Vallée du Tombeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de Sainte-Hélène et position de la vallée du Tombeau.

La vallée du Tombeau, anciennement « vallée du Géranium », est un terrain situé dans le district de Longwood sur l'île de Sainte-Hélène, mais appartenant aux Domaines français de Sainte-Hélène, sur lequel fut érigée la première tombe de l'Empereur Napoléon Ier[1] mort sur l'île en 1821.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gravure de la « vallée du Tombeau » en 1858.
Tombe de Napoléon dans la « vallée du Géranium ».

Conformément à ses dernières volontés dans le cas où son corps ne devait pas être ramené en Europe, Napoléon Ier fut inhumé le près d'une source, dans la vallée du Géranium (renommée depuis « vallée du Tombeau ») dans un site bordé des trois côtés par les parois abruptes du « Bol à punch du Diable », vaste dépression circulaire. Il avait choisi ce lieu près de la fontaine de Mr Torbett[2] dont il avait apprécié l'eau quand il s'y était désaltéré au cours d'une promenade à cheval. La tombe, accessible par un sentier sinueux, est recouverte de trois dalles tumulaires et entourée d'une grille en fer sommée de fers de lance, solidement fixée sur son soubassement et ombragé par deux saules pleureurs (les saules ayant disparu depuis longtemps, effeuillés et écorcés par les chasseurs de reliques[3])[4]. Le tout était entouré d’un grillage en bois. Les Français voulurent y graver Napoléon Ier mais le général Hudson Lowe exigea que l'inscription soit « général Bonaparte », si bien que la plaque resta nue[5].

En souvenir des douze grandes victoires de Napoléon, douze cyprès furent plantés vers 1830 par lady Dallas, épouse du brigadier-général Charles Dallas (en), nommé gouverneur de Sainte-Hélène pour la Compagnie britannique des Indes orientales le 29 avril 1828[6].

La dépouille de Napoléon Ier y resta jusqu'en 1840. Un poste de douze factionnaires anglais monta la garde dans une guérite près du tombeau jusqu'à cette période. Après son exhumation du 15 octobre 1840, ses cendres furent rapatriées en France sur ordre du roi Louis-Philippe.

En 1854, au moment de la grande amitié entre Napoléon III et la reine Victoria, le premier négocie auprès de la seconde le rachat de Longwood et la « vallée du Géranium » pour la somme de 7 000 livres sterling, la vente étant finalisée en 1858[7].

Ce domaine est actuellement administré par le ministère des affaires étrangères.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Localisation : 15° 57′ 33,18″ S, 5° 41′ 53,54″ O.
  2. Chaque matin un Chinois de Longwood allait remplir deux bouteilles d’eau fraîche de cette source pour l’Empereur. Les familles Torbett puis Pritchard firent plus tard commerce de cette eau de source pour les nombreux pèlerins.
  3. Un autre saule planté au nom du maréchal Foch le 5 mai 1921.
  4. Histoire des saules pleureurs de la Tombe de Napoléon.
  5. André Castelot, Histoire de Napoléon Bonaparte, J. Tallandier, , p. 340
  6. Jean-Abram Noverraz, Souvenir de l'empereur Napoléon Ier. Le retour des cendres, Univers Poche, , p. 157
  7. Thierry Lentz, Napoléon, Éditions La Boétie, , p. 85

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]