Vanessa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vanessa (homonymie).

Le genre Vanessa regroupe des espèces de lépidoptères de la famille des Nymphalidae, de la sous-famille des Nymphalinae et de la tribu des Nymphalini.

Ces espèces sont nommées en français « vanesses » (terme qui englobe aussi d'autres espèces de genres voisins comme Nymphalis ou Aglais). En anglais, beaucoup sont appelées red admirals ou painted ladies.

Le genre Vanessa est représenté sur tous les continents. Il comprend notamment deux espèces à très large répartition : la Belle-Dame et le Vulcain, qui sont des papillons migrateurs pouvant parcourir plusieurs milliers de kilomètres. D'autres Vanessa sont migrateurs, mais pas tous.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Selon l'entomologiste A. Maitland Emmet (en), Johan Christian Fabricius crée le genre Vanessa en 1807 en hommage à Cadenus and Vanessa (en), poème de Jonathan Swift qui crée le pseudonyme Vanessa en référence à son amante Esther Vanhomrigh (en)[1].

Morphologie[modifier | modifier le code]

Les imagos des espèces du genre Vanessa sont des papillons de taille moyenne à grande, avec sur la face supérieure des ailes un motif voyant où s'opposent des zones brun sombre et des zones rouges, orangées ou rosâtres. Chez toutes les espèces, la zone apicale de l'aile antérieure est brun-noir à taches blanches. Le revers des ailes est plus discret, avec l'aile postérieure ornée de marbrures brunes, beiges et/ou grises, et parfois d'ocelles.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Le genre Vanessa a une répartition cosmopolite. Il comporte notamment une espèce quasi-cosmopolite : la Belle-Dame (Vanessa cardui), qui est considéré comme le papillon diurne à l'aire de répartition la plus large au monde. Le Vulcain (Vanessa atalanta) est présent dans une grande partie de l'hémisphère nord, tandis que les autres espèces se restreignent en général à une région du monde.

Vanessa cardui est bien connue pour être une espèce migratrice, effectuant ses trajets saisonniers entre l'Afrique et l'Europe et entre le Sud et le Nord de l'Amérique du Nord. D'autres espèces du genre ont aussi un comportement migratoire, souvent de moindre ampleur, comme Vanessa atalanta, V. indica, V. virginiensis, V. kershawi et V. itea.

Systématique[modifier | modifier le code]

Le genre Vanessa a été décrit par l'entomologiste danois Johan Christian Fabricius en 1807[2]. L'espèce type pour le genre est Vanessa atalanta (Linnaeus, 1758).

On peut citer comme synonymes notables :

  • Cynthia Fabricius, 1807
  • Pyrameis Hübner, [1819]
  • Bassaris Hübner, [1821]

Le genre Vanessa est classé dans la famille des Nymphalidae, la sous-famille des Nymphalinae et la tribu des Nymphalini. Des études de phylogénie moléculaire ont montré que Vanessa est étroitement apparenté aux genres Hypanartia, Aglais, Nymphalis et Polygonia[3], et ont mis en lumière l'histoire évolutive des différentes espèces du genre[4]. Ces études ont conduit à ajouter au genre Vanessa trois espèces auparavant placées dans le genre Antanartia : Vanessa abyssinica, V. dimorphica et V. hippomene.

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Dans sa définition actuelle, le genre Vanessa compte 22 d'espèces :

Une espèce fossile a également été décrite : Vanessa amerindica Miller & Brown, 1989[5].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Arthur Maitland Emmet, The Scientific Names of the British Lepidoptera: Their History and Meaning, Harley Books, , p. 192.
  2. Fabricius, 1807 Mag. f. Insektenk. 6 : 281
  3. (en) N. Wahlberg, A. V. Z. Brower et S. Nylin, « Phylogenetic relationships and historical biogeography of tribes and genera in the subfamily Nymphalinae (Lepidoptera: Nymphalidae) », Biological Journal of the Linnean Society, no 86,‎ , p. 227–251 (DOI 10.1111/j.1095-8312.2005.00531.x)
  4. (en) N. Wahlberg et D. Rubinoff, « Vagility across Vanessa (Lepidoptera: Nymphalidae): mobility in butterfly species does not inhibit the formation and persistence of isolated sister taxa », Systematic Entomology, vol. 36, no 2,‎ , p. 362-370 (DOI 10.1111/j.1365-3113.2010.00566.x)
  5. (en) J. Y. Miller et F. M. Brown, « A new Oligocene fossil butterfly, Vanessa amerindica (Lepidoptera: Nymphalidae), from the Florissant formation, Colorado. », Bulletin of the Allyn Museum, no 126,‎ , p. 1-9 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Richard I. Vane-Wright et Harold W.D. Hughes, « Did a member of the Vanessa indica complex (Nymphalidae) formerly occur in North America? », Journal of the Lepidopterists’ Society, vol. 61, no 4,‎ , p. 199-212 (lire en ligne)