Vallée de la Malorne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Réseau hydrographique d'Eure-et-Loir.

Vallée de la Malorne
(Vallée de Paray, vallée d'Andelaine)
Illustration
Caractéristiques
Longueur 24,9 km [1]
Bassin 122 km2 [2]
Bassin collecteur la Loire
Débit moyen 0,094 m3/s (Bouville) [2]
Nombre de Strahler 3
Organisme gestionnaire SMAR Loir 28[3]
Cours
Source source
· Localisation Marchéville
· Altitude 180 m
· Coordonnées 48° 21′ 28″ N, 1° 14′ 55″ E
Confluence le Loir
· Localisation Alluyes-Montboissier
· Altitude 126 m
· Coordonnées 48° 13′ 09″ N, 1° 22′ 57″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Vallée de la Grande Borde
· Rive droite Vallée de la Malorne
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Eure-et-Loir
Arrondissements Chartres, Châteaudun
Cantons Illiers-Combray, Voves, Châteaudun
Régions traversées Centre-Val de Loire
Principales localités Magny, Montboissier

Sources : SANDRE:« M1024800 », Géoportail, Banque Hydro

La vallée de la Malorne ou vallée de Paray est une rivière française du département d'Eure-et-Loir, affluent en rive gauche du Loir, sous-affluent de la Loire par la Sarthe et la Maine.

Géographie[modifier | modifier le code]

De sa source à sa confluence avec le Loir, la vallée de la Malorne[note 1] ou vallée de Paray[note 2] parcourt 24,9 km[1]. Il prend sa source sur la commune de Marchéville à 180 m d'altitude[4]. Il s'appelle aussi dans la partie haute, la vallée d'Andelaine et côtoie le chemin de grande randonnée GR655 Ouest. Puis il passe sous l'autoroute A11 dite l'Océane[5].

Il conflue en rive gauche du Loir, à 126 m d'altitude[6] à l'est de la commune d'Alluyes, à la limite ouest de Montboissier.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département d'Eure-et-Loir, la vallée de Paray traverse les onze communes suivantes, d'amont en aval, de Marchéville (source), Magny, Blandainville, Épeautrolles, Charonville, Ermenonville-la-Petite, Saumeray, Bouville, Luplanté, Alluyes, Montboissier (confluence).

Soit en termes de cantons, la vallée de Paray prend source dans le canton d'Illiers-Combray, traverse le canton de Voves et conflue dans le canton de Châteaudun, dans les arrondissement de Chartres et arrondissement de Châteaudun.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

La vallée de Paray traverse une seule zone hydrographique « Le Loir de la Foussarde (nc) à l'Ozanne (nc) » (M102) pour une superficie totale de 781 km2[1]. Ce bassin versant est constitué à 88,40 % de « territoires agricoles », à 9,39 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 2,04 % de « territoires artificialisés », à 0,13 % de « surfaces en eau »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est le SMAR Loir 28 ou Syndicat mixte d'aménagement et de restauration du bassin du Loir en Eure-et-Loir, créé le [3]

Affluents[modifier | modifier le code]

La vallée de Paray a deux affluents contributeurs référencés[1] :

Rang de Strahler[modifier | modifier le code]

Donc le rang de Strahler est de trois.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La vallée de la Malorne à Bouville[modifier | modifier le code]

La vallée de la Malorne a été observée à Bouville de 1972 à 1993 pendant 22 ans[2]. Son module a été de 0,094 m3/s[2].

Débit moyen mensuel (en l/s)
Station hydrologique : M1024810 - La vallée de la Malorne à Bouville pour un bassin versant de 122 km2 et à 129 m d'altitude[2]
(le 08-01-2018 - données calculées sur 22 ans de 1972 à 1993)

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, en cas de quinquennale sèche s'établit à 0,001 m3/s, ce qui reste très faible[note 4],[2].

Crues[modifier | modifier le code]

Sur cette courte période d'observation de 22 ans, le débit journalier maximal a été observé le pour 9,66 m3/s. Le débit instantané maximal a été observé le [note 5] avec 14,20 m3/s en même temps que la hauteur maximale instantanée de 1 380 mm soit 1,38 m[2].

Le QIX 2 est de 5,4 m3/s, le QIX 5 est 9,9 m3/s, le QIX 10 est de 13 m3/s, le QIX 20 est de 16 m3/s et le QIX 50 est de 20 m3/s[2]. Le QIX 100 n'a bien sûr pas pu être calculé vu la courte période d'observation.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 24 millimètres annuellement, ce qui est très en dessous de la moyenne en France, à 300 mm/an. Le débit spécifique (Qsp) atteint 0,8 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. pour Géoportail
  2. pour le SANDRE qui est la référence officielle française des cours d'eau
  3. rd pour rive droite et rg pour rive gauche
  4. à peine un centième du module à 0,094 m3/s
  5. à 19h24

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Sandre, « Fiche cours d'eau - La vallée de Paray (M1024800) » (consulté le 22 janvier 2018).
  2. a b c d e f g h et i Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La vallée de la Malorne à Bouville (M1024810) » (consulté le 22 janvier 2018)
  3. a et b « le SMAR Loir 28 », sur www.smar-loir28.fr (consulté le 24 janvier 2018)
  4. « Source de la vallée de Paray » sur Géoportail (consulté le 24 janvier 2018).
  5. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 24 janvier 2018)
  6. « Confluence de la vallée de Paray avec le Loir » sur Géoportail (consulté le 24 janvier 2018).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Vallée de la Grande Borde (M1025000) » (consulté le 24 janvier 2018).
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Vallée de Pommeray (M1025100) » (consulté le 24 janvier 2018).
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Vallée de la Malorne (M1025600) » (consulté le 24 janvier 2018).