Vase Darius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vase Darius
Image dans Infobox.
Le vase Darius au musée archéologique de Naples (340-320 avant notre ère).
Géographie
Partie de
Fonctionnement
Statut
Histoire
Origine du nom
Fondation
IVe siècle av. J.-C.Voir et modifier les données sur Wikidata

Le vase Darius est un vase célèbre peint par un peintre anonyme de céramique apulienne de Magna Graecia, communément appelé le peintre de Darius, représentant le plus éminent à la fin du « style orné » dans la peinture de vase à figures rouges du sud de l'Italie. Le vase a été produit entre 340 et 320 avant notre ère, probablement dans un grand atelier semblable à une usine dans la ville grecque de Tarente (ancienne Taras), en Magna Graecia, bien avant la chute de Tarente aux Romains en 272 av. J.-C. C'est une partie importante de la peinture sur vase des Pouilles.

Le vase Darius a été découvert en 1851 près de Canosa di Puglia et est maintenant exposé au Musée Archéologique National de Naples. L’œuvre, un cratère à volute, est de grandes dimensions : il mesure 1,3 mètre de hauteur et 1,93 mètre de circonférence[1].

Le vase contient plusieurs inscriptions, comme nommant des figures individuelles, mais il y a aussi des noms thématiques (tels que persai - Persans). Tout l'espace disponible sur le vase est utilisé pour des représentations figuratives, disposées en deux ou trois registres. Certaines zones individuelles sont structurées par des frises ornementales opulentes. Le peintre de Darius est considéré comme le premier peintre à avoir pleinement exploité les possibilités de la peinture en vase grand format. Son style de dessin est réputé être particulièrement bon, notamment en ce qui concerne les visages, qu'il représente souvent dans un profil de trois quarts.

Décoration du vase[modifier | modifier le code]

Col du vase: scènes de combat[modifier | modifier le code]

Scène de combat entre Grecs et Perses, sur le col du vase.

Le col du vase montre des scènes de combat entre les Grecs et les Perses. On pense généralement que ces scènes représentent les combats entre Alexandre le Grand et Darius III, plutôt que les combats antérieurs des troupes de Darius Ier lors de sa première invasion perse de la Grèce[1].

Niveau supérieur: les Dieux grecs[modifier | modifier le code]

Les trois niveaux sur le corps du vase: les dieux grecs, le Conseil de guerre de Darius et la collecte des impôts.

Au-dessus de Darius se dresse une ligne de dieux grecs : Artémis chevauchant un cerf, Apollon assis tenant un cygne, Aphrodite avec Eros, Zeus tenant son foudre, Hellas debout, Athéna tenant un bouclier, Apate tenant deux torches, l'Asie assise sur un autel, à côté d'un pilier tenant une tête (éventuellement de xoanon)[1].

Niveau intermédiaire: Darius et sa cour[modifier | modifier le code]

Darius Ier est représenté assis, portant une longue robe ornée à manches et un haut chapeau persan. Un garde du corps se tient derrière lui, tandis que Darius écoute une allégorie du peuple perse, lui enjoignant de ne pas attaquer les Grecs[2],[3]. Darius pourrait aussi simplement écouter un messager[4] Xerxès Ier, toujours prince, serait représenté, deuxième à droite. La scène publique donnée par un souverain achéménide semble avoir été tout à fait classique, et apparaît également de manière similaire dans la frise sur la tombe de Lycie.

Niveau inférieur: la collecte des impôts[modifier | modifier le code]

Calculs du collecteur d'impôts sur son abax (image à l'envers).

Un collecteur d'impôts, le trésorier royal, est montré en train de recevoir des paiements de diverses nations conquises, qui sont prosternées devant lui[5]. Sur une table se trouve une table de calcul (une planche de calcul ou abax, utilisée pour des calculs compliqués), avec un certain nombre de petits cailloux ou compteurs devant les chiffres grecs pour calculer les grands nombres[6],[2]. Le symbole « O » apparaît dans le tableau de calcul, un symbole béotien pour l'obole, ou petite unité. L'utilisation de cailloux sur une planche pour faire des calculs est illustrée jusqu'aux temps modernes par le fait que la calpe est « caillou » en latin, qui est l'étymologie du mot "calcul".

Influences[modifier | modifier le code]

Le vase Darius peut avoir représenté une scène d'un drame grec[3]. La représentation de Darius sur son vase est peut-être dérivée dans ses détails des Perses de Phrynikos, comme en conclut C. Anti en 1952, et Schmidt en 1960.

Voir également[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Charlotte R. Long, The Twelve Gods of Greece and Rome, Leiden, Brill Archive, , 372 p. (ISBN 90-04-07716-2, lire en ligne), p. 350
  2. a et b (en) Karl Menninger, Number Words and Number Symbols : A Cultural History of Numbers, Courier Corporation, , 512 p. (ISBN 978-0-486-31977-3, lire en ligne), p. 315
  3. a et b (en) Thomas Harrison, The Great Empires of the Ancient World, Getty Publications, , 288 p. (ISBN 978-0-89236-987-4, lire en ligne), p. 109
  4. (en) John Marincola, Greek Notions of the Past in the Archaic and Classical Eras, Edinburgh University Press, (ISBN 978-0-7486-5466-6, lire en ligne), p. 240
  5. "the Royal Treasurer is seen calculating the value of the tributes paid in by the conquered nations, whose representatives crouch before him." in (en) Robert Kaplan, The Nothing that Is : A Natural History of Zero, Oxford University Press, , 37–38 p. (ISBN 978-0-19-988089-8, lire en ligne)
  6. (en) James Gow, A Short History of Greek Mathematics, Cambridge University Press, , 380 p. (ISBN 978-1-108-00903-4, lire en ligne), p. 34

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Margot Schmidt. Der Dareiosmaler und sein Umkreis: Untersuchen zur Spätapulischen Vasenmalerei, Munich: Aschendorff, 1960.
  • Jean-Marc Moret. L'Ilioupersis dans la céramique italienne, les mythes et leur expression figurée au IVe siècle, Institut Suisse de Rome, 1975.
  • Thomas Morard, Horizontalité et verticalité. Le bandeau humain et le bandeau divin chez le Peintre de Darius, Mayence, von Zabern, 2009.
  • Alexandre Cambitoglou, Arthur Dale Trendall. Les Vases à figures rouges des Pouilles, II, Pouilles tardifs, Oxford, 1982: p.   482-522. Bibliographie.
  • Christian Aellen, Alexandre Cambitoglou, Jacques Chamay. Le peintre de Darius et son milieu, Vases grecs d'Italie Méridionale, Hellas et Roma, Genf 1986.
  • Arthur Dale Trendall. Rotfigurige Vasen aus Unteritalien und Sizilien. Ein Handbuch. von Zabern, Mayence 1991 (Kulturgeschichte der Antiken Welt Vol. 47), (ISBN 3-8053-1111-7) (p.   85-177).
  • Françoise-Hélène Massa-Pairault. Le Peintre de Darius et l'actualité. De la Macédoine à la Grande Grèce , dans L'incidenza dell'Antico II: studi in memore di Ettore Lepore, Napoli, 1996.
  • Rolf Hurschmann. Dareios-Maler, dans Der Neue Pauly Vol. 3 (1997), col. 324.
  • Claude Pouzadoux, Guerre et paix en Peucétie à l'époque d'Alexandre le Molosse (notes sur quelques vases du Peintre de Darius), dans Le Canal d'Otrante et la Méditerranée antique et médiévale, colloque organisé à l'Université de Paris X - Nanterre (20-21 novembre 2000), Edipuglia, Bari, 2005.