Vallées de Lanzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vallées de Lanzo
Vue des vallées depuis la Punta Lunelle.
Vue des vallées depuis la Punta Lunelle.
Massif Alpes grées (Alpes)
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Piémont
Ville métropolitaine Turin
Communes Lans-L'hermitage, Saint-Germain, Traves, Pessinetto, Ceres, Ala di Stura, Barmes, Viù, Lemie, Ussel, Cantoira, Chalambert, Groscavallo
Coordonnées géographiques 45° 17′ nord, 7° 24′ est

Géolocalisation sur la carte : Piémont

(Voir situation sur carte : Piémont)
Vallées de Lanzo

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Vallées de Lanzo
Orientation est puis sud-est
Longueur
Type Vallées glaciaires
Écoulement Stura di Lanzo
Voie d'accès principale SP1, SP33

Les vallées de Lanzo (Valli di Lanzo en italien, Valade 'd Lans en piémontais, Valàdes at Lans en francoprovençal) sont trois vallées des Alpes grées piémontaises, situées entre la vallée de l'Orco au nord et le val de Suse au sud. Elles prennent le nom de la ville de Lans-L'hermitage (Lanzo Torinese) située à leurs pieds et sont parcourues par les trois branches du fleuve Stura di Lanzo.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les trois vallées[modifier | modifier le code]

Du nord au sud :

  • val Grande de Lanzo avec les principaux centre de Cantoire (Cantoira), Chalambert (Chialamberto) et Groscavallo. C’est le plus septentrional qui s’étend de Ceres au hameau de Forno Alpi Graie à Groscavallo, sur 18 km ;
  • val d'Ala avec comme centres principaux Ala di Stura et Barmes, il commence à Ceres au pont de Procaria pour se terminer au hameau de Pian della Mussa au-dessous du mont Collerin (3 475 m), sur une longueur de 18 km ;
  • vallée de Viù avec comme centres principaux Viù, Lemie et Ussel. C’est la plus méridionale, elle s’unit aux deux précédents vals sur la commune de Traves et sur ses 32 km elle traverse la ville de Saint-Germain pour se terminer à Lans-L'hermitage.

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

L'Uia di Ciamarella, le sommet le plus haut des vallées de Lanzo.

Les vallées de Lanzo comprennent les sommets parmi les plus hauts du Piémont, surtout le long de la limite avec la France. En allant du nord au sud :

Principaux cols[modifier | modifier le code]

Les vallées de Lanzo sont des « vallées fermées » et n’ont pas d’accès facile avec la France et avec les vallées italiennes voisines. Ci-dessous des cols accessibles par des sentiers :

  • le col Collerin, 3 202 m, de Bessans à Barmes (val d'Ala) ;
  • le col de Sea, 3 083 m, de Bonneval-sur-Arc à Forno Alpi Graie (val Grande de Lanzo) ;
  • le col de l'Autaret, 3 070 m, de Bessans à Ussel (vallée de Viù) ;
  • le col de Girard, 3 044 m, de Bonneval-sur-Arc à Forno Alpi Graie (val Grande de Lanzo) ;
  • le col d'Arnas, 3 014 m, de Bessans à Barmes (val d'Ala) ;
  • Collarin d'Arnas, 2 850 m, de Barmes (val d'Ala) à Ussel (vallée de Viù) ;
  • Ghicet di Sea, 2 735 m, de Barmes (val d'Ala) à Forno Alpi Graie (val Grande de Lanzo) ;
  • le col de la Crocetta, 2 636 m, de Ceresole Reale (vallée de l'Orco) à Forno Alpi Graie (val Grande de Lanzo).

Le col du Lys, fait exception puisqu'il est parcouru par la route provinciale qui relie la commune de Viù au bas val de Suse, et en partie aussi le col du Colombardo, par lequel une mauvaise route relie Villa di Lemie à Condoue.

Transports[modifier | modifier le code]

Depuis la fin du XIXe siècle, les vallées de Lanzo sont reliées à la ville de Turin par la voie de chemin de fer Turin-Ceres, la première voie ferrée électrifiée d'Europe à courant continu à haute-tension, qui est reliée à Ceres en 1916.

Les vallées sont reliées au chef-lieu par les routes provinciales N°1, dite « Directe des vallées de Lanzo » et N°2 « de Germagnano ».

Tourisme[modifier | modifier le code]

Depuis le début du XXe siècle, les vallées ont connu un regain de fréquentation touristique, essentiellement dû au tourisme estival des familles turinoises, les infrastructures dédiées au tourisme hivernal faisant défaut.

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Giovanni Dolino, Partigiani in Val di Lanzo, Milan, FrancoAngeli, 1989

Articles connexes[modifier | modifier le code]