Valmeinier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Savoie
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Savoie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Valmeinier
Image illustrative de l'article Valmeinier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
Canton Modane
Intercommunalité Communauté de communes Maurienne-Galibier
Maire
Mandat
Philippe Baudin
2014-2020
Code postal 73450
Code commune 73307
Démographie
Gentilé Valmineux, Valmineuses
Population
municipale
520 hab. (2014)
Densité 9,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 11′ 05″ nord, 6° 28′ 55″ est
Altitude Min. 1 200 m – Max. 3 160 m
Superficie 54,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Valmeinier

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Valmeinier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valmeinier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valmeinier
Liens
Site web valmeinier.com

Valmeinier est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Valmeinier est située au sud du département de la Savoie, sur le versant méridional de la Maurienne. Elle se trouve dans une vallée suspendue d'orientation sud-nord, drainée par le torrent de la Neuvache et culminant à plus de 3 000 m au mont Thabor. Elle est accessible au départ de Saint-Michel-de-Maurienne par la route montant au col du Télégraphe, à 20 km depuis la vallée. Au contraire de la vallée voisine de Valloire, le val de Valmeinier est en cul-de-sac et n'a qu'un accès par le nord.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Valmeinier est composée d'un grand nombre de hameaux qui ont souvent gardé un certain cachet, avec de vieilles maisons au toit de lauze. On distingue cependant trois pôles principaux :

Valmeinier 1800.
  • sur l'adret à 1 500 m le chef-lieu, village bâti sur la pente est du torrent de la Neuvache avec l'église, le cimetière, la mairie, quelques commerces et résidences touristiques ;
  • plus au sud et plus haut sur le même versant, Valmeinier 1800, station d'altitude à 1 800 m qui fonctionne en saison touristique avec de nombreux hébergements en résidence et en hôtel, et de nombreux équipements en rapport avec l'activité touristique (office de tourisme, restaurants, cinéma, discothèque...) ;
  • enfin le 3e pôle est le secteur de la Girodière-l'Arméra sur le versant ubac, en face de Valmeinier 1500. Historiquement, c'est le premier secteur touristique de Valmeinier. Devenu un peu vétuste, il est actuellement rénové et continue son développement.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Valloire, Saint-Martin-d'Arc, Saint Michel de Maurienne, Orelle[1]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La mention médiévale in valle Manerii (XIe siècle) indique que Valmeinier est le « val de Mainier », nom de personne d'origine germanique (*Maginharus) et probablement burgonde. Le nom a évolué en Varmenier au XVIe siècle, Valmeynier et Varmignier au XVIIe. C'est par erreur qu'on a parfois compris Valmeinier comme étant le « val des mines ».

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Vèrmenyeul, selon la graphie de Conflans[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 1er octobre 1793, durant la période de la Révolution française, la bataille de Valmeinier opposa, dans le cadre de la conquête de la Savoie, les troupes françaises républicaines, fortes de 900 hommes stationnés à Valloire et composées du 4e bataillon de chasseurs (ci-devant Corses), du 2e bataillon de volontaires de la Haute-Loire et des 4e et 6e bataillons de volontaires de l'Ain, sous les ordres de l'adjudant-général Gilbert Prisye, aux soldats piémontais renforcés par les habitants de Valmeinier qui refusaient l'ordre révolutionnaire. Les troupes révolutionnaires prirent Valmeinier, obligeant les Italiens à regagner les vallées d'Aoste, de Suse et de Pragela.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1888 1888 Charles Troccaz ... ...
1888 1892 Jean-Pierre Excoffier ... ...
1892 1900 Jean-Michel Excoffier ... ...
mars 2001 mars 2008 Philippe Baudin ... ...
mars 2008 mars 2014 Martine Noraz ... ...
mars 2014 mars 2020 Philippe Baudin ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 520 habitants, en augmentation de 28,08 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
602 657 649 801 755 832 704 714 686
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
653 646 651 663 613 613 600 612 602
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
550 518 450 428 410 364 228 154 102
1982 1990 1999 2004 2009 2014 - - -
105 257 395 509 406 520 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la commune-station, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 10 739 lits touristiques répartis dans 617 établissements[Note 2]. Les hébergements se répartissent comme suit : 69 meublés ; 9 résidences de tourisme ; un hôtel ; 6 centres ou villages de vacances ; deux refuges ou gîtes d'étape et une chambre d'hôtes[7].

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Valmeinier (Gros Crey / Crey du Quart)
Une vue aérienne de la station serait la bienvenue.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Site web www.valmeinier.com
Géographie
Coordonnées 45° 10′ 28″ nord, 6° 29′ 40″ est
Massif Massif des Cerces
Altitude 1 500 / 1 800 m
Altitude maximum 2 579 m
Altitude minimum 1 532 m
Ski alpin
Lié à Valloire
Domaine skiable Galibier-Thabor
Remontées
Nombre de remontées 14 (7 / 7)
Télésièges 9 (5 / 4)
Téléskis 4 (1 / 3)
Fils neige 1 (1 / 0)
Débit 18 430 (9 795 / 8 635) (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 38 (19 / 19)
     Noires 3 (1 / 2)
     Rouges 10 (5 / 5)
     Bleues 16 (7 / 9)
     Vertes 9 (6 / 3)
Total des pistes (Galibier-Thabor) 150 km

Valmeinier est une station de sports d'hiver reliée au domaine skiable Galibier-Thabor (Valmeinier - Valloire), avec 2 579 m au sommet des pistes ; 150 km de pistes de ski alpin, plus de 400 enneigeurs, ski nocturne, espaces ludiques (snowpark), ULM, parcours raquettes, parapente, speedriding.

La station a obtenu plusieurs labels « Station club » ; « Grand domaine » et « Nouvelles glisses »[8].

Les deux premières remontées mécaniques qui permettaient alors de rejoindre les pistes du Crey-du-Quart ont été mises en service durant l'hiver 1973-1974, la station fêtant en 2014 ses 40 ans[9].

Aujourd'hui, le domaine de Galibier-Thabor compte 30 remontées mécaniques et 89 pistes.

80 moniteurs de ski travaillent dans la station.

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Valmeinier a été à l'arrivée de la 7e étape du Tour de l'Avenir 2016, cette dernière montée classée en 1re catégorie. L'Australien Nick Schultz franchissait la ligne d'arrivée en vainqueur tandis que David Gaudu, vainqueur de l'étape de la veille, s'emparait du maillot jaune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maisons de pierre, toits de lauze.
  • Église du XVIIIe siècle.
  • Chapelles rurales.
  • Versant savoyard du massif du Mont Thabor.
  • Torrents de la Neuvache, des Marches, des Culées.
  • Panoramas des cols de Névache, de La Madeleine, de Valmeinier.
  • Col des Marches.
  • Mont Thabor (3 178 m) : panoramas sur les Écrins, la Meije, la Vanoise.

Activités historiques[modifier | modifier le code]

  • Du XIIe au XVIIIe siècle, l'exploitation agricole était l'activité principale et Valmeinier vivait en quasi autarcie[10].
  • Du XVIIIe siècle jusqu'aux milieu du XIXe siècle, l'exploitation minière de lauzes et d'anthracites de bonnes qualités vient compléter le patrimoine de Valmeinier et diversifier les activités[10].
  • Du milieu du XIXe siècle jusqu'en 1960, pluriactivité des habitants de Valmeinier avec en parallèle d'un travail dans l'une des usines de la vallée de la Maurienne, une activité agricole. En effet, la production d'hydroélectricité ("houille blanche") et l'implantation d'usines (pour la production d'aluminium par exemple) a permis le développement économique de la vallée de la Maurienne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Brocard, Maurice Messiez-Poche, Pierre Dompnier, Histoire des communes savoyardes : La Maurienne - Chamoux - La Rochette (vol. 3), Roanne, Éditions Horvath, , 558 p. (ISBN 978-2-7171-0289-5), p. 428-433. ([PDF] lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sites communal et touristique[modifier | modifier le code]

Liens vers le site de l'INSEE[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alliance Réseaux, « Communauté de Communes Maurienne Galibier - Pays de Maurienne - (Communes de la Vallée de Savoie) », sur www.maurienne.fr (consulté le 27 septembre 2016)
  2. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 24
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com,‎ (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  8. « Valmeinier », sur site france-montagnes.com (consulté le 5 mars 2015). France Montagnes est une association qui regroupe des acteurs du tourisme de montagne en France.
  9. Le Dauphiné libéré, « La station de Valmeinier fête ses 40 ans », sur ledauphine.com (consulté le 1er avril 2014)
  10. a et b Super Utilisateur, « Valmeinier - Mairie Valmeinier », sur www.mairie-valmeinier.com (consulté le 27 septembre 2016)