Valter Roman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Valter Roman
Valter Roman.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
BucarestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Ernő NeuländerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
Parti politique
Arme
Conflits
Distinctions
Ordre de l'Étoile rouge
Ordre du Travail (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Valter Roman, de son nom de naissance Ernő[1] Neuländer, né le à Oradea (alors en Autriche-Hongrie) et mort le à Bucarest, est un homme politique et militant communiste roumain. Il est le père de Petre Roman, premier ministre de Roumanie de à .

Biographie[modifier | modifier le code]

Valter Roman appartient à une famille de la petite bourgeoisie juive de Hongrie. Il est le fils d'un employé de banque. Il fait des études d'ingénieur en génie électrique à l'université technique de Brno.

Il participe aux Brigades internationales pendant la guerre d'Espagne[2] ; c'est, semble-t-il, à cette époque qu'il prend le nom de Valter (ou Walter) Roman. Il commande un bataillon d'artillerie. Il fait la connaissance d'Hortensia Vallejo, une communiste espagnole, qu'il épouse. Après la défaite des républicains, il passe en France, et de là en Union soviétique.

À Moscou, il prend la tête de la radio România Liberă, radio de langue roumaine du Komintern. En , il rentre en Roumanie comme commissaire politique de la division Horia, Cloşca şi Crişan (en). Il devient général dans l'armée roumaine et occupe la fonction de chef d'état-major de 1947 à 1951[3].

De 1951 à 1953, il est ministre des Postes et télécommunications. Il est ensuite mis à l'écart comme « titoïste », puis réhabilité après la mort de Staline[3].

Il devient directeur de la Editura politica, maison d'édition du parti communiste ; il est membre du comité central du parti jusqu'à sa mort.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest.
  2. Il raconte cette expérience dans son ouvrage Sub cerul Spaniei. Cavalerii speranței, Amintiri, memorii de front, 1972.
  3. a et b Matel Calinescu et Vladimir Tismaneanu, « The 1989 Revolution and Romania's Future », Problems of Communism, vol. 40, no 1-2, janvier-avril 1991, p. 53 n. 41 (en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]