Vallières-lès-Metz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallières.

Vallières-Les Bordes
Vallières-lès-Metz
Blason de Vallières-Les Bordes
Héraldique
Vallières-lès-Metz
Vue générale du village de Vallières
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Ville Metz
Arrondissement Metz
Canton Metz-Ville-4
Code postal 57070
Démographie
Population 9 697 hab.
Densité 3 108 hab./km2
Fonctions urbaines Quartier résidentiel et historique
Étapes d’urbanisation Époque moderne, Époque contemporaine
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 36″ nord, 6° 12′ 59″ est
Superficie 312 ha = 3,12 km2
Cours d’eau ruisseau de Vallières
Site(s) touristique(s) Église Sainte-Lucie, lavoir
Transport
Gare Metz-Ville
Bus L1, C11, C13, N18 et P109
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vallières-Les Bordes

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Vallières-Les Bordes

Géolocalisation sur la carte : Metz

Voir sur la carte administrative de Metz
City locator 14.svg
Vallières-Les Bordes

Vallières est un ancien petit village et une ancienne commune de Moselle de 273 hectares[1] au pied des fortifications messines. La commune de Vallières-lès-Metz fusionne avec Metz en 1961 et devient un grand quartier d’habitat résidentiel situé au nord-est de la ville : 94 % des constructions datent d’après 1949. Il a été associé aux Bordes, ancien secteur annexe de la commune de Borny, pour former le quartier actuel de Vallières-Les Bordes s'étendant sur 312 hectares.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le quartier de Vallières-Les Bordes s'étend au nord de celui de Borny entre les communes de Saint-Julien-lès-Metz et Vantoux. Le nord du quartier est limité par le fort de Saint-Julien. C’est un quartier de plateau organisé autour du ruisseau de Vallières, un affluent de la Moselle, et qui montre une topographie caractérisée par trois secteurs :

  • les Hauts de Vallières sont inscrits sur le rebord ouest du plateau lorrain (296 m) ;
  • le vieux village et son développement sur la Corchade dans la vallée du ruisseau de Vallières (180 m) ;
  • le secteur des Bordes au sud-ouest, entre Bellecroix et Borny, est compris entre deux vallées (209 m).

Transports[modifier | modifier le code]

Le quartier de Vallières-Les Bordes est desservi par les lignes L1 (Corchade), C11 (Hauts de Vallières) et C13 (village de Vallières) du réseau Le Met'. La fréquence des bus varie de 10 min pour le L1, à 30 min pour le C13.

Le quartier est également desservi par la navette N18 (4 bus/jour) et la ligne suburbaine P109 qui ne passe la plupart du temps que sur réservation.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vallières[modifier | modifier le code]

Évolution de l’orthographe du nom du village (date du document dans lequel l’orthographe est rencontrée) : Wallerias (1053)[a 1] ; – Valeria (1177)[a 2] ; – Valerie (1178)[a 2] ; – Valeriæ (1181)[a 3] ; – Aleriæ (1192)[a 4] ; – Valières (XIVe siècle)[a 5] ; – Vailieres (1344)[a 6] ; – Walliere (XVe siècle)[a 7] ; – Wallière (1404)[a 8] ; – Valleriæ (1462)[a 9] ; – Valtier (XVIe siècle)[a 10] ; – Vaillières (1518)[a 11] ; – Waillier (1523)[a 12] ; – Vallier (1552)[a 13] ; – Valliers (1635)[a 14] ; – Valière (1756)[a 15].

En lorrain roman : Valire[2].

Les Bordes[modifier | modifier le code]

Anciennes mentions : Lez Bordes desors Valières (1276) ; Bordes sus Valières (1298) ; Burdis supra Valieris (1306) ; Les Burdes (1329) ; Les Bourdes (1444) ; Les Bourdes de Vallier (1500) ; Bourdes (XVIe siècle) ; Les Bordes de Vailière, les Bordes de Borny (1553) ; La Grange-aux-Bordes (XVIIIe siècle)[2].

En lorrain roman : les Bottes[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Vallières fut longtemps victime des caprices de l’histoire messine. Envahi plus d’une dizaine de fois du Moyen Âge à l’Époque moderne, au gré des divers sièges de Metz, le village s’est toujours relevé de la ruine grâce à la richesse de ses hectares de vigne. L’extraction et la transformation de la pierre à chaux, très prisée dans tout le pays messin, concourait elle aussi à la subsistance des habitants.

La bataille de Borny-Colombey, le siège de Metz par les Prussiens, puis l’annexion au Reich modifièrent le paysage de Vallières. Le village ne fut pas épargné par le vaste mouvement de fortifications consécutif à la guerre de 1870. Les ingénieurs allemands transformèrent les simples terrassements de la batterie des Bordes située entre Borny et Vallières entamée par les Français, en petit fort trapézoïdal pouvant accueillir 16 pièces d’artillerie et 130 hommes de garnison.

Le fort des Bordes, ébauché par les Français en 1870, est fortement remanié et modernisé par les Allemands entre 1874 et 1875. Appartenant à la première ceinture fortifiée de Metz, le fort est baptisé Fort Zatrow. L’ouvrage sera déclassé en 1954 puis presque totalement remblayé lors de la construction de Borny. Seules ses superstructures sont encore visibles actuellement.

Un important réseau de routes stratégiques fut construit pour relier le fort et les divers abris et batteries présents sur le ban de Vallières au reste de la place. Pour des raisons stratégiques, ou pour contrer le phylloxéra, toutes les vignes du coteau furent arrachées entre 1887 et 1890. Enfin, une gare pour voyageurs et marchandises fut construite en 1908 en même temps que la ligne de chemin de fer stratégique reliant Metz à Anzeling.

Lors de la seconde annexion, le 1er octobre 1940, la commune de Vallières, rebaptisée "Wallern", intégra le district urbain de Metz (Stadtkreis Metz). Malgré la combativité des troupes allemandes de la 462e Volks-Grenadier-Division de l'armée de Knobelsdorff, Vallières est libérée par la 5e DI de l'armée Patton le 21 novembre 1944[3], à la fin de la bataille de Metz, mettant ainsi fin à quatre années de souffrance.

Village-rue typique, Vallières connut une rapide transformation après la Seconde Guerre mondiale. Le 4 décembre 1961, Vallières-lès-Metz, Borny et Magny fusionnent d’un commun accord avec Metz (JO du 8 décembre 1961). Cette date marquera le début de l’urbanisation moderne. L’emprise de la voie ferrée, déclassée en 1968, sera réutilisée par la RN 233, principale voie d’accès à Metz depuis l’est.

En 1970, la Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) intercommunale de Saint-Julien-lès-Metz–Vallières est créée sur le plateau surplombant le village et sur une partie du coteau. L’aménagement d’une des premières ZAC de France fut confié à l’architecte Dubuisson, qui lui donnera son dessin si particulier. Cette opération qui a marqué le coup d’envoi de l’urbanisation du nouveau quartier messin s’est terminée en 1997.

Depuis plan local d'urbanisme en 2000, le quartier comprend Les Bordes et est nommé Vallières-Les Bordes. Il compte 312 ha (7,5 % de Metz), 9 697 habitants (7,8 % de Metz) et plus de 4 186 logements (7,2 % de Metz).

En 2016, de fortes pluies provoquent des inondations (débordement du ruisseau de Vallières, ruissellements) dans le quartier et plusieurs points sont impactés

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason de Vallières-lès-Metz Blason D’argent à la bande de gueules chargée de trois tours d‘or.
Détails
Ce sont les armes de la famille Faulquenel, membre des paraiges messins, qui a donné son nom à l‘un des quatre anciers bans de Vallières.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Vallières-lès-Metz puis, après 1961, de Vallières-Les Bordes
1646 1735 1789 1793 1800 1806 1821 1836 1841
59 feux
(193 h.)[5]
71 feux[6]100 feux (est.)[7]501477536524653662[8]
1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
533536711527592539670600700
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1999
1 0329077538799771 0731 0991 1299 697[9]
Sources avant 1793 : voir notes associées aux chiffres de population. Source depuis 1793 : cassini.ehess.fr[4].

Personnalité née à Vallières-lès-Metz[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Lucie.
  • lavoir, des réparations sont datées de 1884 ;
  • pigeonnier au centre du village ;
  • monuments aux morts des guerres de 1914-18 et 1939-45 ;
  • église Sainte-Lucie, XIe siècle, clocher roman du XIIe siècle.

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • mairie du quartier de Vallières / Les Bordes, 3 rue des Bleuets ;
  • halte-Garderie de Vallières, sur les Hauts de Vallières au 36 rue des Marronniers ;
  • unité de vie Les Roses, 30 rue des Marronniers : petite structure gérée par l'AMAPA avec a une capacité maximale de 12 personnes en accueil permanent, auquel peut s'ajouter l'accueil temporaire des personnes en perte d'autonomie.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • école maternelle et primaire des Hauts de Vallières, 10 bis rue des Carrières ;
  • école primaire la Corchade au 23 et école maternelle les Sources au 24, rue Faulquenel ;
  • école primaire et maternelle le Val au nº 53, rue Charlotte-Jousse ;
  • école primaire les Bordes et école maternelle les Peupliers, 12 rue du Professeur Jeandelize ;
  • centre médico-scolaire de Vallières / Les Bordes, 23 rue du Professeur Jeandelize.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire topographique de l’ancien département de la Moselle, comprenant les noms de lieu anciens et modernes, E. de Bouteiller, 1874, p. 265
  1. Histoire de Lorraine, par Dom Calmet, II, preuves CCLXXIII.
  2. a et b Abbaye Saint-Vincent de Metz, bulle Alexander III.
  3. ibid. charte de l’évêque messire Bertram.
  4. ibid. bulle Célestin III.
  5. ibid. ZZZ, 2.
  6. Fonds de Malte, inventaire liasse A.
  7. Abbaye Saint-Vincent de Metz, comptes.
  8. Observations séculaires, par Paul Ferry, II, 311 v°.
  9. Archives de l’hôtel de Ville de Metz AA, 50.
  10. Chronique de Claude Philipin, publiée dans les Preuves de l'histoire de Lorraine de Dom Calmet, t. III.
  11. Mémoires de Philippe de Vigneulles, publiées par Henri Michelant, Stuttgart 1852.
  12. Chronique de Philippe de Vigneulles, manuscrit qui était conservé à la bibliothèque de Metz et brûla en août 1944 mais avait été publié en 1927-1933.
  13. Chronique en vers sous le nom de Jean le Chatelain, Metz, 1698.
  14. Journal de Jean Bauchez, greffier de Plapeville, mémoires contemporains, notamment sur les événements du milieu du XVIIe siècle, publié par MM. Abel et Bouteiller, Metz, Rousseau, 1868.
  15. Stemer, Traité du département de Metz, Metz, 1756.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. en 1844, cf. Vallières.
  2. a, b et c Ibidem (Dictionnaire topographique de l’ancien département de la Moselle)
  3. 1944-1945:Les années liberté, Le républicain Lorrain, 1994 (p.14:Recensement préfectoral sur les dates de libération)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Vallières-lès-Metz », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales
  5. 59 feux totalisant 193 habitants. Source : recensement de Vallières de 1646 aux AD57, cote C371.
  6. Nouveau dénombrement du royaume, par généralitez, élections, paroisses et feux., Paris, 1735 (voir Valliere p.291), imprimé par Claude-Marin Saugrain (1679-1750) (notice biographique sur le site de la BnF).
  7. Source : cahier de doléances de Vallières en ligne sur Gallica, p. 557 des Documents sur l’histoire de la Lorraine publiés par la Société d’Histoire et d’Archéologie de lorraine, tome dixième, Metz, 1918.
  8. 662 individus et 85 maisons. 49 garçons fréquentent l’école de garçons et 55 filles l’école de filles, cf. Vallières.
  9. habitants dans le quartier de Vallières-Les Bordes d’après le plan local d’urbanisme de Vallières. 3. Situation générale

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :