Valtònyc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Valtònyc
Description de l'image Demà pots ser tu DC71147 (40374672995) (cropped).jpg.
Informations générales
Surnom L'Enfant terrible
Nom de naissance Josep Miquel Arenas Beltran
Naissance (24 ans)
Sa Pobla, Îles Baléares, Drapeau de l'Espagne Espagne
Activité principale Rappeur
Genre musical Hip-hop espagnol
Années actives Depuis 2009
Labels Ca'n Valtònyc

Valtònyc, de son vrai nom Josep Miquel Arenas Beltran, né le à Sa Pobla dans l'île de Majorque (îles Baléares), surnommé L'Enfant terrible, est un rappeur majorquin d'expression catalane.

Il a été condamné à trois ans et demi de prison ferme pour « insulte à la couronne », ainsi que pour « apologie » de l'action passée des groupes terroristes ETA et GRAPO, dans plusieurs chansons.

Cette condamnation, dans le contexte d'autres sanctions judiciaires de même nature, a suscité une polémique[1] relative à la loi organique de protection de la sécurité publique, ainsi qu'à l'équilibre à ajuster entre la liberté de parole et les limites à la liberté d'expression[2].

Le jour où il devait se présenter en prison, Valtònyc s'enfuit à l'étranger. Un mandat d'arrêt international est émis par l'Espagne. Installé en Belgique il se met à la disposition de la justice belge, qui le laisse en liberté[3], puis refuse son extradition [4]. En septembre 2018, les procédures sont toujours en cours.

Biographie[modifier | modifier le code]

Josep Miquel Arenas Beltran est originaire de l'île de Majorque. Il exerce l'activité de vendeur de fruits et de légumes. Il est également rappeur.

Polémiques[modifier | modifier le code]

Textes incriminés[modifier | modifier le code]

En 2012, il diffuse et chante des textes insultant la famille royale d'Espagne ainsi que des responsables politiques. Il manifeste son soutien à des groupes terroristes.

En particulier, il déclare à l'endroit du responsable politique Jorge Campos : "il mérite une bombe de destruction nuclearopolitique[5]". S'agissant de la famille royale, il proclame : "nous voulons la mort de ces porcs[5]". Au sujet de l'ETA[6].

A propos de l'organisation terroriste ETA, il écrit : "Voyons si l'ETA met une bombe et qu'elle explose[5], "Quand je dis Gora ETA devant un guardia civil, c'est pour cela que l'on t'enferme et parce qu'on est un fils de pute comme Urdangarin[5]" (gendre du roi d'Espagne condamné pour fraude fiscale). De même, il soutient le groupe maoïste GRAPO, particulièrement violent à la fin de la période franquiste, puis durant la phase politique suivante ("Transición"). Les propos litigieux concernent en particulier sept chansons de l'album « Residus de un poeta »[5].

Valtonyc a déclaré au cours de nombreuses interviews que, de son point de vue, il s'agit "d'hyperboles" et que ces figures de style seraient caractéristique du rap. Selon lui, elles ne mettent personne en danger. Il ajoute qu'il accepterait que les personnes qu'il insulte puissent dire la même chose de lui. Lors d'une conférence de presse à Bruxelles, il minimise sa figure d'une "bombe de destruction nuclearopolitique" en jouant sur le fait qu'il n'a "jamais trouvé de plutonium durant [ses] 24 ans".

Procédure judiciaire[modifier | modifier le code]

Audience nationale

Âgé de 18 ans, il est arrêté le .

Il est jugé par l'Audience nationale en 2017 et condamné à trois années et demi de prison ferme, pour « injure à la Couronne d'Espagne » ainsi que pour « apologie du terrorisme ». Il sort libre du tribunal dans l'attente du jugement en appel.

En février 2018, le Tribunal suprême confirme cette peine en cassation, pour « apologie du terrorisme » et pour « menaces ».

Ce jugement fait débat[7],[8]. Il y a d'abord l'institution même de l'Audience nationale, une juridiction spécifique à l'Espagne compétente pour les affaires de sécurité nationale et d'infractions relatives aux institutions nationales mais dont les détracteurs soulignent qu'elle est "la fille du Tribunal de l'ordre publique" du régime franquiste[9])[10],[11] et le fait que la juge de l'audience nationale qui l'a condamné est l'épouse d'un garde civil et une amie très proche de la ministre de la défense[non neutre]María Dolores de Cospedal[12].

Le cas de Valtònyc touche un point politique et juridique qui fait débat : la "Loi organique de protection de la sécurité publique", qualifiée de "loi bâillon" qui justifie l'intensité de la peine.

Pour le ministre de la sécurité Juan Ignacio Zoido, il faut "se battre contre tout signe d’extrémisme" tandis que pour Amnesty International il s'agit d' "une attaque sérieuse contre la liberté d'expression[13].

Selon le syndicat de la magistrature "Juges pour la démocratie" (Juezas y jueces para la democracia) ce jugement serait invalidé si le rappeur faisait appel auprès de la Cour européenne des droits de l'homme dont la jurisprudence "s'adapte mal" à la législation espagnole[14]. Quelques semaines avant la condamnation définitive de Valtònic, en mars 2018, ce même tribunal européen a condamné la justice espagnole pour avoir emprisonné des militants catalanistes qui avaient brûlé des photos du Roi d'Espagne ainsi que des drapeaux de la monarchie[15],[16].

Manifestations de soutien[modifier | modifier le code]

Un comité d'artistes hip hop diffuse le titre Los Borbones son unos ladrones ("Les Bourbons sont des voleurs") en soutien à Valtònyc et aux autres rappeurs condamnés. Ce titre attaque en particulier l'infante Cristina, "les juges", "les procureurs" et la famille royale d'Espagne (les Bourbons). Le dirigeant de Podemos, Pablo Iglesias, a manifesté son soutien à cette chanson ou à son auteur[17],[18]. Le syndicat de magistrat Juges pour la démocratie "met en garde sur l'effet de la condamnation de Valtònyc sur la création artistique" et le ""danger qui pèse sur la liberté d'expression"[non neutre][19]. De son côté l'association culturelle catalaniste Omnium cultural (dont l'ancien présidant Jordi Sànchez a monté une campagne de soutien en faveur de ceux qu'elle considère être des "prisonniers d'opinion" (Valtònic entre autres) avec le slogan Demà pots ser tu ("demain ce pourrait être toi")[20],[20]. Enfin Amnesty international considère qu'il y a un "usage excessif" de l'accusation de terrorisme en Espagne, en particulier dans les cas de Valtònyc et Pablo Hásel[21] Le chanteur C.Tangana a insulté publiquement le Roi pour défier cette condamnation déclarant : "Le roi c'est moi, le Roi est un abruti, la mère du Roi me bouffe les couilles [...] Qu'on me mette moi aussi en prison, je m'en irai en Belgique leur parler de là-bas"[22].

Loi organique de protection de la sécurité publique[modifier | modifier le code]

Manisfestation contre la lois dite "bâillon"

L'Audience nationale, sur le fondement de la "Loi organique de protection de la sécurité publique", qualifiée de "loi bâillon" par ses opposants, a prononcé d'autres jugements de même nature, dans des contexte similaires. Elle soulève des inquiétudes et polémiques en Espagne[23] et à l'étranger[24]et qu'Amnesty a lancé une pétition contre elle[25].

Autres condamnations liées à l'Audience nationale et a la lois de "protection"[modifier | modifier le code]

Valtònyc, Jordi Pesarrodona et César Strawberry

Des peines de prison ont été prononcées contre les rappeurs César Strawberry[26], Pablo Hasél[27], les jeunes membres du collectif galiciens de rap La Insurjencia[28], ainsi qu'à l'encontre d'acteurs (tels que Toni Albá, pour un jeu de mot sur le nom de la juge Carmen Lamela[29] ou Facu Díaz pour un sketch avec une cagoule singeant les communiqués de l'ETA[30]), du clown Jordi Pesarrodona (pour s'être mis un nez rouge à côté d'un garde civil)[31],[32] ou de simples usagers des réseaux sociaux comme Cassandra Vera[33] (pour un tweet humoristique sur la mort du bras droit du dictateur Franco, Luis Carrero Blanco en 1973, condamnée à une peine de prison puis, après appel, privée du droit de passer des examens ou concours ; elle s'est solidarisée de Valtònyc) ou des collectifs d'opinion (la juge Carmen Lamela a placé en détention provisoire pour terrorisme des membres d'un collectif anarchistes vegan[non neutre], sans fondement sérieux selon El País[34].). Pour Amnesty International il s'agit de cas répétés d'artistes ou journalistes "victimes de [la] loi antiterroriste"[35].

Ces débats soulèvent la question de savoir si la notion de terrorisme n'est pas excessivement étendue, selon la loi en vigueur, débat qui a été ravivé quand le procureur de l'état a demandé des inculpations pour terrorisme impliquant des peines allant jusqu'à 35 ans de prison ferme pour des manifestants catalanistes qui protestaient en soulevant des barrières d'autoroute[36].

Le cas de Valtònyc est dans la presse[37],[38] également associé à d'autres cas liés à la question de la liberté d'expression et du respect religieux[1] ; au moment où Valtònyc attendait la confirmation définitive de sa peine de 3 ans et demi, le ministère public a requis plus de 2000 euros d'amende pour un photomontage superposant le visage du justiciable sur une représentation du Christ posté sur Instagram. Ce dernier est finalement condamné à une amende de 490 euros après s'être excusé[39], l'acteur Willy Toledo est poursuivi pour avoir insulté la Vierge Marie sur facebook[40],[41] ; il a refusé de se présenter à sa convocation au tribunal et à la place a donné une conférence de presse en compagnie de l'acteur Javier Bardem au cours de laquelle il a exprimé son soutien à Valònyc[42].

En rapprochant les cas de Valtònyc et de Pablo Hásel de celui du chanteur Evaristo Páramo (interpellé le 27 mai 2018), Mediapart publie : "Politique punitive en Espagne : les artistes dans l’œil du cyclone"[43]

Réunion organisée par l'association catalaniste Omnium Cultural réunissant des justiciables que cette dernière considère poursuivis pour leurs opinions dont : Cassandra Vera, Valtònic, Pablo Hàsel, Pablo Strawberry, et Jordi Pesarrodona

Fuite à l'étranger[modifier | modifier le code]

En mai 2018, Valtònyc lors d'un concert et devant l'imminence de son entrée en prison déclare : "Je sais que je suis un putain de lourdaud, qui ne plastronne que dans ses concerts. Mais bon, je mouille ma chemise. Et si je ne la ramène pas maintenant, après je serais là-bas, en train de ronger mon frein dans la salle de sport [de la prison] en train de me redire encore et encore : merde, mec, tu aurais dû dire ça : Tuez un putain de guardia civil [..] Posez une bombe au procureur, une bonne fois pour toutes"[44],[45],[46]. Une plainte est déposée de nouveau pour "apologie du terrorisme"[47].

Cour Européenne des Droits de l'Homme

Le 23 mai 2018, devant donc exécuter sa peine de prison à partir du 25 mai Valtònyc prend la fuite pour une destination inconnue, la Belgique est évoquée[48]} (pays où se sont réfugiés certains membres du gouvernement catalan destitué et où les demandes d'extradition ont été déboutées une semaine avant la date à laquelle Valtònyc devait se soumettre à l'incarcération), estimant « légitime » de « désobéir à cet État fasciste »[49]. Il demande à l'avocat Gonzalo Boye (qui s'occupe de la défense de deux ministres, Antoni Comín e Meritxell Serret, du gouvernement catalan destitué de Carles Puigdemont, que la justice Belge a refusé d'extrader vers l'Espagne en récusant l'ordre européen de détention émis par l'Espagne) d'assurer sa défense[50] et ce dernier annonce que Valtònic présentera un recours contre sa condamnation devant la Cour européenne des Droits de l'Homme, la CEDH[51] dans les 10 jours (déclaration faite le 25 mai 2018)[52]. Le 24 mai 2018, l'Espagne émet un mandat d'arrêt contre lui[53]. Le 4 juin Boye confirme que son client se met à la disposition de la justice belge[54]. Le 5 juin Europapress et El País annoncent que la Cour Européenne a rejeté la demande de suspension immédiate de la peine, sans préjuger du fond de l'affaire (qu'elle accepterait par ailleurs d'instruire) parce que cela n'est concédé quand dans des cas de danger imminent ; Vatltònyc dément immédiatement cette information sur Twitter déclarant ne pas encore avoir déposé sa demande et profitant pour se solidarisé des basques condamné dans le cas d'Altsasua[55],[56].

Valtònyc en compagnie du présient catalan Quim Torra et des politiues catalans dont le mandat d'arrêt à été levé lors du retour de Carles Puigdemont dans sa résidence de Waterloo

Depuis l'étranger il fait le 10 juin une déclaration où il se solidarise de Hàsel en comparant la situation de rappeur condamnés et la compare à celle du répresseur franquiste Antonio González Pacheco a qui le ministre Juan Ignacio Zoido a refusé retirer les décorations et qui touche une pension à vie[57].

Lors du retour de Carles Puigdemont à Waterloo (suite au refus de la justice allemande d'extrader pour "rébellion") il se présente en compagnie des politiques catalans qualifiés d'"exilés" par les souverainistes (et dont les mandats d'arrêt viennent alors d'être levé), du président catalans et des avocats lors de la réception d'accueil de l'ancien président destitué et de retour dans sa résidence belge.

Le 21 août la justice belge rejette son extradition automatique et reporte au 3 septembre la décision dans l'attente des éléments d'accusation demandé à la justice Espagnole.[58]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Desde el papel (autoédité)
  • 2010 : Misantropia (autoédité)
  • 2011 : Jazz amb llàgrimes de rom (autoédité)
  • 2012 : Cadenes (autoédité)
  • 2012 : Rap rural (avec Swing)
  • 2012 : Mallorca és ca nostra (autoédité)
  • 2012 : Residus d'un poeta (autoédité)
  • 2013 : Microglicerina (autoédité)
  • 2013 : Aina i altres ansietats (autoédité)
  • 2014 : Eutanasia (autoédité)
  • 2014 : Simbiòsi (autoédité)
  • 2015 : La autodestrucción y sus ventajas (autoédité)
  • 2016 : Neversleep
  • 2018 : El Reincident

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.cnews.fr/monde/2018-05-26/un-rappeur-condamne-de-la-prison-pour-ses-textes-fuit-lespagne-782904
  2. https://www.billboard.com/articles/columns/latin/8242573/amnesty-international-report-warns-increased-attacks-on-freedom-spain
  3. [1]
  4. https://elpais.com/politica/2018/09/17/actualidad/1537165551_533585.html
  5. a, b, c, d et e http://www.publico.es/sociedad/valtonyc-son-frases-versos-valtonyc-ira-prision-tres-anos-medio.html
  6. https://lepetitjournal.com/madrid/actualites/le-rappeur-valtonyc-condamne-la-prison-pour-insultes-la-couronne-223971
  7. (es) Press Europa, « La Audiencia Nacional condena a 3 años y medio de cárcel al rapero Valtonyc por el contenido de sus canciones », sur europapress.es, (consulté le 20 février 2018)
  8. (es) « Valtonyc irá a prisión tras la ratificación del Supremo », sur La Vanguardia (consulté le 20 février 2018)
  9. https://radiorecuperandomemoria.com/2017/03/31/la-audiencia-nacional-la-hija-del-tribunal-de-orden-publico/
  10. (es) R.D./EFE, « El 'rapero payés' Valtonyc, en libertad con cargos tras declarar en Policía », sur Última Hora, (consulté le 25 février 2017).
  11. (es) « Sentencia 79/2018 de Tribunal Supremo » (consulté le 20 février 2018).
  12. https://www.elplural.com/2015/06/16/ponemos-la-lupa-sobre-la-vida-y-milagros-de-la-amiga-de-cospedal-que-presidira-la-sala-de-la-gurtel
  13. https://www.bbc.com/news/blogs-trending-44253045
  14. https://www.eldiario.es/politica/Jueces-Democracia-condena-Valtonyc-Estrasburgo_0_742625928.html
  15. https://politica.elpais.com/politica/2018/03/13/actualidad/1520933026_224065.html
  16. https://www.lecho.be/economie-politique/europe/general/valtonyc-le-puigdemont-du-rap-espagnol/10015452.html
  17. Pablo Iglesias da su apoyo al rap “Los Borbones son unos ladrones” en defensa de la libertad de expresión , El Diario, 14 avril 2018
  18. Los Borbones son unos ladrones sur youtube.com
  19. http://www.publico.es/sociedad/pdli-advierte-del-efecto-condena-valtyonyc-creacion-artistica.html
  20. a et b https://www.ara.cat/politica/Dema-campanya-diverses-denunciar-repressio_0_1991201000.html
  21. https://elpais.com/elpais/2018/05/24/inenglish/1527149930_882802.html
  22. [2]
  23. http://www.slate.fr/story/158071/espagne-loi-baillon-liberte-expression-rappeur-valtonyc
  24. https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-monde-de-marie/le-monde-de-marie-injures-a-la-monarchie-glorification-de-l-eta-en-espagne-deux-rappeurs-envoyes-en-prison_2642226.html
  25. https://www.es.amnesty.org/actua/acciones/aniversario-mordaza-espana-jun17/
  26. https://elpais.com/tag/cesar_strawberry/a
  27. https://politica.elpais.com/politica/2018/03/02/actualidad/1519999011_089283.html
  28. https://www.elsaltodiario.com/enaltecimiento/la-audiencia-nacional-condena-a-dos-anos-y-un-dia-de-carcel-a-los-raperos-de-la-insurgencia
  29. https://elpais.com/ccaa/2018/01/30/catalunya/1517334252_829359.html
  30. https://www.eldiario.es/politica/Audiencia-Nacional-Diaz-Tuerka-News_0_343666330.html
  31. https://www.elnacional.cat/es/politica/imputado-payaso-guardia-civil_236502_102.html
  32. Reportage de Télématin sur Pesarrodona et la "lois Bâillon"
  33. https://politica.elpais.com/politica/2018/03/01/actualidad/1519904722_268033.html
  34. https://politica.elpais.com/politica/2018/05/17/actualidad/1526584732_803262.html
  35. https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/actualites/espagne-artiste-journaliste-victimes-loi-antiterroriste
  36. http://www.eleconomista.es/legislacion/noticias/9059914/04/18/La-Fiscalia-acusa-de-terrorismo-y-rebelion-a-la-responsable-de-los-CDR-detenida.html
  37. https://www.eldiario.es/carnecruda/Actualidad/Entrevistas-Willy-Toledo-Valtonyc-NoCallarem_6_761933817.html
  38. https://www.eldiario.es/politica/Willy-Toledo-declarar-insultar-Dios_0_762223795.html
  39. El Pais
  40. https://politica.elpais.com/politica/2018/04/18/actualidad/1524042998_765290.html
  41. https://parismatch.be/actualites/people/144688/ca-ramene-au-franquisme-javier-bardem-defend-un-acteur-espagnol-poursuivi-pour-blaspheme
  42. http://www.europapress.es/cultura/cine-00128/noticia-bardem-apoya-willy-toledo-imputado-ofensa-religiosa-pueda-penar-carcel-nos-lleva-franquismo-20180522143805.html
  43. https://blogs.mediapart.fr/laurent-perpigna-iban/blog/270518/politique-punitive-en-espagne-les-artistes-dans-l-oeil-du-cyclone
  44. http://www.diariosur.es/nacional/rapero-valtonyc-matad-20180519002251-ntvo.html
  45. https://www.20minutos.es/noticia/3346509/0/augc-denunciara-rapero-valtonyc-pedir-muerte-guardia-civil/
  46. https://www.youtube.com/watch?v=DSc1CFybZSk
  47. http://www.abc.es/espana/abci-valtonyc-concierto-matad-puto-guardia-civil-esta-noche-201805241137_video.html
  48. http://www.lavoixdunord.fr/382696/article/2018-05-24/le-rappeur-valtonyc-aurait-fui-l-espagne-pour-la-belgique-pour-eviter-la-prison
  49. https://www.lindependant.fr/2018/05/23/le-rappeur-valtonyc-quitte-lespagne-pour-eviter-la-prison-pour-injure-au-roi,3992566.php
  50. https://elpais.com/cultura/2018/05/25/actualidad/1527268993_486308.html
  51. https://www.eldiario.es/politica/Valtonyc-Belgica-evitar-entrar-prision_0_774473582.html
  52. https://www.elnacional.cat/es/sociedad/valtonyc-abogado-gonzalo-boye_271809_102.html
  53. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/05/24/97001-20180524FILWWW00183-espagne-mandat-d-arret-international-contre-le-rappeur-valtonyc.php
  54. [3]
  55. https://politica.elpais.com/politica/2018/06/05/actualidad/1528194949_345781.html
  56. http://www.ccma.cat/324/el-tribunal-destrasburg-rebutja-la-peticio-de-valtonyc-de-retardar-lingres-a-preso/noticia/2859586/
  57. http://www.elmundo.es/baleares/2018/06/10/5b1d0faf22601d4a1b8b45e0.html
  58. https://www.lindependant.fr/2018/08/21/espagne-la-justice-belge-refuse-lextradition-automatique-du-rappeur-valtonyc-exile-en-belgique,4680171.php

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]