabriel Naudé, et bien d'autres. Il voyagea à travers l'Europe d'où il ramena de nombreuses œuvres d'art, pour le compte des Barberini. En 1632, le pape le nomme chanoine du chapitre de Besançon.

C'est au cours d'un voyage de retour en France, que la galère le ramenant et contenant ses effets fit naufrage au large de Marseille, au cours d'une tempête. Seule une peinture à laquelle il tenait beaucoup fut repêchée intacte. Il s'agissait d'une Vierge à l'enfant peint par le florentin Dominico Cresti. Voyant là un signe du destin, le chanoine Claude Ménestrier fit envoyer cette toile aux Jacobins de Besançon. Il mourut à Rome en 1639, avant d'avoir pu assister à la réception officielle de son tableau. Depuis cette date, Notre-Dame des Jacobins fut toujours adorée des Bisontins. Le tableau est aujourd'hui visible à la cathédrale Saint-Jean de Besançon.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Vauconcourt-Nervezain.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : mi-parti : d’or à la bande de gueules chargée de trois fleurs de lys d’argent, au 2) de sable à la croix engrêlée d’argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Dimitri Doussot nouveau maire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. M. de Vregille, Bulletin de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon. 1922.