Valerio Castello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un peintre italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Valerio Castello
Genova.Valerio Castello. Madonna della Misericordia.jpg

Apparition de la madone miséricordieuse devant Antonio Botta

Naissance
Décès
Activité

Valerio Castello (1624 -1659) est un peintre italien baroque de l'école génoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Valerio Castello est le plus jeune fils de Bernardo Castello, de la famille de peintres génois Castello, qui mourut quand il avait 6 ans. Son frère aîné Torquato, qui l'éleva, envisageait pour lui des études littéraires, mais il montra très tôt des affinités pour le dessin. Il fut l'apprenti de Domenico Fiasella et de Giovanni Andrea De Ferrari[1], mais subit surtout l'influence de Van Dyck et Rubens, et de leur émule génois Bernardo Strozzi.

Il fit un voyage à Milan et Parme vers 1640-1645[1], avec Agostino Merano, le fils de Giovanni Battista Merano, il put y admirer les travaux de Camillo Procaccini et de Parmigianino qui devinrent des références constantes de son style[1].

De retour à Gênes, il excella dans les scènes de bataille et se montra très prolifique pendant le reste de sa courte vie.

Il a peint l'Enlèvement des Sabines, conservé au Palazzo Brignole, et a décoré la coupole de la Basilica della Santissima Annunziata del Vastato.

Pour la maison de Francesco Maria Balbi, il a collaboré avec le quadraturiste de Bologne, Andrea Seghizzi aux fresques du palais. Ses admirateurs estiment qu'il a su combiner le feu du Tintoret avec le style de Véronèse.

Valerio Castello a influencé le travail du jeune Domenico Piola. Parmi ses élèves, on compte Bartolomeo Biscaino, Giovanni Paolo Cervetto et Stefano Magnasco.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Tiziana Zennaro, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 639
  2. Henry-Claude Cousseau, Le Musée des Beaux Arts de Nantes, Fondation Paribas, , 125 p. (ISBN 2-907333-09-7, notice BnF no FRBNF35475626), p. 28
  3. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 442

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Camillo Manzitti, Valerio Castello, Gênes, 1972.
  • Valerio Castello 1624-1659. Genio Moderno, catalogue d'exposition sous la direction de Camillo Manzitti, Marzia Cataldi Gallo, Luca Leoncini, Daniele Sanguinetti, Milan, 2008.
  • Christophe Marcheteau de Quinçay, « Des cintres de San Ciro aux cimaises de Caen, La Chute de Simon le Magicien de Valerio Castello », Cahiers du musée des beaux-arts de Caen, no 1, Caen, 2010, p. 18-29.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]