Valerien Ostroga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valerien Ostroga
Mroczkowski Walerian.jpg

Portrait de Mroczkowski Walery (Daté 1862)
peint par Biedroński Leon (1837-1907)

Naissance
Décès
Nom de naissance
Walery Karłowicz Mroczkowski
Autres noms
Wincenty Kamiński (nom de guerre)
Nationalité
Polonais (Russe)
Activités
Autres activités
Formation
École militaire polonaise en Italie
Mouvement
Influencé par

Valerien Karlovitch MroczkowskiWalery Karłowicz Mroczkowski est un photographe d'origine polonaise, exerçant sous le pseudonyme de "Walerian Ostroga", dit "Valerien Ostroga", également connu pour ses activités anarchistes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa jeunesse[modifier | modifier le code]

Carte de la Pologne en 1838 divisée entre le Royaume de Prusse et l'Empire russe

Walery Mroczkowski nait à Kiev en 1840[1]. Il commence des études de médecine, (Chirurgie), à l'Université de Varsovie[2].
Indépendantiste convaincu, il quitte Varsovie et rejoint en 1861 l'école militaire polonaise de Cunéo[3] qui vient d'être créee, sous l'impulsion de la toute nouvelle "Société de la jeunesse polonaise", pour assurer la formation des cadres d'une prochaine insurrection .
De retour en Pologne, dès 1862 à la demande du Comité central national, sous couvert d'une activité de journaliste, il organise des unités de rebellion d'abord à Augustów et ensuite à Grodno.
Dès le début Il prend une part active à l'insurrection de 1863. Il est présent aux combats de Czysta Buda (2 fevrier 1863)[4],[5], pl:Podlipki (8 mars), Kazlų Rūda (1 avril), Lokajcie (9 avril), Pozlawanty (22 mai), Buda (23 mai) et Olita le 20 juin[6].
En novembre 1863 présent en Prusse-Orientale, il est arrêté et emprisonné à Poznan , après sa libération en 1865 il doit s'exiler.

L'anarchiste[modifier | modifier le code]

La Baronata à Locarno

Avant son exil, Mroczkowski était considéré surtout comme un démocrate et "l'apôtre de l'Emancipation des Serfs"[7]. En 1865 à Florence il rencontre Bakounine dont il devient l'ami. Sur l'invitation de Bakounine il le suit à Naples où celui-ci lui présente la princesse Zoë Soumarokoff (née en 1828)[8],[9] qui deviendra sa maitresse. Séparée de son mari le prince Obolensky depuis 1863, elle y vit avec ses cinq enfants accueillant dans son entourage des révolutionnaires de diverses nationalités dont elle partage les idées. Lors d'un séjour à Ischia en 1866 avec Bakounine, c'est avec celle qui partage maintenant sa vie qu'il rédige en français le Catéchisme révolutionnaire texte fondateur[10] de la "société internationale secrète de la révolution" qu'ils envisagent. En 1867, ils s'installent en Suisse séjournant à Vevey, puis Genève, il fait la connaissance de[11] Élysée Reclus (dont la fille vivra en union libre avec son fils Félix). Membre de la première fraternité internationale, puis du comité central de la Ligue de la paix et de la liberté, après la scission du congrès de Berne en 1868[12], il fonde avec Bakounine un groupe opposé aux idées de Karl Marx.
Il est aussi l'auteur des plans de La Baronata[13] maison de retraite construite à la demande de Carlo Cafiero[14] sur les rives du Lac Majeur.

En 1869 le couple quitte la Suisse pour Londres où il rejoignent la communauté des militants polonais, dont Walery Wroblewski[15],[16].

Le photographe[modifier | modifier le code]

Le prince Obolenski ayant récupéré de force ses enfants en 1869, les revenus de Zoë baissent considérablement et après avoir quitté la Suisse et l'épisode Londonien, le couple réside à Menton en 1871 où Walery ouvre un studio de photographe spécialisé en portraits rue Partouneaux sous le nom de Walerian M.Ostroga. Par la suite, il partage l'année entre Trouville-sur-mer l'été et Menton l'hiver. Cette double résidence lui permettant de justifier ses nombreux déplacements et de couvrir ses activités anarchistes. Son métier de photographe lui permet également de subvenir aux besoins de sa famille, car vivant en union libre avec sa compagne et leurs deux enfants Félix (1867-1936) et Léonie (1871-1947) la nécessité d'un revenu d'appoint s'impose.
Ils se marient finalement après le décès de Alexei Vasilievitch Obolensky l'époux de la princesse en 1884 et font alors l'acquisition à Menton de la villa "les mouettes" qui devient "villa Ostroga".
Valerien Ostroga meurt le 1er octobre 1889 à Paris[17]et est inhumé à Menton au cimetière du Vieux-Château [18]

Pseudonyme[modifier | modifier le code]

Les cartes-photo sont signées W.M.Ostroga (W= Walerian, M= Mroczkowski)

Son nom de guerre pendant l'Insurrection de Janvier (1863-4) fut Wincenty Kamiński[19]. Par la suite, son pseudonyme Ostroga[20], est un de ceux le désignant pendant l'insurrection polonaise (Il utilise également Mroczek). Arrivé en France il l'adopte professionnellement, afin d'éviter la difficulté de prononciation de son nom de famille d'origine[21] et change aussi son prénom en Valerien. Sa descendance conservera Ostroga comme patronyme, dont son fils Félix Ostroga centralien, ingénieur puis compositeur et directeur du philharmonique de Genève et sa petite fille Yvonne Ostroga [22] secrétaire de Paul Bourget, connue comme écrivain de livres pour enfants[23] .

Bakounine appelait Ostroga par un diminutif affectueux "Mrouk". En polonais "mruk" signifie grognon ou silencieux[24].

Varia[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kiev d'après son acte de décès, cependant sur l'acte de naissance de sa fille à Menton en 1871 il se dit né à Olonets. Cette origine semble peu probable et ne correspond pas à la nationalité polonaise. De plus pourquoi dans ce cas aller faire des études à Kiev. Une explication plus rationnelle serait qu'en 1871 Walery reste prudent sur ses origines réelles.
  2. Voir "Wincenty Kamiński", no. 48473, agent du Comité et étudiant de médecine. Le site avertit que les données entre parenthèses relatives à "Walery Kamiński", no. 46733, ne sont pas fiables. http://www.genealogia.okiem.pl/powstanies/index.php?nazwisko=Kamiński
  3. Ecole militaire polonaise Cunéo
  4. Note: Avant les trois partitions de la République des Deux Nations à la fin du 18è siècle, les bourgs en Lithuanie portaient aussi des noms polonais
  5. Récits des combats Journal des débats politiques et littéraires
  6. Liste des participations aux combats N°46733 genealogia.okiem
  7. Laskowski, Piotr. (2016) "Jedyny wybitny bakuninowiec"- Walerian Mroczkowski (1840-1889) dans Studia z Dziejów Anarchizmu (2) w Dwusetleciu Urodzin Michała Bakunina.' Réd. Skrzycki, Radosław. Szczecin: Wydawnictwo Naukowe Uniwersytetu Szczecińskiego. ISBN 978-83-7972-056-9 p.82
  8. Lettres de famille Obolenski Harward.edu
  9. M.C. Rintoul, Dictionary of Real People and Places in Fiction, Routledge, 2014, page 713.
  10. Le Catéchisme révolutionnaire atelierdecreationlibertaire
  11. Berne 1868 florian-pennec.net
  12. Discours de Berne dans Kolokol du Ier décembre 1868 (p. 218)
  13. La Baronata James Guillaume- l'internationale
  14. La Baronataatelierdecreationlibertaire
  15. Próchnik, Adam. (1933). "Początki socjalizmu polskiego", dans Księga Jubileuszowa PPS 1892-1932, rédigé par Krieger, A., Maliniak, J., Wasilewski, L. et Zaremba, Z. Varsovie: "Robotnik" Éditeur. https://sbc.org.pl/Content/84093/ii25240.pdf p. 9 (Textes pour l'anniversaire de la fondation du Parti socialiste polonais 1892-1932)
  16. L'Autre Bakounine monde-nouveau.net (cf. note p. 128-129)
  17. Acte décès archives Paris Ve (p. 29/31)
  18. Tombe Menton tombeauxpolonais.eu
  19. Jaśkiewicz, Andrzej. (2014) "Ogrody Wspomnień" https://www.ogrodywspomnien.pl/index/showduf/75429#f
  20. Signifiant éperon ou aiguillon ce pseudonyme est également celui du major Alexandre Poradowski, parent de Joseph Conrad
  21. Ostroga La Princesse de Bakounine
  22. née d'une union libre de Félix avec Jeanne fille d'Élisée Reclus
  23. Yvonne Ostroga idref
  24. Lettre de Bakounine archive.org

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • MROCZKOWSKI Walery (1840-1889) powstaniec 1863, emigrant. Polski Słownik Biograficzny t. 22 p. 185
  • Laskowski, Piotr. (2016) "Jedyny wybitny bakuninowiec"- Walerian Mroczkowski (1840-1889) dans Studia z Dziejów Anarchizmu (2) w Dwusetleciu Urodzin Michała Bakunina.' Red. Skrzycki, Radosław. Szczecin: Wydawnictwo Naukowe Uniwersytetu Szczecińskiego. ISBN 978-83-7972-056-9 p.81-122. Étude approfondie du rôle notable de Mroczkowski en tant qu'unique Bakuninien, par rapport à la question du nationalisme [2]
  • Un quatrième Walery photographe Blog de Hugues Fontaine
  • Arbre généalogique sur pierfitgeneanet