Vanxains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vanxains
Le bourg de Vanxains, niché dans un vallon.
Le bourg de Vanxains, niché dans un vallon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Ribérac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays ribéracois
Maire
Mandat
Bernard Charazac
2016-2020
Code postal 24600
Code commune 24564
Démographie
Population
municipale
699 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 00″ nord, 0° 17′ 17″ est
Altitude Min. 52 m – Max. 161 m
Superficie 35,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Vanxains

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Vanxains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vanxains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vanxains

Vanxains est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La Rizonne en limite de Vanxains et La Jemaye.

La commune de Vanxains est située en Ribéracois, à l'ouest du département de la Dordogne. Elle est limitée au sud par la Rizonne qui la sépare de La Jemaye sur plus de cinq kilomètres.

À l'ouest et au nord de la commune, le sol est composé de calcaires du Crétacé alors qu'au sud, dans la Double, il s'agit de sables, d'argiles et de graviers de l'Éocène et de l'Oligocène[1].

Son altitude minimale, 52 mètres, se situe au nord, en bordure de la Dronne qui longe la commune sur moins de 100 mètres. Le point culminant, 161 mètres, se trouve à l'est, en forêt de la Double, au sud de la route départementale 43, au nord-ouest du lieu-dit les Sions.

Le bourg de Vanxains, situé en distances orthodromiques cinq kilomètres au sud-ouest de Ribérac et douze kilomètres à l'est de Saint-Aulaye, est établi sur la route départementale 708 (l'ancienne route nationale 708). Coupant celle-ci à 500 mètres au nord du bourg, la route départementale 43 traverse latéralement la commune dans le sens sud-est - nord-ouest. Encore plus au nord, on trouve entre Festalemps et Ribérac la route départementale 5 alors qu'à l'extrême-nord, entre Ribérac et Bourg-du-Bost, la route départementale 20 fait une brève incursion sur le territoire communal.

L'aérodrome de Ribérac - Saint-Aulaye est établi au nord-ouest de la commune, à Tourette.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Vanxains est limitrophe de huit autres communes.

Communes limitrophes de Vanxains
Bourg-du-Bost,
Chassaignes
Comberanche-et-Épeluche Ribérac
Saint Privat en Périgord Vanxains Saint-Martin-de-Ribérac
La Jemaye-Ponteyraud Siorac-de-Ribérac

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Vansens[2].

Anciennes mentions : Vancenx (1226), Avanxens (pouillé du XIIIe siècle), Avancenxs (1302), Vanssenis (1459), Avantxanchs (1484)[3].

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de Vanxains proprement dit, la commune se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[4] :

B

  • Bas Combas
  • le Béarnais
  • la Belaudie
  • Bellevue
  • Bellevue[Note 1]
  • la Bénéchie
  • les Bergeronnettes
  • Boileau
  • la Brangelie

C

  • au Cantonnier
  • Chambeuil
  • Champagnac
  • Champagne
  • Chancontier
  • la Chapelle
  • le Château d'Éloi
  • chez Boget
  • chez Charbonnaud
  • chez Galamard
  • chez Grassiot
  • chez Grimaud
  • chez Jean Gros
  • chez Louis
  • chez Moreau
  • chez Périer
  • chez Portier
  • chez Sabrier
  • chez Terra
  • chez Terrat
  • chez Vignas
  • Chignac
  • le Claud
  • Combas
  • la Croix des Cigales
  • la Croix du Sauvage

E, F

  • Élie Dubois
  • l'Ermitage
  • Farges
  • Font de Goudenne
  • Fouilloux

G

  • les Gendies
  • la Gilardie
  • Goulière
  • la Grande Épine
  • les Grèzes

H, J

  • Haut Combas
  • l'Héritier
  • la Jalerie
  • Javerdhat

L

  • Laborie
  • Lafarcerie
  • Latisonnie
  • Leybarnie
  • Leygonie

M

  • le Maine
  • le Masfauren
  • Métairie Basse
  • le Moulin de l'Audibertie
  • le Moulin de Chignac
  • le Moulin de Lavergne
  • le Moulin de Souterane
  • le Moulin de Tandou

P

  • les Pailles Blanches
  • le Pauly
  • les Pendants
  • la Pervenche
  • Petit Périer
  • la Petite Épine
  • la Petite Virade
  • aux Pierres Noires
  • les Pierres Noires
  • le Pont du Bâtard
  • les Prés de Vanxains
  • le Puy

R, S

  • le Régnac
  • la Rizonne
  • Sarraute
  • Seneuil
  • les Sions

T

  • le Terme
  • Tourette
  • Tournepige
  • Trenan
  • Trompette
  • la Tuilerie
  • la Tuilière
  • le Tuquet

V

  • le Verdier
  • Verteillac
  • la Virade
  • la Vieille Tuilière

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 12 octobre 1562, lors des guerres de Religion, l’armée catholique, composée de six compagnies de gens de pied, de cinq compagnies de gens d'armes, de vingt-trois enseignes de Gascons et d'Espagnols, établissait ses bivouacs entre Saint-Aulaye et Vanxains[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1804 1808 Jean Chatenet-Duvigneaud    
1808 1811 François Meynard La Plaine Avocat, conventionnel, député de la Dordogne
1811 1815 Pierre Banaston    
1815 1821 Cezard-Adrien Déauga    
1821 1822 Sicaire-Adolphe Dusolier   Secrétaire de mairie
1822 1824 Mathieu Cheyrade    
1824 février 1825 André-Isaac Gréen de Saint-Marsault   Maire de Parcoul
février 1825 mars 1830 Sicaire-Adolphe Dusolier   Secrétaire de mairie
mars 1830 octobre 1830 B. de Meynard    
octobre 1830 décembre 1840 Jean-Baptiste Léonardon    
décembre 1840 décembre 1865 Martin Courcelle-Labrousse    
décembre 1865 septembre 1870 Joseph Dubut   Géomètre cantonal
septembre 1870 mars 1872 Léon Léonardon   Notaire
mars 1872 avril 1873 Raoul du Bois   Chevalier de la Légion d'honneur
mai 1873 janvier 1878 Anselme Dubesset-Dufraisse    
janvier 1878 mai 1884 Octave Léonardon   Notaire
mai 1884 mars 1902 Léon Léonardon   Notaire
mars 1902   Étienne Barbut   Notaire
         
    André Pichon   Propriétaire
         
1965 1995 René Beaudout    
juin 1995[6] (réélu en avril 2014) mars 2016 Gilles Giroux[7] SE Notaire
mars 2016[8] en cours Bernard Charazac    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Vanxains depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Vanxains[9]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2014, Vanxains comptait 699 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 815 2 030 1 774 1 937 2 010 1 859 1 867 1 929 1 967
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 834 1 779 1 660 1 593 1 602 1 626 1 625 1 477 1 404
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 364 1 381 1 280 1 075 1 041 988 964 1 016 872
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
750 641 556 591 665 665 758 736 699
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[12], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 302 personnes, soit 42,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (51) a fortement augmenté par rapport à 2007 (28) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 16,8 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte soixante-six établissements[13], dont vingt-quatre dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, dix-neuf au niveau des commerces, transports ou services, neuf dans la construction, neuf relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et cinq dans l'industrie[14].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

De par sa position dans la forêt de la Double, la commune représente un grand intérêt pour la faune et la flore locales. Des zones de protection y sont donc délimitées.

La vallée de la Rizonne fait partie d'un site considéré comme important par le réseau Natura 2000 pour la conservation d'espèces animales européennes menacées[18].

On peut notamment y trouver la cistude d'Europe (Emis orbicularis), l'écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes), la loutre (Lutra lutra), le vison (Mustela lutreola), le chabot commun (Cottus gobio) ou encore la lamproie de Planer (Lampetra planeri) [18].

En limite sud, la commune présente une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 1 : la zone du petit Merlat dans la vallée de la Rizonne, site marécageux à la flore diversifiée[19],[20].

Au nord de la commune, la Dronne et ses abords sont à la fois une zone Natura 2000[21] et une ZNIEFF de type 2[22],[23].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deux lieux-dits du même nom, l'un au nord-est de la commune, en bordure de la route départementale 708, l'autre au sud-ouest, entre Combas et le Régnac.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Florence Broussaud-Le Strat, La Double Un pays en Périgord, p. 12, Éditions Fanlac, 2006, (ISBN 2-86577-252-7)
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 24 avril 2014.
  3. M. le vicomte de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne, Paris, 1873.
  4. Vanxains sur Géoportail (consulté le 8 avril 2016).
  5. Études historiques sur la Réforme et les guerres civiles dans l'ancien Comté de Périgord (1562-1598) Source: Bulletin SHAP, tome XIV pp. 410-439, 1887
  6. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 10 septembre 2014.
  7. Démissionnaire. Un nouveau maire doit être élu le 1er mars 2016. Source : Jean-Louis Savignac, « Un nouveau maire sera élu mardi », Sud Ouest édition Périgueux, 27 février 2016, p. 21.
  8. Jean-Louis Savignac, « Dordogne : le nouveau maire de Vanxains est élu », Sud Ouest, 2 mars 2016, consulté le 7 avril 2016.
  9. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 24 avril 2014)
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 12 décembre 2015.
  13. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 12 décembre 2015).
  14. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 12 décembre 2015.
  15. « Maison de Sufferte », notice no IA24000568, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Thierry Hourlier, Les églises fortifiées de Dordogne, p. 32-33, Éditions patrimoines & médias, 1997, (ISBN 2-910137-20-1)
  17. Notice no PA00083049, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 25 octobre 2009
  18. a et b Vallées de la Double sur le réseau Natura 2000. Consulté le 26 octobre 2009
  19. [PDF] DIREN Aquitaine - Vallée de la Rizonne - zone marécageuse du petit Merlat. Consulté le 26 octobre 2009
  20. Carte de la ZNIEFF 26520000 sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 26 octobre 2009
  21. Vallée de la Dronne de Brantôme à sa confluence avec l'Isle sur le réseau Natura 2000. Consulté le 26 octobre 2009
  22. [PDF] DIREN Aquitaine - Vallée de la Dronne d'Épeluche à Saint-Aulaye. Consulté le 26 octobre 2009
  23. Carte de la ZNIEFF 2673 sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 26 octobre 2009