Valery Arzoumanov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Valery Arzoumanov (né à Kotchmes près de Vorkouta, République des Komis, en 1944) est compositeur russe. Il est actuellement professeur d'analyse et de déchiffrage honoraire au CRR de Rouen et réside à Eu (Seine-Maritime), en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît près de Vorkouta où ses parents ont été déportés en 1936 comme « ennemis du peuple », et où il vit jusqu’à l’âge de quatorze ans. De 1958 à 1963, il étudie le violon et la composition à l’École spéciale de musique de Leningrad où il obtient son Prix de composition en 1968. Dès cette année-là, il commence à enseigner la composition à l’École spéciale de musique et l’orchestration au Conservatoire de Leningrad. En 1974, ayant épousé une Française, Valéry Arzoumanov est contraint d’émigrer en France. De 1974 à 1978, il parachève sa formation auprès d’Olivier Messiaen au Conservatoire de Paris.

On doit à Valery Arzoumanov des études érudites sur la vie et l'œuvre des compositeurs russes Alemdar Karamanov (1934-2007)[1] et Youri Boutsko (1938-)[2], ainsi que du compositeur français Olivier Bernard (1925-)[3].

Un hommage a été rendu à Valery Arzoumanov pour ses 70 ans en un concert dédié à sa musique en janvier 2015 au Théâtre du Château d'Eu[4].

Anthony Girard, à partir de l'opus 100 de Valery Arzoumanov, a consacré une étude au compositeur[5]. Girard a également écrit: « Valery Arzoumanov a construit, en marge des courants de la seconde moitié du XXe siècle, une œuvre puissante et originale, dans l'héritage de Moussorgski et de Chostakovitch, l'influence de Messiaen et des musiques traditionnelles de l'Inde[...]Profondément imaginative, nourrie par la nostalgie de la Russie, sa musique parcourt la multitude des émotions humaines, et témoigne d'une âme profonde »[6].

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

Valery Arzoumanov est aujourd’hui à la tête d’un catalogue de près de deux cent cinquante numéros d’opus, allant de l’opéra à la musique de cinéma – les œuvres de ces dernières années révélant une prédilection pour la musique de chambre et les pièces pour piano[7], violon, violoncelle, voix, chœur.

  • Mir, musique romantique pour alto, orchestre à cordes et cloche de l'église, 1990.
  • De l'aube au crépuscule, trois chansons russes pour alto et piano, 1997. Partition aux Éditions Combre.
  • Trois sonnets de Pétrarque pour voix et ensemble, 2006.
  • Sans sommeil, trombone solo. Partition aux Éditions Combre.
  • Affrontement, saxophone alto et piano.
  • Sept chansons russes, saxophone alto et piano.

Publications (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Valery Arzoumanov, Roger Lersy, Didier Blancho, Edgar Cosma, Michel Aatz, Troisième recueil d'œuvres pour trompette et piano, Éditions G. Billaudot, Paris, 1984.
  • Adrienne Clostre, Ramon Pastor et Valery Arzoumanov, Recueil d'œuvres pour flûte à bec soprano et piano, Collection panorama, 1998.
  • Valery Arzoumanov, Six valses pour violon et piano: Opus 170, Collection Renaud Capuçon, 2005.
  • Valery Arzoumanov, Douze courtes pièces pour les pianistes débutants, Éditions Delatour.
  • Valery Arzoumanov, Trois danses pour clarinette et piano, Éditions Delatour.
  • Valery Arzoumanov, Trois petites inventions pour piano, Éditions Delatour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Texte de Valery Arzoumanov,Réflexions sur une biographie, le pari dangereux du compositeur Alemdar Karamanov.
  2. [2] Texte de Valery Arzoumanov, Youri Boutsko, compositeur, esquisse de portrait.
  3. [3] Texte de Valery Arzoumanov, Olivier Bernard, un homme rayonnant.
  4. [4] Les 70 ans de Valery Arzoumanov, Paris-Normandie, janvier 2015. Coquille involontaire du quotidien dans le titre (prénom) que nous corrigeons de nous-mêmes
  5. Anthony Girard, Découverte de Valery Arzoumanov, lire cette étude en cliquant ici [5]
  6. Cité par les Éditions Henry Lemoine, lire la biographie intégrale de Valery Arzoumanov [6]
  7. [7] Serguei Milstein (piano), Natalia Tolstaia et Maria Milstein (violons) interprètent l'op. 203 n°3 du De la jeunesse éternelle de Valery Arzoumanov, Studio le Regard du cygne, Paris.